Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La boîte à fourbi

Corpus christi et fluctuat ner mergitur

27 Mai 2014 , Rédigé par Shinkel Publié dans #Religion, #Peublik Reulaysheunz

Ah, mes amis, les temps sont durs! J'ai quelques sujets que je souhaiterais partager avec vous, mais la manière de les aborder reste encore à définir dans mon esprit en mal d'inspiration.

Cela dit, j'ai tout de même un nouveau sujet qui m'est venu dans de bien tristes circonstances, mais qui néanmoins vaut le coup d'être abordé, comprenez-vous?

Coup sur coup, j'ai eu le malheur de perdre des anciens de ma famille et, en bons anciens, la tradition veut que le passage par l'église soit fait. Petit point sur ma foi, au passage :
- Je ne suis pas athée, puisque je me dis que, quelque part, y'a sans doute un truc qui nous zieute de plus haut. Nous, on regarde bien les fourmis de haut, pourquoi personne ne nous regarderait aussi de plus haut? Donc bon, l'idée d'une puissance supérieure, une bonne étoile, c'que vous voulez, ça me botte assez. Mais bon, si y'a rien, bah y'a rien, j'y peux quoi, moi?
- Je ne suis pas non plus agnostique (qui admet ne pas être en mesure de départager s'il y a ou pas un truc au-dessus). Remarquez, je dis ça, mais c'est surtout que je n'en ai pas grand-chose à faire de l'existence ou non d'une entité supérieure. Quelque part, je suis agnostique, en fait. Wah. Révélation.
- Je ne suis pas religieux : j'aime croire à un truc à l'étage du dessus, mais à ma manière : je n'ai pas de foi particulière, et je n'aime pas qu'on me dise comment je dois croire à un truc purement spirituel. De fait, j'ai en vérité de plus en plus de mal avec les religions au général. Par ailleurs, j'ai de nombreuses fois (surtout venant de musulmans, étonnamment) eu la réflexion incrédule, même pas méchante ni "jugeante" : "mais comment tu peux croire en Dieu sans religion". Ca, j'avoue que ça me souffle à chaque fois et qui en dit long sur la splendide liberté de croyance véhiculée dans ces religions... Mais passons.
- De fait, le seul qui reste, et à quoi je me revendique : déiste. OK y'a du monde à l'étage du dessus et puis voilà, je fais ce que je veux avec ça. Je n'encourage personne à suivre ma façon de voir, laquelle n'est codifiée nulle part, je prie quand ça me chante, remercie quand j'y pense, et je ne me repose nullement sur elle au quotidien, parce que ce n'est pas, à mes yeux, en priant qu'on résoud quoique ce soit; par contre, un petit merci quand j'ai un coup de bol ne fait de mal à personne (mais là, je m'éloigne de la définition du déiste).

Pour tout vous dire, je considère le plus sincèrement du monde que les religions restent des sectes qui ont réussi, ni plus, ni moins. Oh, le but est noble à la base, rassembler les gens autour de bonnes valeurs, tout ça. Au début d'une civilisation, ça ne peut pas faire de mal, mais quand tu es dans un monde civilisé, à mes yeux, c'est rétrograde (vision qui n'engage que moi, libre à vous de croire en ce que vous voulez tant que vous ne m'agitez pas votre foi sous les yeux).
A la limite, je conçois un truc que j'ai lu sur le Net (9gag, je crois) : "la science tente d'expliquer comment nous sommes arrivés là, et la religion pourquoi". Pourquoi pas. Mais quand je vois des allumés ricains croire encore à la création et compagnie, là, j'ai peur.

Enfin bref, moi, pas religieux.

Par contre, j'assiste sans trop broncher aux cérémonies religieuses, c'est le choix des défunts d'y passer, alors allons-y.
Pour ne rien vous cacher, ça me fait me sentir comme le dernier des cons quand tout le monde dans la baraque sauf moi connaît les chants et paroles qui ne sont marqués nulle part. Je veux dire, quand tu rentres, mariage ou enterrement, tu as une sélection de textes religieux sur un petit papier, et tout le monde chante ce qui est marqué. SAUF QUE! Pour une raison que j'ignore, il y a au moins un tiers de ce qui est chanté qui n'est marqué nulle part. Et ça, ça me fout la panique. Rien que le Pater Noster, je ne connais pour ainsi dire pas les paroles, "ô Marie pleine de grâce" et sa suite, tout pareil. Tout le monde a l'air de bien connaître, mais pas moi, et ça me fout le stress, surtout que des fois, ce sont des couplets complets que tout le monde récite!

Je me souviens à ce propose d'une authentique panique (mais rigolote quand même), au mariage d'un ami, arrive un moment de la cérémonie où, ne comprenant qu'un mot sur deux puisqu'étant au fond de l'église, je ne saisis pas pourquoi tout le monde se retourne l'un vers l'autre. Ma dame, juste à côté de moi, me regarde en riant et me dit "µ%$^^ du Christ".
- "Heu... Quoi?, tenté-je de lui faire comprendre en roulant des yeux et levant les mains.
- µ%^* du Christ!
- Je bite que dalle!", avec tout le monde qui se met à psalmodier le même truc duquel je ne comprends rien, entre le brouhaha et l'acoustique atroce de l'église.
Ma dame sourit à belles dents et se retourne vers son voisin de droite et lui claque la bise, comme tout le monde d'ailleurs.
Je me retourne vers ma respectable voisine, qui est elle aussi morte de rire à me voir totalement largué; je tente sans trop hurler de lui faire comprendre que ce n'est pas un effet de ma mauvaise volonté mais que vraiment, mon ouïe est aux abonnés absents. On s'est donc, je crois, claqués la bise, et puis voilà.
Ce n'est qu'en sortant qu'enfin, j'appris qu'il fallait dire PAIX DU CHRIST, crénom! Je vous informe donc, pour ceux qui se retrouveraient dans cette situation gênante, quand vous voyez que tout le monde se penche vers son voisin et murmure quelque chose, il faut vous tourner vers votre voisin de gauche ou de droite, lui dire "Paix du Christ" et lui faire la bise, puis faire pareillement avec votre autre voisin. Sauf si vous êtes au bout du banc, évidemment : pas la peine de faire la bise au pilier le plus proche ou au bénitier.

Ca, encore, ça reste le genre de truc un peu drôles que l'on peut avoir en bon ignorant. Je passe le passage Chipster où tout le monde se lève pour boulotter un cracker pas bon (on ne me fera pas gober que c'est le corps du Christ!) et la quête où tombent les euros à flots en Bretagne (billets de 10 et tout, ça paye bien la foi en Bretagne). Ca me fait sourire mais ça ne me dérange pas et chacun fait ce qui lui plaît.

Après, pour ne rien vous cacher, plus le temps passe et moins je supporte le passage par l'église. Je veux dire, de par mon ascendance, si j'avais une religion, ce serait la religion catholique; mais le côté embrigadement me saute de plus en plus au visage. Pour un enterrement dernièrement, j'ai entendu le curé sortir avec un aplomb redoutable "elle a vécu dans le pécher, mais son Seigneur l'accueille en son sein", blabla mes fesses.

Dis-donc, machin, tu t'es rencardé avant de sortir une connerie pareille devant toute la famille? Une femme qui a toujours mis son propre intérêt au second plan pour sa famille, qui a littéralement vécu une vie de sacrifices, et comme tu le dis, on dirait qu'elle se vautrait dans le pécher avec délectation? C'est dans le fondement que tu veux le recevoir, ton crucifix?
Sans rire, avec mon frère, nous nous sommes concertés à la fin et avons trouvé pour le moins outrageux ces propos, surtout compte-tenu de la personnalité de la personne dont il était question. Ce n'est pas sous couvert de la religion que l'on peut se croire autorisé à sortir des énormités pareilles en toute ignorance de cause.

Et c'est justement ce que je reproche à la religion en général : tu ne tueras point, sauf si c'est pour la bonne cause. "Guerre sainte", c'est vrai que ça sonne bien, mais t'es quand même en train de bousiller quelqu'un sous prétexte de ne pas avoir le même ami imaginaire. Bien sûr, bien sûr, j'exagère, la guerre, le fanatisme, tout ça. Sauf que même au quotidien, tu peux tout dire sous couvert de la religion, un peu comme " chat perché".
Et quand je vois les malheureux évènements religieux de par le monde, je vois plus de guerre que d'amour (mais bon, les médias, tout ça...). Mais curieusement, autant quand je vois des produits suspects sur le marché genre OGM qui font polémique, et qui font l'objet de tentatives d'arrêt de commercialisation histoire d'être prudents, autant dans le cadre de la religion, ça se flingue à tout va et on ne compte plus les morts par sainte bastos, et personne ne bouge le petit doigt pour dire "ça suffit vos conneries". Doit y avoir un truc qui m'échappe.

Ce sont bien là les dérives propres aux principes mêmes des grandes causes : la fin justifie les moyens... Ah oui?

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article