Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La boîte à fourbi

Petit voyage à LA - partie 1

9 Novembre 2014 , Rédigé par Shinkel Publié dans #Peublik Reulaysheunz

Quelques personnes, dans la vie, sont vernies. Pas littéralement, hein. Mais genre qui ont 'achement de chance. C'est mon cas. J'suis plutôt veinard, il faut avouer. Quand j'étais plus jeune, alors qu'on rentrait de colonie de vacances avec mon éminent frangin, j'ai perdu en plein métro parisien mon sac à dos (suite à une halte "trop chaud j'enlève mon manteau"), contenant tous mes trésors de gamin, à commencer par mon Walkman de marque non-Walkman (mais qui était autoreverse, alors TU RESPECTES) et mes meilleures cassettes (évidemment); ainsi que mon lecteur CD portable, comble du luxe de l'époque, même s'il n'avait pas l'antichoc et que donc il fallait le tenir bien droit, sinon ça coupait, et mes meilleurs CD, y compris le jeu Playstation Star Gladiator qui n'était pas à moi MAIS dont j'aimais les musiques (et certains CD de jeu passaient sur platine CD à l'époque, comme un CD normal! LA CLÔSSE!).
Ajoutez à ça ma maigre cagnotte de jeune homme et mes pétards achetés tous frais de la colonie, parce qu'ils n'en vendaient plus par chez moi (obligé de se fournir en province, un comble), vous comprendrez mon désarroi quand j'ai réalisé, mais bien trop tard, que mon magot de gosse était perdu corps et âme dans le ventre du métro parisien.
Comment expliquer, à part une chance redoutable, qu'en plein mois d'août, une bonne âme ait retrouvé mon sac et mon adresse et ait envoyé un message m'invitant à aller le chercher et qu'il ne manquait rien dedans, sauf mes pétards (j'ai quand même boudé un peu pour le principe).
Ce n'est qu'un exemple parmi quelques-uns, mais donc ouais, j'ai de la chance.
Dans le même genre, je peux, par une astuce scénaristique, voyager gratis en A380 chez Air France. Y'a tout un paquet d'astérisques, notamment celle concernant la durée du voyage qui varie de 24 à 48h. Je n'expliquerai pas pourquoi, les privilégiés comme moi sauront de quoi je parle, mais en tout état de cause, cela m'a permis de voir deux-trois petites choses de par le monde que beaucoup de personnes n'ont pas eu l'occasion de voir.

Mon voyage du jour (en août, précisément) m'a emmené à Los Angeles, Californie, dans un mois d'août assez pourri en France.

Départ vers midi (une heure de retard sur 380, grand classique) au lieu de onze heures, coup de bol dans l'avion puisque bien qu'en classe éco, personne devant (mon mètre 90 a bien apprécié), atterrissage dans le cockpit - c'est bon d'être un nanti et rien que pour ça, le voyage vaut le coup - et arrivée sur place à 15:30 heure locale.

En arrivant, je fais me fais une réflexion : tiens, c'est drôle, y'a trois A380 côte à côte! Hi hi hi!

Nan, pas hi hi hi. Merde merde merde, plutôt. Eh oui, les probabilités que les avions soient côte à côté depuis peu de temps étaient hautes et en effet, j'ai eu l'horreur de constater qu'au moins deux aviosn avaient vomi leurs passagers en même temps. Il y avait un bon millier de personnes aux douanes, une horreur, je n'avais jamais vu ça. Une heure à poireauter, avec des CRENOM DE TOURISTES QUI NE PARLENT PAS LA LANGUE! Alors ça, ça me gonfle, mais d'une force... Que tu ne parles pas le local quand tu vas dans un pays non anglophone, c'est déjà lourdingue. Mais quand tu n'es pas foutu de baragouiner 3 mots d'anglais, punaise, mais tu fous quoi ici? Là, on avait un 380 plein de chinois en import direct, donc une fraction seulement semblait comprendre ce que leur racontait les douaniers.
Déjà que les douaniers n'étaient pas énervés, mais alors avec des neuneus qui ne bitent rien en face, j'ai eu l'impression que le hall d'arrivée étaient un purgatoire avant l'heure.

Vraiment, le coup de ne pas parler local me chiffonne. J'avais bien aimé mon voyage à Tokyo mais j'étais intrinsèquement mal à l'aise de ne pas savoir parler la langue locale, au moins un peu. Ce n'était que 48h et je me suis consolé en me disant que je parlais anglais, la langue admise internationale et dans les faits, cela ne m'a pas porté préjudice et je n'ai gêné personne, le douanier parlant anglais. Mais ça me gênerait de ne pas avoir les bases si je devais vivre là-bas.
De la même manière, j'ai eu envie de foutre un pain à mon cafard de voisin bruyant, un russe, qui ne parle ni anglais ni français et se paye de luxe de faire chier la résidence avec sa musique de merde (un genre de r'n'b russe immonde). Je ne sais pas, quand t'es ailleurs, tu la fous en veilleuse et tu t'intègres, punaise. Comment ce type de personne peut-il vivre sans la moindre notion des autres, vraiment, ça me dépasse complètement.

Enfin bon, fort heureusement, la suite du voyage s'est avérée nettement plus sympathique, mais ça, c'est pour la prochaine fois ;) A suivre >ici<!

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

cadeau anniversaire homme 18 ans 10/11/2014 01:56

Je vous applaudis pour votre article. c'est un vrai exercice d'écriture. Développez