Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La boîte à fourbi

Petit voyage à LA - partie 4

19 Février 2015 , Rédigé par Shinkel

Cet article est la suite de >celui-ci<!

Après une nuit fortement réparatrice, décision fut prise que le petit déjeuner serait pris non pas à l'hôtel, mais au Johnny Rockets d'Hollywood Boulevard, pile au sud-ouest du Griffith où nous étions la soirée précédente. Ce qui, donc, représente environ 37km.

Notre hôte me demande si cela me tente, à présent reposé, de tenter la conduite à l'américaine. Bien qu'endormi la veille, j'ai pu constater qu'une fois certaines petites règles établies, il n'y avait rien de surhumain à conduire là-bas, j'ai donc tenté le coup.

Petit florilège des choses à savoir lorsque vous prenez le volant aux Youèsses :
- La conduite est comme chez nous, à droite. C'est rassurant.
- Les feux rouges sont de l'autre côté du croisement. Toujours.
- Donc, on s'arrête avant le croisement, sinon on se fait klaxonner. Ce qui ne m'est pas arrivé, je suis fier (franchement, je m'attendais à me faire avoir au moins une fois).
- Que ce soit sur autoroute ou non, on s'en fout de la vitesse, l'essentiel, c'est d'être dans le flux de la circulation. Ceci est primordial! La quantité de véhicules est déjà si importante qu'on a des bouchons tout le temps ou presque sur les highways, du coup pas la peine de s'encombrer à respecter au poil les limites de vitesse quitte à faire ralentir derrière : si vous êtes 10 miles/heure au-dessus, vous êtes au-dessus, mais c'est le cas de tout le monde. La circulation, du coup, parvient à être relativement fluide et uniforme à 80-90 km/h avec 4m entre les différents véhicules, et tout va bien. C'est curieux mais agréable, on s'y fait vite.
- Si la voie véhicules lents est bien, comme chez nous, théoriquement, celle de droite, en pratique ne vous avisez pas de changer de voie pour un oui ou pour un non! En effet, nos amis ricains n'en ont rien à péter de doubler par la droite ou par la gauche, par contre quelqu'un qui conduit en changeant de voie tout le temps est identifié comme dangereux, et il semble être monnaie courante d'appeler les forces de l'ordre pour signaler un comportement dangereux pour cette raison! Alors que tout le monde roule uniformément au-dessus de la limite de vitesse. Comme je vous l'ai dit, l'important, c'est le flux! Pas la vitesse.
- La dénonciation d'un comportement dangereux, me disait mon hôte, est une chose autrement plus courante que chez nous. On sait de triste réputation (justifiée ou non, no lo sé) que les Outre-atlantiens ont une propension au procès pour un oui ou pour un non, pour autant la dénonciation n'est pas vraiment dans la même mentalité puisqu'ils ont le sentiment de dénoncer quelqu'un de vraiment dangereux, et pas d'être une balance, comme cela passe par chez nous. Oncques ont évoqué la possible absence d'occupation façon germano-nazie comme chez nous durant la seconde guerre mondiale, laquelle entre autres mauvaises choses a donné à la dénonciation une connotation incomparablement plus grave que chez eux.
- La voie la plus à gauche sur les autoroutes a un rôle très particulier, elle est d'ailleurs visiblement séparée des autres voies : il s'agit de la car pool lane.

Petit voyage à LA - partie 4

Notez au passage le temps déplorable que j'ai eu pendant le séjour. La file de gauche, donc, ou car pool lane, est exclusivement destinée aux véhicules avec au moins deux occupants. Curieux? En fait, les voitures là-bas sont très, très nombreuses, de gabarit imposant, et sont presque exclusivement occupées par une seule personne. Gabarit mis à part, on est assez proches de la périphérie parisienne, finalement (je spécifie parisienne parce que je n'en connais pas d'autre, excusez). Et comme il n'y a pas de système de transports en commun digne de ce nom (pas comme en région parisienne, donc), et une immense superficie à couvrir, difficile de convaincre les conducteurs de covoiturer, d'où les bouchons monstrueux.
Le car pool lane permet dans une certaine mesure d'encourager le covoiturage puisque quiconque est moins de deux (en fait, être seul, si vous avez des morceaux de cadavres dans le coffre, ça ne compte pas) sur cette voie se prend une prune d'un curieux montant (378$ de mémoire d'âne là où nous étions). Cela ne décourage pas tout le monde de resquiller, mais il s'en demeure pas moins qu'on roule un poil mieux sur cette voie dédiée. 'Pis bon, nous, on était trois, alors on avait le droit, nanère.

En France, si on mettait quelque chose comme ça en place, je n'imagine même pas l'usage totalement français qu'on en ferait, à base de poupée gonflable sur le siège passager, voire même un macchabée tant qu'à faire, tout ça pour s'imaginer plus malin que les autres. Mais le concept est loin d'être idiot, juste inexportable chez nous.

Dernière chose, les highways immenses que l'on voit dans les films? Bah finalement, c'est pas complètement déconnant : 5 voies de chaque côté de la route, ça ferait même trop peu par endroit : le nombre de véhicules est tellement important qu'une ou deux voies de plus ne feraient pas de mal. Au global, l'expérience fut assez enrichissante, routièrement parlant.

Promis, >la prochaine fois<, je vous cause de ce qu'on a visité, j'ai fini avec les sujets connexes :p

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article