Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La boîte à fourbi

Tout pour la musique - 2/2

22 Avril 2015 , Rédigé par Shinkel

Mais plus encore que les films ou les séries (bien que les premiers soient au général davantage pourvus en musiques qui se retiennent que les séries - exceptions faites de celles citées dans le précédent article), en tant que joueur, j'ai toujours associé des périodes de ma vie et attaché une attention toute particulière aux musiques accompagnant mes épopées vidéoludiques.

A cet égard, je n'ai jamais réellement goûté aux sarcasmes trop faciles sur le fait que "les jeux vidéo c'est du blip blip et c'est tout" : preuve malheureuse d'avis à l'emporte-pièce, au milieu des années 90 déjà on commençait à voir paraître des bandes-sons décentes à des années-lumière de ce que pouvait faire un Atari 2600, et ce phénomène d'amélioration de la qualité des musiques, passant progressivement de "ce que l'on pouvait faire avec les moyens du bord" à "toute la puissance de ce que l'on peut donner avec un orchestre digne de ce nom". De plus, grâce à Internet, innombrables sont les covers de thèmes musicaux qui subliment la musique originale, récente ou non. Je vous invite par exemple à vous écouter le splendide cover de The Dragonborn Comes de Malukah, redoutable, issu du génial Skyrim.
Les covers permettent de mettre plus de puissance à des musiques dont le support original n'était pas vraiment écoutable, pas parce que les mélodies étaient mauvaises, mais parce que le support matériel était trop limité (pour le coup, là, c'était quand même à peine mieux que du bip-bip). Par exemple, l'excellente OST de Zelda : Link's Awakening sur Game Boy première du nom n'était pas vraiment à même de faire péter les watts avec son HP déplorable, mais je n'ai jamais oublié ces mélodies. A ce titre, la comparaison entre l'OST originale et le fabuleux arrangement de The Second Narrator avec une version "instrumentale numérique", si ce n'est pas de la sublimation de musique, alors quoi?!
Je suis un grand friand des ces reprises. De fait, alors qu'elles se multiplient grâce à Internet, qui permet gratuitement d'en produire autant que le coeur vous en dit, je ne peux que vous recommander mes quelques favoris en la matière que sont FamilyJules7X, Ferdk, Daniel Tidwell, Marc Papeghin (et ses Epic Final Fantasy Medley), 331Erock (et ses séries "meet metal") ou le maintenant légendaire Smooth McGroove et ses reprises a capella : ce ne sont que quelques-uns de personnes qui suscitent chez moi un profond respect de par leur vision de la musique notamment dans le domaine des jeux vidéo.
Mais s'il existe énormément de metal covers, il existe également le pendant le plus puissant, à mon sens, de la reprise de ces musiques : la version orchestrale "authentique".

Mon premier contact avec la reprise instrumentale a été pour le jeu Final Fantasy VII, avec l'album Reunion Tracks : sorti par la même personne à l'origine de la musique du jeu sur Playstation 1, cet album était un genre de best-of des musiques du jeu, dont l'OST originale tient sur 4 CD. A la fin de ce disque, se trouvaient 3 musiques instrumentales absolument fabuleuses.
Afin que vous goûtiez la comparaison entre les originaux et leurs versions orchestrales, voici les deux, sachant que même sans être joueur, vous pourriez totalement apprécier les versions orchestrales :
- Final Fantasy VII main theme version originale et version orchestrale (une de mes musiques préférées de tous les temps, tout simplement),
- One Winged Angel version originale et version orchestrale (reprise dans n'importe quel concert, j'en parle plus bas),
- Aeris version originale et version orchestrale.
En replaçant ça dans son contexte, Final Fantasy VII était un monument et ses musiques aussi bien que sa plastique sublimes pour l'époque... Quoiqu'il en soit, vous admettrez bien volontiers que les version orchestrales exacerbent les musiques originales de manière significative.

Pour autant, si Final Fantasy VII et VIII (du IV au IX pour ce qui me concerne, je ne supporte pas les plus récents au général, en mode vieux con) est doté de musiques dont les mélodies ne vieillissent pas et pour lesquelles les arrangements orchestraux sont un plus indéniable, je n'ai jamais autant apprécié la musique d'un jeu autant que celle de Chrono Cross.

Chrono Cross est assez unique dans ma culture vidéoludique parce que je n'y ai pour ainsi dire pas joué. Pourtant, son OST est ma préférée, haut la main. De plus, je puis parler avec quelque objectivité puisque je n'ai pas, contrairement à FF VII, de moments de ma vie associés à ces musiques, et vraiment, Chrono Cross me transporte à chaque écoute. Et, fait rare, sur beaucoup de morceaux de cette OST (et pas une minorité).
Pire, je n'ai à ce jour pas trouvé de cover permettant de sublimer ces musiques, notamment l'incroyable Time's Scar, ma musique préférée à ce jour (la vidéo est optionnelle, et si elle a quand même mal vieilli, sachez qu'elle était, comme FF VII, visuellement splendide à sa sortie) : rien que de la réécouter à l'écriture de cet article, j'en ai les poils sur la nuque qui se dressent. Rarement une musique m'aura autant transporté et je n'ai toujours pas trouvé d'arrangement qui convoie autant d'émotions que l'original. Et ce n'est pas faute d'avoir cherché!
Ensuite, il y a des jeux dont l'OST étant déjà jouée par un orchestre, il n'est pas possible d'en faire une cover qui apporte quelque chose sans en changer le style. C'est par exemple le cas de World of Warcraft (surtout Vanilla), sur lequel j'ai jusqu'à maintenant passé quelques heures (je dois être aux alentours de 7000 heures en 10 ans, tranquille Emile) et dont les musiques, si elles ne me transportent pas autant qu'un Chrono Cross, se laissent outrageusement écouter.

Fort de ce que vous savez désormais de mes goûts et impression en terme de musique vidéoludique, en 2010 j'ai suivi des amis qui m'ont demandé si cela me tentait d'aller au concert Video Games Live (ou VGL), concert de renommée mondiale parmi les joueurs, qui ont le plaisir de voir interprétés par un orchestre philarmonique, sous l'égide du sympathique Tommy Tallarico (et sa gratte), les grands thèmes issus de licenses connues, sachant que le VGL fait le tour du monde.
Ainsi donc je mettais de côté pour un soir mon horreur de la capitale et montais-je à Paris pour en prendre plein les oreilles.
Et quelle soirée, quel concert! La sélection était excellente, bien que loin de connaître toutes les musiques, il y a eu du Final Fantasy, du Chrono Cross, du World of Warcraft... J'en ai pleuré! Se prendre les thèmes épiques de World of Wacraft en pleine tronche, avec toute la puissance d'un vrai orchestre, croyez-moi, la vidéo - à 1:50 - ne rend pas justice à la chose (nécessairement filtrée).
Comme si enfin, la musique reconnaissait que le jeu vidéo a plus à offrir qu'une série de bips moches à des geeks imbéciles, et qu'on y trouvait au moins autant, sinon plus de morceaux de choix que les daubes immondes qu'on nous envoie à la radio au quotidien. Ce soir-là, j'ai été fier, et vraiment touché d'une telle qualité dans le spectacle.
Tout en sachant que la vidéo n'est pas forcément idéale pour vous rendre bien compte de ce que ça fait, j vous encourage à l'occasion à visionner les VGL level 2 et level 3 qui sont dispo sur Youtube.
Depuis, j'ai tenté également Distant Worlds, un concert dédié aux musiques de Final Fantasy. Fort sympathique, un poil moins puissant que VGL à mon goût, mais d'une indéniable qualité. Là encore, pour vous faire une idée, une vidéo aide grandement.

Enfin, et c'est le concert qui m'a fait penser à écrire cet article, j'ai été voir Press Start : a symphony of games il y a deux semaines. L'affiche parlait de trois auteurs prestigieux : Yoko Shimomura (auteure de nombreuses OST, dont l'excellente de Legend of Mana, plus récemment de celle de Kingdom Hearts, le jeu de rôles à la sauce Disney),

Yoko Shimomura. Dire qu'elle a fait les musiques de Street Fighter 2!

Yoko Shimomura. Dire qu'elle a fait les musiques de Street Fighter 2!

Yasunori Mitsuda (qui a signé mon chouchou Chrono Cross, mais aussi son prédécesseur Chrono Trigger et d'autres grands titres comme Xenogears et Xenosaga) et le légendaire (pour les connaisseurs) Nobuo Uematsu, avec sa moustache et sa queue de cheval, sans doute l'auteur de musique vidéoludique le plus connu, habitué des scènes, et à qui l'on doit la musique de tous les Final Fantasy jusqu'au X; fameux programme bien que l'OST de Kingdom Hearts ne me parle pas des masses, j'attendais quelques titres de Final Fantasy, toujours efficaces, et surtout de me gaver de Chrono Cross, toujours à la recherche d'une hypothétique amélioration de mon all-time favorite (je parle anglais, vive moi) Time's Scar.

Y. Mitsuda (gauche) et N. Uematsu. Tellement de musique en une seule photo.

Y. Mitsuda (gauche) et N. Uematsu. Tellement de musique en une seule photo.

Tout agité que j'étais, le concert commence, j'affûte mes esgourdes... Et bam, direct, un medley Chrono Trigger/Cross! Yay! Heummm... C'est rapide, tout de même : les morceaux s'enchaînent un peu vite pour qu'on en profite. Tiens, c'est Time's Scar. Trop rapide. Bien, enfin, pas mal, mais rapide. Eeeeet... Hop, fini. Wabon. Applaudissements, et j'ai peur : on passe direct sur d'autres trucs. En fait, l'ensemble du concert aura été des medleys de quelques minutes sur des thèmes particuliers, mais aucun morceau complet! Pire, le medley Final Fantasy que tout le monde attendait a eu lieu à la toute fin, on a eu aussi du Kingdom Hearts, fait rare, les trois auteurs étaient sur scène (YAY), mais surtout, on a eu une foultitude de medleys qui n'avaient aucun rapport avec les 3 auteurs (ou très lointains), un peu de Zelda (de Koji Kondo, rien à voir avec la soupe), et fin du concert.

J'étais du reste très content de voir Ken Bogard, un commentateur de jeux de baston passablement génial dans ses vidéos Youtube, que j'ai rencontré il y a quelques années et dont on m'avait dit du bien, ce qui a été largement vérifié, c'est quelqu'un de très sympa; Ken donc était commentateur de la session de 14h du concert. Bref.
 

Ken Bogard et son inusable béret.

Ken Bogard et son inusable béret.

J'ai été globalement déçu de ce concert, le moins bon des 3 auxquels j'ai assisté : que du medley, certainement que je commence à être un peu blasé (ceci étant surtout conditionné par le fait que je cherche beaucoup de covers, aussi bien metal qu'instrumentales ou autres, ce qui me rend de plus en plus exigeant) et surtout déçu par le choix des musiques : quand on cible clairement 3 auteurs dont les oeuvres sont connues, tout le monde s'est attendu à une bonne dose des auteurs présents, sur leurs oeuvres majeures, et pas à un medley chacun et basta. Qu'il y ait eu plus d'un auteur que d'un autre ne m'aurait pas gêné plus que ça, mais qu'on ait à peine un medley de deux minutes chacun, sur les deux heures du concert, ça m'a semblé vraiment court. Et pour 48€ la place, je m'attendais vraiment à mieux (de mémoire, Distant Worlds et VGM étaient moins cher, mais je peux me tromper).

Ce qui m'a fait réaliser que maintenant que ces concerts existent et tombent de manière régulière, ce que j'adorerais, ce serait des concerts à thème d'une aussi bonne qualité musicale que ceux auxquels j'ai été (Press Start n'étant aucunement mauvais, c'est la sélection des morceaux qui m'a chiffonné) : un concert spécial Mitsuda, un truc ciblé, quelque part ce que je recherche serait un Distant Worlds dédié à lui, ou même à la musique de World of Warcraft, très chargée également en excellentes musiques.

Je ne suis pas non plus dans une attente particulière : il faut qu'un concert soit rentable, ce qui ne sera sans doute pas le cas d'évènements aussi ciblés, c'est la raison pour laquelle je comprends l'optique de Press Start de ne pas se spécialiser trop, mais compréhensible ou pas, ça reste dommage.

Ca m'n fait raconter des trucs pour de la musique, n'est-ce pas?

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article