Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La boîte à fourbi

Ils commencent à m'gonfler

26 Janvier 2016 , Rédigé par Shinkel

Ce matin, arrivée au boulot. Petit café, discussion collègues, rien que de très classique.
"J'ai louvoyé entre les taxis ce matin sur l'A12!", me dit une collègue. Quoi donc, m'étonné-je? Ne me dis pas qu'ils sont encore en grève!
Tiens donc que mais si, absolument qu'ils le sont. Ils ne sont pas tout seuls : les profs, les aiguilleurs du ciel... Bon. Ne devant ni prendre l'avion, et n'étant pas parent, je laisse chacun à ses revendications. Sauf... Sauf que ce soir, moi, je dois me rendre à l'hosto et que les axes pour m'y rendre incluent ladite A12. Merde et remerde, passez-moi l'expression, mais moi qui ne sors jamais, ne me dites pas qu'ils vont me casser les noix, ces tocards rétrogrades de taxis, en bloquant l'autoroute aux gens qui, comme moi, n'ont rien demandé?!

"Boah, me sort un collègue, 'faudra que tu passes par Versailles", me dit un autre collègue. "Ouais mais bon, tout le monde aura la même idée : ça va foutre la merde partout".
Et c'est le but escompté d'une grève, "les tracteurs, c'est bien pareil, quand ils font chier le monde sur les routes...".
Oui dans les faits, non sur le fond. Les tracteurs, c'est pas pour faire mon humaniste, mais je les trouve plus légitimes que les taxis. C'est triste à dire, mais sans nos paysans, on aura quelques soucis à se sustenter. Les taxis, en revanche, c'est du luxe, de plus en plus d'ailleurs grâce (oui oui, j'ai bien dit "grâce" pas "à cause") à la concurrence de services alternatifs (Uber ou autres).

L'année dernière, l'Etat, fort de ses burnes en acier trempé, avait courbé l'échine face aux taxis en interdisant UberPop (mais pas Uber). Bon. Ce qui ne changera pas les services comme Blablacar et compagnie, mais au moins, les intégristes s'étaient calmés.
Et là, paf, ça recommence.

Alors alors, puisque vous êtes là, je vais vous donner mon avis d'usager lambda sur la grève de nos amis taxis.

Primo, je rigole des taxis. Vraiment. J'y vois un système de transport qui se fait dépasser et qui ne parvient pas à se moderniser, restant dans un immobilisme ridicule, la faute au cadre législatif. Bon.
En toute franchise, je n'y entends goutte en termes de cadre législatif et je fais toute confiance à l'Etat pour sucer tout ce qu'ils peuvent du moindre sou gagné. Donc je ne dirai pas que les taxis gagnent trop ou pas assez, ce n'est pas mon business et je n'ai pas le nez dans le portefeuille de ces messieurs et quelques dames.
Ce que je vois, en revanche, c'est que le taxi coûte cher. Lorsque j'ai dû aller en Roumanie en partant de chez moi, donc me rendre à Charles de Gaulle, pour avoir mon avion à 8h, je suis parti de chez moi vers 5h45, de mémoire. Il y en a pour une grosse soixantaine de kilomètres, et mes trajets n'ont jamais duré plus d'une heure (encore heureux à ces heures). Pour autant, je m'en suis tiré pour la coquette somme de 160€ l'aller, et quelques 140 le retour (plus long car en journée... Genre une heure et demie).
Heureusement que j'étais remboursé par ma boîte pour ces trajets professionnels, sinon je n'aurais jamais, jamais pris le taxi.
Mon expérience n'a pas été désagréable : mon taxi étant un taxi de banlieue, et sachant qu'il allait gagner gros, le trajet fut quelconque, je n'avais pas un connard au volant et il était poli.
A titre personnel, donc, je n'ai pas eu à me plaindre de ma relation avec mon taxi. En revanche, je suis absolument outré quand j'entends plusieurs collègues me dire qu'un taxi a refusé un trajet parce que "je ne vais pas par-là", et c'est pas une banlieue craignos et compagnie, non non, juste que sa seigneurie a décidé que le client n'était pas digne qu'il se bouge jusqu'à telle destination.
Et ça, je trouve ça proprement inadmissible. J'veux dire, OK, y'a du monde, y'a de la demande et peu d'offre le samedi soir. Mais à moins d'être vraiment très, très loin, Paris centre-Pontoise, c'est pas la mer à boire. Et que plusieurs témoignages de gens qui ne se connaissent pas tombent d'accord là-dessus, il n'y a pas de fumée sans feu. Ce comportement altier est pour moi inacceptable : à la boulangerie, vous feriez quelle tête si la ou le boulanger vous disait "nan, pas envie de vous vendre une baguette", juste par caprice? Peut-être bien que c'est loin, peut-être bien que c'est pas sur le trajet que t'avais prévu. Mais si c'était ça, être pro? Faire ton boulot? peut-être bien que c'est pas le top de ta rentabilité, copain taxi. Mais peut-être bien aussi qu'en attendant, tu passes pour un bon gros connard. Ni plus, ni moins.
Comme l'explique le chauffeur de taxi dont j'ai linké l'intervention plus haut (bon, lui, si vous avez la flemme de remonter), il y a des frais fixes d'environ 2800€/mois : je comprends le besoin de rentabilité. Mais il y a un monde entre ne pas être au top de la rentabilité et ne pas faire son travail. De ce côté-là, c'est indéfendable.

Passons maintenant au sujet qui fâche : le faaaameux prix de la licence. Merci de ne pas perdre de vue que le prix de ce sésame n'est aucunement imputable à nous, les usager lambdas, mais bien au marché qui s'est mis en place et qui a fait grimper les prix jusqu'à la stratosphère : 350 000€ à Nice, sans déconner?!
Et du coup, ah bah c'est la crise messieurs-dames, le prix des licences chutent, alors nous gentils taxis, on se fait enfler!
Sans dec'? Bienvenue dans la crise! Moi, j'ai acheté mon appartement en 2008, au plus haut, 188 000 euros. Je cherche à la revendre cette année, eh bah c'est 169 000 euros. Alors que j'ai refait ma cuisine de fond en comble! Voilà, c'est ça la crise : ça touche tout le monde, et pas que votre royale seigneurie. Donc votre argument n'en est pas un : vous saviez depuis le départ que c'était un pari très cher, vous avez choisi de le prendre et maintenant, vous vous faites baiser, comme moi. Vous jouez? Acceptez de perdre. Et après, ça veut se faire indemniser? J'peux aussi pour mon appart', moi?

Alors oui, ça chouine sur Uber (pas UberPop, hein, Uber) en arguant que la vie de taxi, qu'elle est dure. Pauvre choupinou. Et si, idée folle, au lieu de couiner, tu te reconvertissais? Puisque les charges sont lourdes et que t'as un crédit à rembourser, bah passe Uber ou assimilé, au lieu de gueuler, copain taxi, puisque l'herbe a l'air si verte ailleurs! Lance-toi!
Mon frère avait très justement sorti lors d'un repas qu'aux gens qui gueulaient sur les congés des profs, "ces fainéants de première" comme le veut la sagesse populaire, qu'au lieu de gueuler, si ça vous semblait si injustement favorisant, eh bah, devenez prof! Puisque c'est si simple, lancez-vous!

Comment? Ah, finalement, c'est trop dur? Ah, ne pouvoir se faire que 33 000 euros par an, de par le statut d'auto-entrepreneur, nécessaire pour être Uber, c'est peu? Ah, bah ça... Et puis en plus, fini le black, puisqu'on paye par avance pour le trajet. Et par carte bleue en plus, elle est pas belle la vie? Ah oui, copain taxi, tu me gonfles. Tu nous gonfles, d'ailleurs. Moi et tous mes collègues qui ne peuvent régler qu'en liquide, parce que "la carte bleue, ça coûte cher", d'ailleurs. Et que, pendant que je vais faire mon retrait au distributeur pour payer tes 130 euros en liquide, le compteur tourne toujours, petit malin? 'Faut vraiment être un connard pour ne pas prendre ta défense, hein, copain taxi, ils comprennent rien, tous ces crétins qui contre vous?
Et puis bon, on va aussi garder un esprit constructif et ne pas s'imaginer une seule seconde que les paiements en liquide, c'est tout de même fort pratique pour frauder le fisc, hein. Parce que tu es honnête, bien entendu. Comme nous tous.

D'ailleurs, copain taxi, est-ce que tu te plains de ces connards d'agriculteurs qui encombrent les routes? Moi, tu sais, j'ai cette chance de ne jamais avoir eu à subir leurs foudres. Mais bon, contrairement à toi, la concurrence déloyale, ils la bouffent, pour de vrai. Et puis bon, eux, c'est pas comme si c'était les gars qui mettaient quelque chose à manger dans nos assiette, bah non. Quels enfoirés, ces agriculteurs. Ah, pardon, y'a des fois, vous vous mettez à côté d'eux, par solidarité. C'est touchant. Et ridicule : sais-tu pourquoi? Parce que tu mets sur le même plan une mafia des taxis et les vrais bosseurs. Et ça, va savoir pourquoi, copain taxi, ça passe très moyennement. On dirait presque du rattrapage politique, tout aussi déplacé, y'a que le sujet qui change.

Et puis bon, c'est pas non plus comme si toi et tes potes taxis, vous ne vous y preniez pas de la pire manière possible pour que l'opinion publique passe de votre côté : grande idée que celle de bloquer la capitale, au lieu d'aller faire chier l'Etat qui vous emmerde autant. C'est vrai que ce soir, quand je serai tout bloqué de partout parce que tu chouines sur l'autoroute voisine, je me dirai "ah mais suis-je bête, il a raison le copain taxi, son combat est juste! Etais-je aveugle de ne pas avoir saisi ça!". Nan, je plaisante. Je dirai comme tout le monde "mais quelle bande de connards, à faire chier ceux qui ne peuvent rien à leur situation, à se croire légitimes à immobiliser le citoyen lambda." Comment? La cause est juste?
Explique-moi comment tu peux défendre un monopole mafieux en dormant les yeux fermés dans ton lit, qui parvient même à faire plier l'Etat. vas-y, raconte-moi une histoire. Ou ne me la raconte pas, en fait, je m'en fous. Je préfère mille fois prendre les transports en commun, covoiturer ou qu'en sais-je, car à l'avenir, je suis tombé dans le "tout sauf taxi". Bien joué, copain taxi : tu as trouvé plus con que toi.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Georges RR Martin 30/01/2016 16:36

La seule différence entre un taxi et un enculé de fils de pute, c'est que l'enculé de fils de pute est un minimum fréquentable.