Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La boîte à fourbi

Cinoche : G.I. Joe

28 Février 2010 , Rédigé par Shinkel Publié dans #Peublik Reulaysheunz

Voilà un moment que cette merveille du septième art est sortie dans les salles, puis en DVD et autres supports divers, mais je viens tout juste de le voir, là, maintenant. Mode pas peur. J'suis un révolutionnaire, moi, oui Madame.
Alors, hummm. Que dire?
C'est avant tout un film grand spectacle. Type plein les mirettes, vous voyez. Enfin, c'est comme ça qu'on m'en a parlé.
Ce qui sous-entend que, généralement, dans ce genre de films, seuls les yeux restent branchés, le cerveau, lui, reste au frais.
Alors, quid?
D'abord, oui, on en prend plein la rétine. De beaux effets spéciaux, c'est certain. La course dans Paris avec les super combinaisons, je l'ai particulièrement trouvée jouissive.
C'est un excellent film de ce point de vue-là. Les engins enginent, les explosions explosent, les décors décorent, les effets spéciaux spécialisent. Tout bon, les loulous.
Niveau casting, mis à part le président des Etats-Unis, que l'on a vu en tant que papa de la délicieuse pour les uns, insipide pour moi (et d'autres) Elizabeth Swann dans Pirates des Caraïbes, rien que de l'illustre inconnu, en tout cas pour moi, que la culture cinématographique - autant que la générale - n'étouffe pas.
Niveau jeu d'acteur... Je ne sais pas juger ce genre de choses, mais c'est raccord avec le style du film. Simple, ultra-stéréotypé (le méchant Docteur et le Général Hawk, par exemple, de fort belles caricatures s'il en est). Mais attention, je ne critique pas.
Niveau scénario, il y a du contenu. Enfin, un minimum. En tout cas, plus que dans Transformers.
OK, ce n'est pas dur. Mais la comparaison, j'y reviendrai, n'est pas anodine. Malheureusement, c'est du très, trèèèèèèès convenu, personne, même moi, ne tombe de son siège. Je ne saurais trop dire si, quitte à voir ce genre de films, je préfère ne pas avoir de scénario du tout (ou bien un qui tient sur un post-it) ou bien un truc avec deux pages mais super-téléphoné. Libre à vous de voir, mais de toute façon, ne vous attendez pas à avoir besoin de votre cerveau, ceci étant, vous êtes bien idiots d'avoir pensé qu'aller voir un film aussi typé, dirons-nous, que celui-là vous mettrait les neurones en ébullition.
Roh là là, soyez pas vexés, j'ai dit idiots, mais faut se rendre à l'évidence, j'veux dire. Nan mais, partez pas, allez! Purée, susceptibles, en plus!

J'en suis où, moi? Film qui envoie des effets, simplet... Efficace? C'est là qu'à mon goût le bât blesse. La sauce ne prend pas autant que Transformers, j'entends dans le sens être pris dans l'action. Oui, ça bouge chez les Joes, y'a deux grammes d'humour (contre un bon kilo chez Transformers), mais... Mais non. Pour un film qui se veut distrayant avant tout, je recommande même Transformers 2, qui est moins bon que le premier à mon sens. Bon, ok, ça traîne moins chez les Joes, pas de longueur, les pseudo-noeuds scénaristiques se dénouent tranquillement sans que ça ne prenne des plombes.
Je ne sais pas quelle est la longueur de ce film mais pas une fois je me suis demandé quelle heure il était, ce qui est un signe.

Alors oui, certains trouveront sans dote que j'insiste trop sur la comparaison GI Joe/Transformers. Mais je ne trouve rien d'autre d'approchant. En tant que film-spectacle, c'est ma référence, j'y peux rien. Je ne prends pas, par contre, d'autres films de super-héros pour base, je crains que Joe ne souffre encore plus la comparaison. Quoique je placerais G.I. Joe au-dessus de Spawn, qui est pour moi un modèle de "ce qu'il ne fallait pas faire". Et je ne suis pas compliqué...

Enfin bon, si vous êtes encore moins difficiles que moi, si vous êtes en mal de grand spectacle, et si vous ne prenez pas Transformers comme base, regardez ce film; sinon, vous ne ratez pas grand-chose. Même si les deux filles du film sont fort chôlies. Fort chôlies. Miam.

Nan mais attends, chérie, j'disais juste que...

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Dieu 24/03/2010 03:25


Rachel Nichols