Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La boîte à fourbi

Cinoche : Hunger Games

5 Avril 2012 , Rédigé par Shinkel Publié dans #Cinoche & mouviz

Sortie ciné relativement attendue, Hunger Games, à la base, je n'étais pas chaud pour aller le voir. Ai-je eu tort? Voyons un peu.

http://shinkel.free.fr/img/blog/hungergames.jpg

 

Commençons par le commencement avec le casting. En tête d'affiche, nous retrouvons la jolie Jennfier Lawrence, que l'on a pu voir dans X-Men First Class en tant que Raven et qui incarne ici Katniss Everdeen. Pour ceux qui, comme moi, sont amateurs de nanards et ont visionné Ghost Rider, on retrouve en rôle secondaire Wes Bentley, qui jouait Blackheart dans GR, et qui incarne le bourgeois et "wannabe" machavélique Seneca Crane. On également à l'affiche et incarnant le présentateur Caesar Flickerman, Stanley Tucci, aperçu brièvement dans Captain America comme le docteur Erskine.

 

Et puis... Et puis c'est tout. Beaucoup de jeunes gens au casting, assez peu d'entrées dans IMdb.

 

Le synopsis de Hunger Games, qui se trouve être l'adaptation d'une série de romans de Suzan Collins, est plutôt singulier : dans un monde où un soulèvement a eu lieu, les vaincus se retrouvent obligés de fournir des enfants lors d'un tirage au sort afin que subsiste le souvenir de la défaite ainsi que celui de la clémence des vainqueurs (tu parles, Charles). Ces enfants deviennent combattants et doivent s'entretuer lors des Hunger Games, pour ne rester qu'un vainqueur.

Si ce pitch vous évoque quelque chose, c'est normal : le mythique Battle Royale, des années auparavant, l'a utilisé.

 

Serait-ce donc une resucée de Battle Royale en version américaine, à la façon d'un The Ring ou autre?

Oui et non.

Oui dans le sens où le pitch est quasiment le même - combats sanglants d'enfants transformés en machines à tuer - et adapté à la sauce américaine, donc loin du côté excessivement cru de Battle Royale, très japonais dans sa réalisation (les personnages japonais sont en général tellement bien incarnés, surtout dans Battle Royale, que la cruauté du film s'en retrouve largement servie); Hunger Games suggère plutôt qu'il montre, bien que quelques gerbes de sang apparaissent à l'écran, on est bien loin de la décapitation sommaire du petit gars de Battle Royale façon Kill Bill.

Et non, pas une resucée, dans la mesure où le sujet du film est davantage l'histoire que le combat, quand BR privilégie la violence crue et choquante (c'est le seul film qui m'a fait cet effet-là, pour lequel "choquant" n'était pas dépréciateur ni péjoratif mais le qualificatif le plus approprié). C'est la raison pour laquelle le background fait plus riche que de servir de simple prétexte (dans BR, il s'agit de classes de collégiens/lycéens répertoriées comme étant les pires voyous du Japon qui se retrouvent lors de leur traditionnel voyage de fin d'année embarqués de force dans le Battle Royale si leur classe a été tirée au sort), malheureusement, dans ce premier film, j'ai eu plus l'impression d'avoir affaire à du gonflé et du dilué qu'un vrai background solide et accrocheur, mais ce n'est peut-être qu'un effet de l'adaptation du roman, mais peut-être pas.

Après, il faut dire que je partais voir ce Hunger Games avec Battle Royale en tête, ce qui n'a donc pas spécialement aidé. Pour autant, une copine qui a été le voir sans avoir vu BR avant n'a pas été franchement plus enthousiaste que moi, ce qui me rassure un peu.

 

Alors, qu'est-ce qui ne va pas?

 

Le rythme, tout d'abord : c'est long à démarrer et les temps morts sont nombreux; on pourrait croire que le but premier est d'étoffer le background, et si cela est supposé être le cas, dans la pratique, encore une fois, ça fait un peu limite niveau épaisseur. Mais incontestablement, l'histoire est plus touffue que BR, c'est un bon point.

 

L'idylle ensuite : clairement, parmi l'étoffage du fond, il y a un intrigue amoureuse. Mouais. Très discutable. Ma compagne, très à cheval sur ce genre de niaiseries affligeantes points scénaristiques, l'a trouvé également bizarrement fichue, et croyez-moi, c'est un signe. Là encore, je ne peux qu'espérer que le livre explicite mieux les choses car, sans vous spoiler, il y a du coup bas un peu facilement pardonné. Dommage, dommage!

 

L'action enfin : c'est bien gentil de nous faire miroiter les combats, le principe change un peu du côté aléatoire de Battle Royale, et le côté plus "juste" (enfin, disons plutôt "moins aléatoire") est grosso-modo gaspillé par une mise en scène maladroite qui, au final, plombe le potentiel intéressant du film en la matière : plans de caméras tremblotants insupportables, mal cadrés pour camoufler la violence,  combats brefs et trop clairsemés (soyons clairs : le gars qui vient voir Hunger Games ne vient pas pour une histoire d'amour), trop confus aussi : ratage total du point principal du film!

 

Tout est-il donc à jeter?

 

En fait, là encore, je me basais sur un Battle Royal archi-cru et ultra-efficace sur le sujet : le côté aseptisé de Hunger Games m'a donc clairement sauté aux yeux (sauf ces affreux plans de combats tremblotants), ce qui doit expliquer pour partie mon avis très critique sur ces points évoqués plus haut.

 

Du reste, ce qui m'a bien plu, et ce malgré une maladresse expliquée là encore précédemment, c'est cette volonté de créer un background costaud : loin de celui de Battle Royale, pour ainsi dire inexistant, celui de Hunger Games est plutôt intéressant et bien rendu à l'écran : les "conquis" respirent une ambiance limite début du 19è siècle, les conquérants sont, eux, au top de la technologie et la différence est admirablement rendue à l'écran, je n'ose imaginer le budget costumes, c'est réellement impressionnant.

 

Et puis au général, ce n'est pas un si mauvais film, disons que je m'attendais à quelque chose de plus pêchu, d'autres y trouveront sans doute leur compte.

 

Au final :

Les plus :

- Background à potentiel

- Ambiance bien rendue

 

Les moins :

- Mou du genou

- Trop aseptisé!

- Idylle foireuse

 

Pour qui est en illimité cinéma, autant aller voir Hunger Games. Les autres, attendez qu'il sorte en blu-ray ou DVD, voire en DivX, ça fera une séance potable en cas d'ennui. Si vous avez l'estomac solide, récupérez Battle Royale (en VO, par pitié) et regardez-le : de cette manière, vous aurez saisi l'essence des deux films avec une mise en scène plus efficace.

 

Ma note : 5.5/10

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article