Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La boîte à fourbi

Cinoche : l'Imaginarium du Dr. Parnassus

19 Novembre 2009 , Rédigé par Shinkel Publié dans #Cinoche & mouviz

Sur les conseils que je croyais avisés d'un ami proche dont je tairai le nom par principe (hein Ben?), je m'en fus voir le truc à Parnassus, m'attendant à un monde onirique et féérique, un peu bizarre puisqu'il s'agit d'un film de l'illustre Terry Gilliam, membre honoraire s'il en est des Monthy Python.

Le début... Hmmm... J'accroche pas. OK, c'est plus ou moins pareil avec les autres Monthy Python que j'ai vus : le début est un peu long, mais après, on a du potentiel très bon.
Ah, le miroir, une incursion assez rapide dans un monde tout coloré, et en effet, ça en jette. Mais pas longtemps. Crotte. D'autant que ce que dit l' "assistant" du Dr Parnassus, le côté un peu grave de l'imagination, laisse songeur. Cool, ça sent bon, tout ça.
Puis, brusque retour dans la réalité un peu sordide dans la partie "réalité" du film. Qui dure. Qui dure. Oh, un nouveau personnage. Monsieur Heath "le Décédé" Sledger. Joker mémorable dans Batman. Et il a du charisme, surtout comparé aux autres protagonistes (qui n'en ont pas des masses, mais qui ne sont pas non plus supposés en dégager des tonnes, excepté Verne Troyer, vu leurs personnages).
Tous ont un accent des plus anglais (allez voir vos films en VO rogntudjuuu) limite exagérément prononcé mais sans doute est-ce dû à mon habitude d'entendre de l'américain à longueur de séries.
Et ça dure, et ça dure... Le Dr. Parnassus raconte son histoire, morceau par morceau... Mais impossible de rendre ces passages intéressants. Oh. Il a fait ci. Oh, il a fait ça. Personne ne tombe de son siège d'étonnement, c'est, comment dire... Plat. Plat, plat, désespérément plat, faites péter la Amora qu'on relève tout ça, par pitié! La sauce ne prend pas et le pauvre Dr. Parnassus n'est vraiment, vraiment pas attachant. Ni aucun des autres personnages.
Heath Sledger remonte tout cela, mais cela ne tient à qu'un fil. Les scènes derrière le miroir ne sont pas légion, mais sont très bien réalisées, le côté complètement déjanté cher aux Monthy Python est restitué magnifiquement.
Puis on retombe dans le long, le plat.
Quoi, c'est tout? Et les répliques des protagonistes laissant entrevoir de très prometteuses possibilités de l'Imaginarium, on en fait quoi? Que se passe-t-il quand on entre de telle façon? Quand on rentre accompagné?
Et il est où, Johnny Depp? Ah, là. Trois minutes. Wahou. Et Colin Farell? Ah, mieux.

Alors, que retenir de tout ça?
Les "plus" :
De bonnes idées, indubitablement. Les phases derrière le miroir valent le détour.
Heath Sledger était un excellent acteur, et ce film met ce talent en valeur, malheureusement à cause de la médiocrité des autres acteurs.

Les "moins", bien trop nombreux :
Les personnages ne sont pas attachants.
De bonnes idées tombent à l'eau en n'étant que vaguement évoquées.
La "réalité" médiocre est beaucoup trop présente.
Les phases "imaginaires" sont bien trop courtes et trop peu nombreuses.
L'histoire décousue au possible.


Donc, vraiment déçu pour ce qui me concerne... Si vous êtes inconditionnel(le) de Gilliam, alors allez-y, mais vous autres qui comme moi préférez les histoires complètes et bordées, vous risquez fort de ne pas aimer.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Jade 21/11/2009 12:09


of course, je pense que ça sera direction ze blog :) (qui reprend vie d'ailleurs, avec quelques explications sur mon silence webbesque)


Jade 21/11/2009 09:38


Bon, je vais le voir ce soir avec irène, je me ferais mon propre avis :)
Pour Farrel et Depp, normal qu'ils n'aparaissent que peu, ils sont là pour combler les scènes que Ledger n'a pas pu tourner, étant décédé pendant le tournage.
Ah, en passant, c'est pas Sledger mais juste Ledger :) (et oui, je vais répondre à ton mail, mais je suis overbookée)


Shinkel 21/11/2009 11:45


(je me doute pas de soucis) Tu me diras ce que vous en avez pensé!