Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La boîte à fourbi

Cinoche : Men In Black III

8 Juin 2012 , Rédigé par Shinkel Publié dans #Cinoche & mouviz

Un peu à la ramasse ma critique, mais sait-on jamais, des fois que vous hésitiez à aller le voir...

 

mib3.jpg

 

Autant vous le dire tout de suite, je ne comptais pas spécialement aller voir ce troisième volet des hommes en noir. Autant le premier, je l'ai vu, revu, rerevu et corrigé, le second, je ne l'ai vu qu'une fois et il ne m'a rien laissé comme souvenir, à part le traditionnel SSM (Syndrôme de la Suite de Merde); et comme beaucoup de monde, je craignais de voir ce syndrôme s'amplifier avec un troisième volet que personne n'attendait plus.

Au casting, on retrouve Will Smith en Agent J, Tommy Lee Jones et Josh Brolin (vu dans tout un paquet de films que je n'ai jamais vus mais sa filmographie est impressionnante) dans le rôle de l'Agent K (si si, c'est normal), exit par contre le bon Rip Torn en Z et bonjour Emma Thompson (bien que méconnaissable dans Harry Potter pour jouer le professeur Trelawney) en O qui prend sa place.

Au rayon des inconnus au bataillon, j'ai bien aimé Boris the Animal incarné par Jemaine Clement et l'extraterrestre à tête de bête à bon Dieu Griffin, joué par Michael Stuhlbarg. A noter l'apparition éclair de Nicole Sherzinger (des Pussycat Dolls) en copine de Boris fringuée comme une péripathétipute pendant cinq minutes.

 

Fallait-il vraiment donner un coup de défribrillateur, dix ans après le dernier et fort médiocre volet des MIB? Oui! Sans aucun doute! Je ne savais pas trop à quoi m'attendre, trouvant au niveau des critiques du public un peu de tout, si ce n'est que je ne comprenais pas pourquoi les critiques négatives étaient paré d'un argumentaire en béton armé ("bah c'est nul parce que c'est nul", inattaquable); j'ai compris après : elles n'avaient pas lieu d'être, enfin, à mon sens.

 

Certes, Will Smith a pris des miles au compteur, mais il reste toujours lui-même et Tommy Lee Jones a vieilli, certes, mais pas autant par exemple que Jeffrey Rush dans le dernier Pirates des Caraïbes (Barbossa), ou encore Harrison Ford dans Indiana Jones et le Royaume du crâne de cristal. Non, on le sent certes sur le déclin physiquement, mais il ne fait pas délabré, on va dire.

D'autant que Tommy n'est là que finalement peu de temps dans l'heure 45 de film; l'histoire, sans être imprévisible, est suffisamment bien fichue pour que la pirouette scénaristique du voyage dans le temps laisse la place à Josh Brolin dans le rôle du jeune agent K en douceur.

 

L'univers MIB est toujours là, et cela fait bien plaisir de le retrouver comme dans nos souvenirs; l'humour est toujours là mais sans le côté lourdingue du second volet : bien présent mais bien mené, c'est du très bon. Le Neurolyzer est toujours là (y compris en 1969, c'est génial) et sert à point nommé sans là encore tomber dans le lourdingue, les extraterrestres toujours dans le décor avec des déguisements parfois totalement géniaux (le turban de l'Affabulateur m'a fait beaucoup rire), le méchant est simple, assez immonde mais il m'a bien plu avec sa voix et sa diction, c'est pas de l'inoubliable, surtout en comparaison du reste de l'univers et de l'intrigue, m'enfin il a le mérite d'exister.

 

Question rythme, là encore, très bon! Pas vraiment de temps morts, une alternance efficace entre action et moments plus calmes, avec des pistes intéressantes, notamment avec le très spécial Griffin, dont la façon d'appréhender l'existence est à la fois particulière et prête à réflexion. Ce n'est peut-être pas ZE top moumoutte, mais je ne me suis pas ennuyé pendant ce film.

 

Détail intéressant, Josh Brolin est un agent K plus jeune tout à fait crédible : la diction de Tommy Lee Jones, très particulière aussi bien question accent qu'expressions, lui semble naturelle (même si le voir au début parler comme Tommy Lee Jones fait immanquablement bizarre) et cela aide réellement à s'immerger dans l'histoire, au lieu de nous coller un agent plus jeune qui n'a rien aucun point commun avec le "vieux" et avec lequel, forcément, on ne voit pas le "vrai" agent K.

Par analogie, ainsi que j'en discutais avec deux potos ce matin (ouais ouais, mes potos, t'as vu), la qualité de jeu permettant d'identifier immédiatement K en dépit de leurs différences physiques est aussi importante que dans un spot de pub, faire incarner un personnage du sud (donc avec accent) à un parisien : c'est proprement insupportable si l'accent n'est pas appliqué et on n'a dans ce cas qu'une seule envie, c'est de claquer cet imposteur à deux balles.

Là, on n'a pas envie de le claquer, le petit Josh. Bon travail.

 

Que puis-je dire d'autre? Je regrette que Z ne soit plus là, pas qu'il ait un rôle central, mais j'aimais bien son jeu et l'agent O qui le remplace n'ait pas ce charisme que Z avait. 'fin bon, ça fait comme dans James Bond lors des changements de chefs (même si pour le coup, ils portent la même lettre, M), rien de super dramatique, on ne fait que constater le changement.

 

Seule la fin - que je garderai secrète, ne vous en faites pas - m'a laissé un goût de "too much", la révélation que l'on attend depuis l'entrée dans le passé de K est finalement... Bof et trop "simple". Je m'attendais à mieux.

 

Les plus :

- Très bonne suite d'une qualité que je n'espérais pas,

- Revoir J et K, ça reste du bon!

- Univers des MIB, toujours aussi chouette.

 

Les moins :

- La "révélation"!

- Pas assez de moments "critiques"

 

En somme, un bien bon film à aller voir, surtout si vous avez aimé le premier volet, ce film vous aidera même à oublier le piteux second. Les acteurs évoluent sans que ça ne soit trop dramatisé, c'est assurément une bonne surprise. Hop hop, foncez me voir ce film, et presto!

 

Ma note : 8.5/10

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article