Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La boîte à fourbi

Cinoche : Ultimate Game / Gamer

24 Mars 2010 , Rédigé par Shinkel Publié dans #Cinoche & mouviz

Cela fait deux ou trois semaines que j'ai vu ce film et j'ai zappé de vous en parler!
http://www.cinemovies.fr/images/data/affiches/2009/gamer-15194-324471205.jpg

Gamer (ou Ultimate Game en France) raconte l'histoire d'un condamné à mort dans un monde futuriste dans lequel il est possible de gagner sa liberté au terme de 30 parties remportées d'un jeu meurtrier dans lequel tout le monde se tire dessus, à la manière de Counter Strike ou n'importe quel FPS (Doom, pour ne citer que lui).
Ce pitch plutôt simple, déjà servi par  Death Race, avec Jason Statham, ne ferait pas en soi une raison valable de regarder Gamer, s'il n'était pas question d'autre chose.
L'idée, c'est que le condamné à mort n'est pas libre de ses mouvements. Il est contrôlé par de riches joueurs, et c'est pour cela que le jeu "Slayers" est si populaire. Quand le condamné "joué" meurt, il meurt "pour de vrai" et rarement d'une pneumonie ou d'une méningite, c'est plutôt typé saturnisme, si vous voyez ce que je veux dire : indigestion de plomb.
Ces matches sont retransmis partout dans le monde,  bien évidemment, et on distingue un seul couple "joueur/joué" qui approche la fin et donc la libération du condamné : Simon, un riche gamin, joue Kable, incarné par Gérard Butler.

L'univers est très bien pensé, malsain au possible puisque Slayers n'est que le dérivé d'un jeu du même genre, simulation de vie façon les Sims, mais là encore en "vrai", "Societies". Là, il n'est pas question de se buter, mais plutôt de jouer son avatar et donc de se faire passer pour quelqu'un d'autre dans un monde pseudo-idéal. Bien que l'idée des Sims vienne en premier, je pense plutôt à Second Life. Et comme il est possible de faire ce que l'on veut, tout côté malsain servi par des acteurs en chair et en os saute aux yeux, à l'image de cette mystérieuse blonde , pilotée par un énorme bonhomme gras et terriblement repoussant et à qui il fait faire des choses répugnantes.

Mais, me direz-vous, comment rendre le "jeu" immersif? Pour que les avatars fassent exactement ce qu'on leur demande, Ken Castle, incarné par Michael C. Hall, aussi connu pour incarner le terrible Dexter, a mis au point des nano-machines qui permettent le contrôle de la personne dans laquelle elles sont injectées tant que celles-ci se trouvent dans un périmètre défini. Naturellement, ces mêmes nano-machines se trouvent dans les condamnés à mort, qui savent qu'ils sont contrôlés, mais parfois sombrent dans la folie en mesurant les implications de ce contrôle.
Par ailleurs, les avatars de Societies sont des travailleurs plus ou moins à part entière, bien que peu souvent considérés en tant que tels.

Alors, quid de ce film?
L'univers est intéressant, plutôt saignant, et surtout très, très glauque et dérangeant. C'est un film qui vaut le détour, mais à déconseiller aux plus jeunes, car le côté "bloodsport" n'est pas, en dépit du titre, n'est pas le point le plus important du film. C'est un domaine plus psychologique, bien qu'on parle définitivement d'un film d'action et pas d'un thriller psychologique. J'ai particulièrement aimé Michael C. Hall dans le rôle du timbré, ça lui va réellement comme un gant.
Après, il est dommage que, justement, le film soit si peu axé sur Slayers. Certes on en parle.certes on y est, mais je m'attendais à ce qu'on y passe plus de temps, alors qu'il s'agit d'un survol, finalement. Alors, on peut arguer du fait qu'on aurait pu tomber dans de la longueur, le film étant d'ailleurs surprenant sur ce point-là : pas une seule fois, on se prend à regarder l'heure, tout va très vite et la seule chose que je reproche, c'est le côté un peu brouillon général.

Les plus :
- Gérard Butler!
- L'univers aux possibilités très intéressantes
- Michael C. Hall.
- Le côté glauque très bien rendu

Les moins :
- C'est brouillon, tout ça
- Un peu court?
- Pas assez de Slayers


Ma note : 7/10

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article