Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La boîte à fourbi

Cinoche : X-Men - First Class

12 Juin 2011 , Rédigé par Shinkel Publié dans #Cinoche & mouviz

Lui, il avait l'air de base bien intéressant. Successeur de la série que j'aime beaucoup, il se trouve être le cinquième volet de la série, et comme le quatrième, une "prequel" des trois premiers.

 

Voici donc X-Men : First class, que je me refuse à appeler par son titre français que je trouve tout pourri, à savoir X-Men : le Commencement.

 

x-men-first-class
Au menu, prenez toutes les têtes que vous connaissiez des anciens volets. Vous les avez? Charles Xavier, Jean Gray, Eric Lennsher / Magneto, Auroro Monroe / Storm, Scott Summers / Cyclops et j'en passe, vous les avez? Vous êtes bien sûr?

Parfait.

Eh bien, vous allez me faire le plaisir de me benner tout ça : plus personne n'est là, exception faite d'une intervention éclair autant que fracassante de Hugh Jackman, le sauvage Wolverine dans les volets précédents.

Point barre.

Il y a peut-être du connu dans les nouveaux venus, à la limite Kevin Bacon, avec son faciès très reconnaissable de "je l'ai déjà vu mais où?", personnellement ce nom me rappelle juste un film sur l'homme invisible, il y a bien longtemps, il incarne ici le méphitique Sebastian Shaw.
Par contre, les nouveaux... Rendent plutôt bien, il faut avouer. A commencer par la charmante Mystique, qui n'est plus incarnée par la même actrice que nous voyons sans son pouvoir mutant dans X-Men 3, mais incarnée cette fois dans sa version humaine par Jennifer Lawrence, diablement bien foutue mais aussi bien jeune, puisqu'ayant à peine 20 ans!

Charles Xavier est campé par James McAvoy, qui rentre très bien dans le rôle humanitaire du professeur X; Eric Lennsher est joué par Michael Fassbender qui nous rend un Magneto rageux à souhait, et enfin pour ceux qui m'ont marqué, Jason Flemyng en Azazel que j'ai personnellement trouvé classe en toute circonstance, bien que second rôle.

 

Ensuite, passons aux inutiles et aux agaçants. La blonde inutile et supposée exciter le public masculin par ses tenues climatisées (c'est bien simple, elle porte un décolleté jusqu'au nombril les trois quarts du film), Emma Frost, est incarnée avec brio (cf le côté plante verte) par January Jones. Bien foutue, oui, mais je ne l'ai pas trouvée sexy pour deux ronds. 'fin après, c'est que mon avis.

Coupe d'argent pour Banshee, le jeune mutant hurlant, incarné par une réplique de Ruppert Grint, vous savez, Ronald Weasley dans Harry Potter, à qui j'ai trouvé une tête à claque puissance mille.

Coupe de bronze enfin pour Riptide et son pouvoir de créer des tornades qui, c'est bien simple, le rend agaçant du début à la fin.

 

Du reste, passons au scénario.

 

Situons un peu l'univers pour ceux qui n'y seraient pas encore familiers : X-Men se déroule dans un monde contemporain, où les mutants sont une réalité et où leurs pouvoirs sont très variés. Et bien évidemment, les mutants doivent vivre cachés pour leur immense majorité, car craints et haïs par les non-mutants.

Deux mutants, le professeur Charles Xavier, et Eric Lennsher, connu sous le nom de Magneto,oeuvrent chacun à leur manière pour la cause mutante, Charles de manière diplomate et discrète, depuis son école pour "gifted youngsters" ("surdoués"), et Magneto de manière forte et ouverte de telle manière que le conflit humain / mutant et "pro-Xavier / pro-Magneto" grimpe en intensité pour se conclure dans X-Men 3.

 

L'histoire de ce cinquième volet narre la rencontre de Charles Xavier, alors jeune homme, et d'Eric Lennsher, rescapé des camps de concentration, à leur adolescence.

 

Je ne vais pas m'étendre sur le scénario, qui est encore une fois très réussi et le point fort de ce film (eh oui, pour une fois qu'un film où il y a du boum boum fait aussi un brin cogiter, on ne va pas se priver) et que je vous laisse donc découvrir, par contre, je me dois de vous prévenir d'oublier les fins à la youpi-hourra : à la manière de X-Men Origins ou encore Batman : the Dark Knight, ce n'est pas le triomphe du bien sur le mal. D'ailleurs, toute la puissance du scénario est là et, bien que souffrant de quelques incohérences (que, du coup, je ne peux m'empêcher de repérer, chose que je ne fais pas sur un film résolument dépourvu de scénario), on sent bien le combat sur la limite entre le bien (Charles) et le mal (Sebastian Shaw), incarnée par Eric.

 

Tout ceci est très intéressant, mais souffre de quelques longueurs. Deux heures que dure le film, c'est un peu longuet. Heureusement que la manière dont malgré tout avance l'histoire fait que l'on ne s'ennuie pas vraiment.

De plus, les pouvoir déployés par les jeunes mutants (notamment ceux de l'affiche), sont nettement moins accrocheurs que ceux dont les films précédents regorgeaient, mais là encore, c'est mon avis. J'aime décidément beaucoup le pouvoir d'Azazel (un indice, on a déjà vu ce type de pouvoir dans X-Men 2), ou encore celui de Shaw, plutôt innovant mais frustrant dans le sens où on ne le voit pas "au sommet" une seule fois.

 

Abordons maintenant l'aspect visuel. Qui pourra potentiellement en déranger quelques-uns (c'est le cas de ma moitié). Nous sommes dans les années 60, ce qui est un cadre plutôt inhabituel pour un film de SF, mais je trouve que c'est intéressant. A vous de voir. Sorti de là, les effets spéciaux sont propres, comme à chaque fois dans les X-Men, ou les Marvel au sens large d'ailleurs, rien à déplorer. Ah oui, bonne nouvelle : ce n'est pas en 3D! YES SIR! De la bonne vieille 2D qui va bien. Et heureusement. Déjà parce que les couleurs ne sont pas folichonnes, les ternir encore à cause de ces satanés films de lunette 3D auraient limite pu faire passer ce film pour "coloriquement lésé", et ensuite parce que... Bon, vous connaissez déjà mon avis dessus, la 3D, c'est MAL. INUTILE. CHER. FATIGANT. C'est comme Apple. Ah, je m'égare, tiens.

 

Allez, récapitulons!

 

Les plus :

- Scénario qui étoffe la série

- Pas de triomphe du bien sur le mal

- L'ensemble du casting tient la route (y'a du plus et du moins mais allez, ça rend quand même bien)

- Plastiquement tout à fait agréable

 

Les moins :

- Personnages inutiles quand même nombreux

- /!\ SPOIL /!\ Mais POURQUOI Eric ne tue-t-il pas Shaw dans son labo?! OK, ç'aurait été risqué mais après tout, sur un coup de colère, surtout qu'on ne sait pas à ce moment du film que Shaw est un mutant...

- Pas de youpi-hourra, ça plombe quand même un peu l'ambiance :p

 

 

X-Men : First Class est un bon produit, à aller voir, et pourquoi pas avant de voir la trilogie première. C'est du bon, allez-y!

 

Ma note : 9/10

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

pruneauxyz 16/06/2011 17:37


j'ai rédigé cette "critique" histoire de sublimer ma fureur ( c'est à peine exagéré!) et je me suis fais un devoir de parsemer le webb avec; histoire de prendre la température et, j'espère,
déclencher deux-trois réactions... Critiques, justement!
C'est la première fois que je me permet de partager mon avis avec d'autres internautes de cette façon: je n'ai rien d'un professionnel, ni même d'un vrai cinéphile. En l’occurrence,je suis juste un
spectateur a: déçu par la qualité générale du film en lui-même ( inutile de revenir sur les détails!); et surtout b: choqué par les messages plus ou moins réactionnaires qui transparaissent lors ce
qu'on ajoute tous les éléments de parti-pris que j'ai pointé un peu plus haut. Libre à toi de trouver réaliste la manière dont Magneto voit sa personnalité( et son parcours) influencés par cette
intro pour le moins "épaisse"(!), chacun sa sensibilité, mais si on y ajoute les autres éléments qui m'ont fait bondir ( Darwin,Angel...), alors on est obligé d'y voir plus que de simples
maladresses, et bien le témoignage d'un malaise certain.
Et si je reproche à ce blockbuster son "révisionnisme", c'est avant tout parce qu'il est utilisé comme caution d'une histoire qui se veut sérieuse, "science-fictionnesque" même, alors que le
moindre des détails associé au conteste de l'intrigue ( la mutation génétique) est traité comme un gadget .Ce n'est pas le cas dans les deux premiers opus.
X1, j'ai adoré!! Je m'attendais tellement à une daube que j'ai pas pu faire autrement qu'être transporté par sa sobriété ( et la scène d'ouverture, dans son ellipse, est infiniment plus
bouleversante et impressionnante que celle balourde de First Class. Je me répète, je sais...Je n'irais pas commenter "l'adaptation" du Comic, je considère que c'est hors-sujet, mais le concept
original est scrupuleusement respecté ( il y a bien des mutants aux prises avec leurs pouvoirs et pas des enfants qui font joujou avec leurs facultés sans soucis ni contrainte...Ni qui parlent
comme de vieux profs!!), et chaque plan témoigne d'une volonté d’esthétisme aussi agréable qu'inattendue: le Cérébro à lui seul rafle le jackpot, mais la prison de Magneto n'est pas mal non
plus.
X2, c'est un vrai blockbuster, en ce sens que chaque scène d'action est réussie ( Intro, attaque de l'école, attaque chez Bobby,duel Wolvie/Deathstrike - scène la plus faible- et la scène de
clôture).Dommage que Cyclope passe à la trappe ( c'est une erreur grossière)et que TOUTES les scènes intimes soient ratées( à part le "coming-out" de Iceberg, transparent!). Ratés, en particulier,
les dialogues Jean/Logan: nul.
X3... Que dire?! Même dans le comic, tout le monde se mélange les pinceaux au sujet de Jean Grey/phénix; il y avait peu de chance que le film éclaire le sujet... Je ne m'attendais pas, en tous cas,
à ce qu'il présente des "raccourcis" de ce calibre !! La mutation de Jean se situerait:"dans son inconscient..."!? Ha, bon! J'avais cru comprendre qu'on parlait de mutation GÉNÉTIQUE, pas de
psychologie version films de la Warner des années cinquante... Mais il est vrai que c'est tÈÈÈÈlement plus facile à comprendre, une histoire de dédoublement de la personnalité et de zombie
revanchard. C'est autrement plus simple que de mettre en scène la désintégration d'une personnalité face à une dépendance irrésistible ( c'est ÇA, le contexte de dépars de son dilemme, dans le
comic).
Il m'arrive de le visionner parfois, juste pour Famke Jensen, la maison qui s'envole, le pont qui s'envole, Angel qui s'envole... Je saute juste l'enterrement (grotesque et inutile), les méchants
mutants dans les bois ( on aurait dit du Buffy contre les vampires, sauf que Buffy, c'était rigolo!) et TOUTES les apparitions de Halle Berry: mais quand est-ce qu'elle apprendra à marcher avec des
talons hauts!? Sinon, le Fauve est pas mal, quand il virevolte sur ses assaillants. C'est juste trop cours pour en faire ne serait-ce qu'un blockbuster honnête: c'est à ranger dans la catégorie
navets.
L'idée de Shaw est délirante en ce sens que, si ça marchait effectivement, qu'est-ce qu'il ferait avec la concurrence? Et qu'est-ce qu'il va bouffer?? Mais là où ça coince, c'est qu'on nous place
des personnages dans une situation réaliste ( tous ces documents!!) et qu'on les fait se débattre avec des faits sans queue ni tête. Je persiste à dire que X-Men, ça n'est pas James Bond, malgré ce
qu'on veut nous en faire croire; et que si c'est un hommage, il est aussi maladroit que mal-venu.
Rapport aux fringues, il y a erreurs: dans la première mouture, Mystique est CONTINUELLEMENT nue, sa peau IMITANT en permanence atours et apparences diverses. Dans X-Men First Class, elle n'est nue
qu'au moment où elle se présente à Xavier,dans la cuisine, pour un dialogue de sourds de plus. Tout le reste du "film", elle porte des vêtements en tissus ( c'est même précisé rapport aux costumes
X sensés être pare-balles). J'en déduit que la même erreur flagrante qui afflige Darwin et Emma est due au "je m"en foutisme" généralisé de l'écriture du scénario. Pardon, mais je n'arrive pas à
croire que Singer, après s'être autant amusé avec les deux premiers, et avoir aussi bien rendu l'esprit du comic (même si c'était de manière naïve -mais le comic l'est quasiment toujours... C'est
pas le propos!) se trompe à ce point avec celui-là: c'est forcément délibéré! Je dois avouer que je ne comprend toujours pas la raison de cet ovni que je continue à trouver, de surcroît, très moche
cinématographiquement parlant.
C'est comme si j'avais attendu un cour-métrage sensé me vanter , en toute simplicité, les valeurs du Bouddhisme(!) et que je me soit retrouvé piégé à l'interminable diffusion d'un pamphlet
Scientologue sur le danger de la différence... D'où ma réaction plutôt virulente ( mais que je trouve très saine et justifiée!) et ma démarche sous forme de "campagne de communication"...!
Ce coup-ci, tu as droit à un commentaire presque entièrement vierge de tout copié-collé!
Va savoir, peut-être que Cap' Américain me fera le même effet?!


Shinkel 17/06/2011 09:49



Merci de ce commentaire! Petite parenthèse avant que je réponde : autant je n'aime pas quand des gens copient/collent bêtement à droite à gauche des commentaires sans même savoir s'il y a des
réponses (j'ai déjà vu et ça me sort par les trous de nez), autant tu as pris le temps 1) de faire un premier commentaire, tout copié/collé qu'il soit, complet et intelligent, et la réponse que
tu me donnes maintenant l'est au moins tout autant. Et ça, j'apprécie. Fin de la parenthèse.


Tu as la dent dure sur ce film, je trouve! Bien loin de moi l'idée de dire (ou même de penser) que tout ce que tu dis est faux (ce qui, ça, serait sacrément faux), mais je te trouve tout de même
bien sévère pour un "simple film" dont le but premier est de divertir. En fait, j'ai du mal à comprendre pourquoi tu en veux plus à ce film que, par exemple, au troisième volet que beaucoup ont
trouvé totalement bordélique, voire franchement nul, eut égard au comic notamment, mais de ce que tu me dis, il semble que ce soit également légèrement brouillon dans le comic lui-même.
Toujours est-il que tu dis avoir adoré le premier volet, est-ce que tu penses que cela à justement à voir avec le fait que tu n'en attendais rien? (je pense à Tron 2 que des amis et moi avons été
voir, amis qui étaient soit réticents, soit n'en attendaient strictement rien, et qui au final ont passé un très bon moment, majoritairement parce qu'ils n'en attendaient, justement, rien) Et a
contrario, peut-être en attendais-tu (et comment ne pas le faire, en fait) trop de ce film qui a été plus décevant que ses aînés sur certains points et mieux sur d'autres?
Pour reprendre ta dernière réponse, je suis tout à fait d'accord avec toi dans le sens où, dans un contexte aussi grave qu'une troisième guerre mondiale provoquée par des mutants, des gamins ne
font que s'amuser avec leurs pouvoirs, pouvoirs qui, et je le disais dans ma propre critique, ne sont pas autant mis en valeur que dans les films précédents (je pense à X-Men 3, qui était juste
un déferlement de pouvoirs dans tous les sens, quand on passe à ce volet-ci, en effet, c'est dur et j'en attendais bien plus).


Après, tu parlais dans ta première critique des messages typées "le seul black du film crève". Je me permets de modérer. On peut voir tout de suite le côté raciste évident, mais je me dis aussi
qu'à côté du black, il y a une bleue, et autres diverses créatures qui, au final, mettent à mal la notion de "racisme" dans le sens où l'on peut dire que tous sont uniques sans être "de simples
humains". Même si le racisme et surtout la peur de l'inconnu est un cheval de bataille de la série des X-Men (intégration des mutants, même si elle comporte une part de dissimulation dans le
domaine de Westchester par Charles Xavier, on en parle depuis le premier épisode), j'ai du mal à voir autre qu'une légère bourde de la part du scénariste, mais n'étant pas black moi-même, j'ai du
mal à juger.
Du reste, il faut considérer le point de vue du réalisateur qui est tout de même de mettre en scène des choses pas forcément évidentes (je pense à ce que tu dis sur Jean Grey/Phénix), ce qui
impose des choix qui de fait sont critiquables, les aspects purement psychiques tels que la dépendance dont tu fais mention ne sont pas spécialement des notions faciles à mettre en image,
peut-être existe-t-il des moyens de le faire, notamment des plans avec des "duels intérieurs" et les pensées exprimées au spectateur mais pas aux autres personnages, mais est-ce que cela
s'intègre bien dans un film grand public, ça...


Tu reviens sur une intégration chaotique de l'histoire dans des documents historiques, je ne relèverai pas puisque, comme je l'ai dti mon précédent commentaire, je pense que c'est un choix
scénaristique sans doute le but, comme tu le soulignes, de rattacher l'histoire de X-Men à l'Histoire. C'est un choix comme un autre, même si ça ne peut pas se passer sans heurts, ça ne m'a pas
choqué outre-mesure, nous sommes tout de même dans un film de SF, et la SF se base (un minimum) sur la réalité pour digresser sur le surnaturel, les pouvoirs et j'en passe, à la différence du
FANTASTIQUE qui se base DES LE DEPART sur un univers fictif.


Après, j'approuve l'incohérence de Mystique habillée/nue, bien qu'on puisse se dire qu'elle n'assume pas au début son apparence bleue dans First Class alors qu'elle l'assume dans le premier volet
qui se passe après (ceci en mettant de côté la transformation "vêtements compris"). On peut critiquer les dialogues - je les ai moi aussi trouvé tout sauf transcendants, malheureusement - et le
changement radical de style de dialogues, voire du film en général, c'est vrai que c'est un ovni en ce sens par rapport aux autres volets.


Je ne sais pas, pour finir, quoi attendre de Cap' America. Je trouve de base ce nom hautement ridicule et le paroxysme du patriotisme américain (je ne supporte déjà pas le chauvinisme à outrance,
heureusement qu'il n'y a pas de Capitaine France, tout le monde se foutrait de lui, remarque, il y a bien Super Dupont, mais c'est une pure caricature (encore heureux)). Ceci étant il n'a pas
l'air mal fait, je dirais donc : wait and see.



pruneauxyz 16/06/2011 10:48


... Je dirais plutôt à DÉCONSEILLER aux amateurs ( aux fans du Comic et au fans des deux premiers opus, veux-je dire !) étant donné le nombre d'erreurs grossières du scénario directement liées à la
notion de base du sujet : des êtres nés avec des pouvoirs paranormaux et/ou des particularités physiologiques, et leurs difficultés à exister au sein d'une société qui les rejette. Aucun fan du
concept ne peut se satisfaire de ce...Heu! Film, on va dire.
Mystique, Darwin et Emma voient leurs pouvoirs métamorphosant agir non seulement sur leur corps ( logique !) mais SUR LEURS FRINGUES !! Zéro sur vingt, Mr Singer: on est pas dans Harry Potter!
Shaw veut provoquer un holocauste nucléaire pour promouvoir la race mutante!! Ça, c'est tellement débile que ça se passe de commentaires.
Hank est technicien aéronautique, biochimiste, et il peut vous pondre un Cérébro en quelques semaines... Wouhaou! C'est Reed Richard avec des poils!
Magneto est plein de haine parce que Shaw a tué sa maman ( scène d'ouverture facile et racoleuse): si ça c'est pas simpliste (voire insultant)! Mais Lucas a déjà fait le coup avec Anakin ; faut
croire que c'est jamais assez bébête pour les masses.
Et dois-je souligner la disparition quasi-immédiate du SEUL personnage Afro-Américain DE TOUT LE FILM ?! Sans compter le revirement ( sans plus d'explications que ça!) de celle qui semble avoir une
vie marginale?! Si ça, c'est pas du lourd comme message réactionnaire, je me demande ce qu'il vous faut...
Enfin, noter aussi l'absence totale de toute forme d'esthétisme ( il n'y a qu'à comparer le "graphique" effet du pouvoir de Havok dans le Comic et sa pathétique représentation ici, le look "queer"
du Fauve, le rendu "Cheap" des ailes de Angel...Et inutile de s'étendre sur la garde-robe grotesque de Emma!
Quand au système consistant à utiliser des évènements réels ( voire des documents d'archives!) pour essayer de rendre l'histoire plus authentique, il tombe à l'eau confronté à l’amoncellement de
faits dénués de toute logique qui parsèment ce "blockbuster". Sans compter que réécrire l'histoire, c'est franchement néfaste. Vous verrez que dans le prochain, c'est JFK qui fera les frais de ce
procédé putassier...
Pardon de paraître aussi violent, mais je vous assure que beaucoup de fans vont vivre leur déception aussi profondément que moi: c'est une trahison de tout ce que défendent les X-Men, ce
produit-là. Relire plutôt la période 70's/80's .
En plus, c'est mal monté ( que des scénettes!), mal joué ( Moira,Magneto et Emma sont nuls!) et sans aucune ambiance. Rien à sauver à part le Hurleur qui fonce dans les airs, et cette jolie image
du BlackBird et du sous-marin, suspendus entre ciel et mer. C'est un peu light pour un sujet aussi riche de possibilités.


Shinkel 16/06/2011 15:28



Merci pour ce long commentaire!
Je ne vais pas répondre point par point, mais je vais tout de même vous faire part de mes menues réflexions.
Déjà, je veux largement croire ce que vous dites au niveau de la fidélité film/comics. C'est un point que je ne connais pas, j'avoue ne pas aimer le style graphique, de fait je suis totalement
étranger à l'histoire (bien que cela me manque d'une certaine façon j'imagine).
Après, vous qui semblez avoir une culture en la matière, si je comprends bien, les deux premiers volets étaient-ils à ce point fidèles? N'ayant pas dans mon entourage d'amateur de comics,
j'aimerais bien me rencarder à ce sujet.
Sujet qui, par ailleurs, est bien souvent douloureux si j'en crois les échos que j'entends par-ci par-là, les adaptations se trouvant dans leur majorité très décevantes par rapport aux comics. De
fait, je veux bien croire la déception du fan de comic...

Pas faux en effet pour les pouvoirs physiques affectant les fringues, mais c'était déjà le cas avant, si je ne m'abuse, même dans le premier volet. J'imagine que c'est une convention
cinématographique, au même titre que les aliens parlent tous anglais dans Stargate SG-1; au final rares sont les films qui en tirent parti (je pense au film des 4 fantastiques avec miss Alba qui
doit enlever ses fringues pour que son invisibilité soit effective, mais là, je pense plus à une envie du producteur ;p ). J'avoue que ça ne m'a pas choqué, puisque les cas comme celui-ci sont
légion.


Pour ce qui est des motivations des personnages, je suis plutôt d'accord avec vous, c'est bien simplet rapport à l'enjeu de la guerre mutante. D'un autre côté, l'holocauste nucléaire pour forcer
les mutations et donc augmenter le nombre de mutants et supprimer ceux qui ne supportent pas les mutations, je ne trouve pas ça totalement déconnant non plus. Léger parallèle "idées connes mais
qui ont quand même tenté de percer", je pense à un petit teigneux moustachu allemand qui voulait faire des grands blonds aux yeux bleus une race dominante sur Terre, quelque part l'idée de Shaw
ne m'a pas l'air si délirante que ça, si?
Ensuite, pour le côté haineux d'Eric, ça ne me semble pas si déconnant non plus, même si à mon sens, la haine devrait être purement contre Shaw, ce qui au final n'est "que" majoritairement le
cas, puisqu'on reconnaît sa haine dans les autres épisodes. Du reste, n'ayant pas perdu ma maman dans des conditions idoines, jene peux pas imaginer le genre de mécanismes et traumatismes mentaux
que cela peut mettre en branle, donc je ne me prononce pas sur l'absurdité d'une motivation telle que celle-ci.


Rapport à Cérébro, j'ai noté un malaise aussi, mais pas sur ce que vous dites. Dans un sens, oui, Hank est un génie façon Reed Richards (l'homme élastique dans les 4 fantastiques, pour ceux qui
ne verraient pas), de fait le voir exceller dans tous les domaines ne me semble pas non plus super déconnant, exagéré certes, mais quelque part, la démesure est dans mise dans ce genre de films.
Par contre, le repense au premier épisode des X-Men, lorsque Magneto essaye de corrompre Cerebro pour piéger Charles, et justifie sa connaissance en la matière en disant qu'il a aidé Charles dans
sa conception. Sauf que je ne vois pas une seule fois Eric/Magneto mettre les mains dans le cambouis pour faire fonctionner Cerebro de tout le film! Et ça, pour une incohérence, c'en est une
belle! Je dirais même plus : Cerebro, c'est l'invention de Hank, et il a juste été aidé par Charles pour sa mise au point. Même si, j'admets qu'il sort Cerebro du chapeau dans le style "ah merde,
'fallait qu'on en parle, de Cerebro, bah tiens, on dit que c'est Hank qui l'a pondu, et en avant".


Enfin, après, je vous laisse seul juge pour la performance d'interprétation, votre avis sur l'intégration d'évènement historiques, je pense que c'est de l'avis de chacun mais pas quelque chose
d'absolu, juste un choix scénaristique : chacun voit.


Même si votre commentaire est un copié-collé d'un autre blog (http://blog.matoo.net/index.php/archives/2011/06/08/x-men-first-class/), je vous remercie de l'avoir posté malgré tout :)