Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La boîte à fourbi

DVD : Twilight chapitre 1 Fascination

5 Juillet 2010 , Rédigé par Shinkel Publié dans #Cinoche & mouviz

La semaine dernière, et par amour, je le précise, j'ai décidé d'emprunter au CE ce monument cinématographique qui déchaîne autant haines que passions, à savoir Twilight chapitre 1. J'ai bien tenu à préciser à la personne qui bippait les DVD pour les faire sortir que c'était pas pour moi, mais pour ma chère et tendre, mais elle ne m'a pas cru. Pas plus que mes collègues d'ailleurs, qui se sont fendus d'un "maiiiis ouiiii, c'est çaaaaa"...

 

Que je vous explique : à la base, je serais bien aller le voir au cinéma, quand il est sorti. J'avais vu la bande-annonce, y'avait des vampires et de la baston, enfin, sur les 30 secondes de la BA. Baston + vampires = Underworld, que je me disais! Donc divertissement!

Mais bon, comme au final j'ai eu la flemme (comme d'hab), j'ai remis a plus tard, et c'est là que la furie prépubère s'est déchaînée sur le pauvre Robeeeeeeeeeurt Pattinson, que je plains du fond du coeur. Est sorti le chapitre 2, que je ne suis pas allé voir non plus, et le 3, si je ne m'abuse (en fait, je m'en contrefous), est en préparation.

 

Une idée a commencé à germer dans la tête de ma petite femme (nous ne sommes pas mariés mais si je veux l'appeler ma femme je l'appelle ma femme, faites pas chier tous avec ça!) qui s'est transformée en une lancinante obsession : ah, je verrais bien Twilight! Tu pourrais emprunter Twilight? Ah tiens, ils ont Twilight à ton CE? (bon, là, je vous le fais en version accélérée, le processus a duré plusieurs mois) Je m'y rends donc la fois dernière, allez, tu l'aimes ta chérie, tu lui fais plaisir. J'emprunte Twilight, j'suis un fou, je me paye l'affiche (enfin, dans ma tête, je suis z'honteux) et hier après-midi, on met le DVD.

 

Petite parenthèse pour vous parler du meilleur jeu de mots que j'ai trouvé à ce jour pour Twilight et qui est "j'ai envie d'aller aux Twilight". Fin de la parenthèse.

 

Je m'attends donc à voir un nanard pour midinette, mais le truc cosmico-stellaire du fin fond du dernier bastion du sentimentalisme dans ce qu'il a de plus dégoulinant de mièvrerie. L'équivalent de la Star Academy, mais pour les bons sentiments.

 

Alors voyons, au casting, je ne connais que... Michael Welch, qui a joué le jeune Jack O'Neill dans Stargate SG-1. Et ce bonhomme n'est qu'au second, voire au troisième plan protagonistique. Bien sûr, le surmédiatisé ROBERT PATTINSON (faut vraiment ne pas avoir d'amour pour son gosse pour l'appeler Robert, quand même) et la, heum, illustre inconnue Kristen Stewart sont aussi là (quand même).

Mais à part ça, totale ignorance.

 

Soyons objectifs, voulez-vous? Je m'attendais à déverser des hectolitres de mon meilleur venin sur ce que j'espérais être la plus grosse erreur cinématographique que j'aie jamais vu, mais en fin de compte, et à mon grand dam, non, ça n'a pas été le nanard escompté.

Pitch classique : une nouvelle étudiante va chez son père dans trou de balle du monde et commence donc une nouvelle classe dans une nouvelle école. Elle est donc toute blasée et remarque un clan de bellâtres blancs comme des culs, les Cullen, que personne ne fréquente. Dans le lot se distingue le beau, ténébreux, farineux et fortement sourcillé Edward, qui n'a d'yeux que pour elle, au moins autant qu'elle en a pour lui.

Naturellement, faut pas trop être un tachon et faire la part des choses entre VAMPIRE et BLANC COMME UNE MERDE DE LAITIER. Si vous n'avez toujours pas compris, c'est que vous aurez d'énoooormes surprises tout au long du film. Si vous avez compris, bah.. Vous avez saisi 80% du film. Yay.

Dans l'ensemble, l'ambiance froide et humide est bien rendue, et les suceurs de sang ne sont pas trop caricaturaux. Mention spéciale à papounet à longues dents (Carlisle) qui est tout de même relativement charismatique.

 

Le rythme du film est lent. Très... Lent. Et l'intrigue amoureuse qui est supposée être le seul intérêt le centre du film est tout sauf passionnante. C'est vraiment du "je t'aime - moi non plus" pendant un bon moment et on ne comprend même pas pourquoi ils se courent après ("ils", je ne vais quand même pas vous spoiler un des rares moments intéressants du film... Quoique, intéressant est sans doute un peu fort.) et la narration n'aide pas vraiment à comprendre. Autant j'aime assez quand on a du suggéré, autant là, ce n'est même plus du suggéré, c'est de l'incompréhensible.

Vraiment pas grand-chose à raconter sur ce film au scénario qui tient sur une feuille A5. C'est moins cul-cul la praline que ce à quoi je m'attendais, mais il n'y a rien de transcendant dedans non plus.

ULTRASPOIL : Edward est un vampire, il est fort, est beau, il aime sa nénette, et c'est tout. Elle est une folle d'amour stylée discret, et c'est aussi tout.

 

Je vous laisse le seul pseudo-rebondissement du dernier quart du film histoire de ne pas tout vous ruiner, mais bon, vraiment pas la peine d'investir pour ce film, louez-le à votre CE ou pour un soir moyennant moins de 4 euros et on n'en parle plus.


Les plus :

- Heu...

- Pas aussi naze que ce à quoi on peut s'attendre

- Ambiance générale réussie

- Communauté vampire pas mal rendue

 

Les moins :

- C'est long...

- Vais faire pipi.

- Plus d'action, c'est possible?

- Non? Bah une intrigue amoureuse mieux rendue alors!

- Toujours pas? Bah tant pis alors.

 

Ni bien ni franchement à chier, Twilight plaira sans doute aux gamines de moins de quinze ans pour les beaux jeunes hommes qu'on y trouve. Le reste, il paraît que les bouquins sont mieux. Donc, rabattez-vous dessus mais surtout, n'espérez rien de ce film. Partez comme moi du principe que ce sera une bouse et vous en sortirez pas trop déçu. Un divertissement de dimanche après-midi qui vaut toujours mieux que la télé.

 

Ma note : 5/10

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article