Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La boîte à fourbi

Haut de gamme et arnaques bon marché

4 Mai 2011 , Rédigé par Shinkel Publié dans #Coups de gueule, polémiques

(EDIT : ça fait près de 5 jours que j'essaye d'écrire cet article mais je n'arrête pas de me faire déranger en cours de route...)

 

Cela fait un moment, dites-moi! J'étais en congés la semaine passée, et j'ai écrit un bon article sur >mon autre blog<, celui dédié à WoW, mais ça ne m'excuse pas. D'ailleurs, je sens que vous m'en voulez. Si si.

 

Mais passons, je vous prie. Si si, allez, quoi, soyez sympa!

 

Il y a deux semaines, coup de fil à s'baraque. Ma moitié répond. "Bonjour, vous avez été sélectionné [parmi l'annuaire] pour participer à un SUPAYR jeu concours, donnez un nombre entre 100 et 1000 pour gagner peut-être un ECRAN PLASMA ou l'un de nos MERVEILLEUX LOTS!". Madame donne un nombre, et en avant.

 

Peu de temps après, courrier. "Vous avez remporté un MAGNIFIQUE appareil photo numérique et une SUPERBE radio stéréo! Vous avez peut-être également gagné l'ECRAN PLASMA (savent-ils que ce n'est plus vraiment un luxe? Mais passons ces considérations bourgeoises), rendez-vous en magasin pour le découvrir!".

 

Je souris. Ah ah, l'attrape-couillons de base. Ils te filent deux petites merdes et ils te tiennent la jambe pendant quatre plombes. Narquois, je regarde ma moitié, qui n'est pas narquoise des masses.

- "Bon, décide-t-elle, on ira les chercher la semaine prochaine.

- Heu, mais, chérie, c'est de la merde ces machins-là, tu connais le principe...

- Bah oui, mais on peut gagner un écran plasma.

- ... Bon, bah OK."

 

Entre-temps, dîner chez mes parents. "Ah, nous, ça nous est déjà arrivé, on avait gagné un service à whisky, racontent-ils avec entrain. Quand on s'est pointés dans le magasin, on n'a jamais voulu visiter! On est restés dans l'entrée et on a insisté [très lourdement] sur le fait qu'on était là pour le service et pour rien d'autre. Et on a eu gain de cause."

Oui, sauf que mes chers parents ont un aplomb que je n'ai pas, en joute verbale, ils se défendent même contre des commerciaux aguerris. Mais ça fait envie, quand même, un aplomb pareil.

 

Et puis, je me mets à cogiter aussi. Je sais que ma compagne est tout à fait capable de faire comme mes parents. Et puis bon, un écran plasma, même si on est équipés, on ne va quand même pas cracher dans la soupe. Et puis bon, c'est qu'un tour du magasin, dans le pire des cas. Et puis bon, un appareil photo numérique, merde! Même daubé, c'est toujours bon à prendre.

 

Il suffit juste que je me compose un personnage de gros patibulaire et ça découragera les vendeurs. De toute façon, j'aime pas les vendeurs, ni les commerciaux. Non, du tout. Déjà, parce que je suis technicien et que je sais que tout ce qu'un technicien/ingénieur dira sera tellement déformé par la moulinette commerciale qu'il n'y aura plus grand-chose de vrai dans le résultat final. Et puis, je n'aime pas les gens qui ne sont forts qu'en gueule. OK, c'est bien de vendre. Mais ma mentalité de connard borné porte mille fois plus de respect à quelqu'un qui fait de ses mains que quelqu'un qui parle de quelque chose que quelqu'un d'autre a fait. Ainsi suis-je fait, dirons-nous. Et je sais, oui, on a besoin de commerciaux, tout ça. Mais je ne les aime pas. Point barre. Je suis borné, vous vous souvenez?

 

J'essaye donc de me préparer mentalement. Ils vont nous cirer les pompes, il faut que je sois méchant. Je tente de me fondre dans le personnage du vigile fermé et patibulaire.

Arrivés au magasin, ma chère et tendre me sort : "tu ne dis rien." OK. Oui, elle a raison, il ne faut pas que je l'ouvre. Parce que, voyez-vous, j'ai un talent inné (pléonasme?) qui me permet, comme dit ma maman, d'apprivoiser un mur. Allez, je vous raconte.

 

Il y a de cela bien longtemps, j'étais en vacances avec mes parents et mon frangin. Rien d'étonnant, alors que nous étions dans le fin fond de la France, à ce que nous courrions les marchés pour nous sustenter. Un des vendeurs auprès desquels nous avions l'habitude, durant les trois semaines de vacances, d'acheter de précieuses provisions, se trouvait être moins aimable qu'une porte de prison. Vous voyez la porte de prison? Déjà, ce n'est pas spécialement un exemple d'avenance. Eh bien là, pire. A peine un bonjour, et encore marmonné genre avec un flingue sur la tempe. Le vieux paysan bougon, les traits usés par l'âge et le labeur solitaire, vous voyez le tableau. Le dernier jour de notre séjour, j'aurais dit au monsieur avec un grand sourire et une tout aussi grande candeur (oui, j'ai toujours été souriant et candide étant petit, maintenant je suis un authentique faux introverti mais plus ou moins toujours aussi candide) : "Monsieur, comme demain on s'en va, et que donc on s'reverra plus, est-ce que j'pourrais vous faire un bisou d'adieu?". Paraît-il que le vieux monsieur aurait fondu comme neige au soleil, et serait devenu gaga avec deux mômes sur les genoux, mon frangin s'étant joint aussi. Entre ça et je jour où, à la mer, et étant petit aussi, ma mère me perd de vue cinq minutes et je me retrouve avec un parfait inconnu (heureusement pas armé de mauvaises intentions!) qui m'aide à sauter dans les vagues parce que je lui ai demandé gentiment, elle en a déduit, je cite, que "j'apprivoiserais un mur s'il le fallait".

 

Bref, nous entrons dans le magasin. J'ai ma mine fermée et je me motive, donc, à cracher comme il se doit sur ces "diseux", d'ailleurs la dégaine s'accorde bien avec l'image que j'en ai : on dirait une start-up bidon avec des djeuns habillés jean-t-shirt et la veste de costume cheap Auchan, bref, je sens les dents longues.

-" Bonjour, on vient pour les petits cadeaux, commence ma moitié.

Un jeune homme, tout aussi bidon que les autres, peut-être même plus, nous prend en charge, tout sourire. Insupportable.

- Ouiii, certainement, asseyez-vous."

Et c'est parti. Bla, bla bla bla. Je tiens courageusement, que dis-je, héroïquement environ deux minutes. Parce que le mec a bien compris que madame ne desserrerait pas les dents (talent féminin ô combien souvent démontré lors des séances de boudage-surprise) et que monsieur a la volonté d'un brin d'herbe, merci à mon regard de bête à bon Dieu qui trahit tout le reste. Hop, on commence à tailler la bavette, mais il mène bien sa barque, le fourbe. J'ai horreur de ça, mais bon, je n'ai encore rien signé, rien promis, je le laisse papoter et dire "oui" quand je sens qu'il veut que je dise oui, je sens que ça nous aidera à sortir plus vite du magasin.

Bah en fait, non.

Il essaye de nous vendre ses affreux canapés en cuir (j'ai horreur du cuir, parce qu'en été, ça colle quand on transpire et qu'on se met dedans torse nu, c'est froid l'hiver et chaud l'été, bref, je n'aime pas) en démontant les arguments que j'ai contre (moi, en bon béni-oui-oui, je laisse pisser, même si son sourire condescendant me signifiant clairement que je suis un inculte fini en canapés, j'ai cent ans de retard parce que le cuir, il est évident que ça ne colle plus depuis les lustres, VOYONS!) et en conchiant tant qu'à faire le canapé que nous avons acheté il y a deux ans pour une somme que je trouve déjà exhorbitante à quatre chiffres.

 

Bien entendu, ses canapés sont super géniaux, et vas-y que je te vante les qualités de la sous-couche en ouate machin-truc qui fait qu'en été, le canapé est frais et qu'en hiver il est chaud, vas-y que je te vante la super matière de rembourrage, pfff, mais monsieur, le Bultex (impossible de me souvenir du nom exact du matériau dans notre canapé à nous, déjà kikoolol, donc j'ai dit Bultex), c'est de la merde à côté de notre [matériau à la con], dans cinq ans, votre canapé, il est tout enfoncé - oui, enfin, on a quand même un minimum réfléchi au fait que je pèse deux fois ton poids, mon bonhomme, avant d'acheter notre canapé et qu'en presque trois ans, il a pas bougé un iota - et blablabla et blablabla, bon, je vous laisse faire le tour du magasin pendant que je vais chercher vos petits cadeaux.

 

Bien, on progresse. Oh, les canapés. Wah, que du cuir. Wah, c'est dur. Non monsieur, ce n'est pas dur, c'est ferme. Si ça peut te faire plaisir, dude. Moi, j'appelle ça dur et je n'en achèterai jamais, mais j'espère que tu comprends ça dans mon sourire navré et pas "ah oui, tu as raison, je suis une sous-merde, mille pardons". Bref.

Les prix de ces canapés sont en général à quatre chiffres et pour ainsi dire aucun ne commence par un chiffre inférieur à 6, bref, c'est hors de prix.

Je vous passe le lit "qui révolutionnera le monde" qui, je dois l'avouer, était plutôt bien pensé (mais hors de prix, 6000 euros le lit, bah non), je passe sur les armoires en bois massif qui, comme tout meuble en bois massif, coûte un bras, et j'arrive au meilleur.

Notre cher et estimé vendeur revient avec deux petits objets convoités. La SUPERBE radio stéréo (qui mentionne encore stéréo pour une radio standard, sérieusement?) n'est bien entendu pas un lecteur MP3/radio, mais un genre de truc FORMAT clé MP3 qui fait UNIQUEMENT radio. Bon, ça, on s'y attendait. Mais le MAGNIFIQUE appareil photo, là, je dois dire que ça m'a laissé, heum, rêveur.

Que ça ne soit pas le dernier cri, c'est évident. Que ce soit même de la merde, okay. Mais je ne pensais pas qu'on irait jusque-là. Comme vous le savez, la définition (ou résolution? J'ai un trou de mémoire) des capteurs des appareils photo numériques sont en moyenne, pour les compacts, de 10 méga-pixels. En 2003, donc il y a huit ans, j'avais acheté avec mon salaire de misère de boulot d'été un appareil déjà un peu en retard sur son temps de 2 méga-pixels, là où la norme était plutôt de 4-5. Mais là, on est encore bien en-dessous de mon appareil d'il y a huit ans.

C'est vrai, ça, vous saviez qu'on fabriquait encore des appareils photo de 0,3 méga-pixels, vous? Moi, je l'ignorais. J'étais donc comme qui dirait atterré. Mais la grossièreté n'a pas de limites, pensez donc. J'ai un sourire aigre, mais voilà mon vendeur qui revient à la charge.

Comme je vous le disais plus tôt, nous avions répondu à un concours pour gagner potentiellement un écran plasma. Tout sourire, toujours, le vendeur nous demande notre nom. Parce qu'il attend M et Mme Gomez, M et Mme Martinez et  M et Mme [nom de ma moitié]. Je laisse d'ailleurs cette même moitié répondre, elle a d'ailleurs toujours conservé son tempérament des mauvais jours, tout au long de la visite.

Le vendeur feint très mal la surprise. "Sérieusement? Non, c'est trop facile, ah ah. Vous avez une carte d'identité? Parce que comprenez, c'est facile de donner le nom que je viens de vous citer, ah ah".

 

Alors là, on aurait pu penser que c'était une vraie surprise, que je fais du mauvais esprit. Sauf que par trois fois, il a pris le papier qu'on avait reçu par la poste qui contenait immanquablement notre nom. Grossier de chez grossier.

Mais bon, jouons la comédie, madame sort le passeport, re-feinte de surprise (j'avais envie de lui claquer la tronche, à ce moment-là, parce qu'il y a des limites à prendre les gens pour des cons), "attendez, je vais chercher mon chef, ça fait une semaine qu'il vous attend - bah tiens - il y a eu un pot avec du champagne et tout, ah là là, mais pourquoi n'êtes vous pas venus?". Déjà parce qu'on était en vacances et ensuite parce qu'on ne savait pas et qu'il n'était mentionné nulle part qu'il y avait quelconque pot pour fêter quoi que ce soit (comme de bien entendu). Je précise que nous étions le dernier jour pour aller chercher nos lots, après, il était trop tard. Est-ce que ça les arrête? Pensez donc!

Notre ami vendeur revient avec son patron, un mec dégarni avec une tronche de boxeur de mauvaise humeur, visiblement, les relations client, ce n'est pas son domaine. C'est affreux, quelqu'un dont seule la bouche sourit. Ses yeux, eux, restaient froids, mais bon, grossier pour grossier... "Ah, commence-t-il, je suis content (ça ne se voit pas, fieu) de mettre enfin un nom sur un visage. Alors, est-ce que vous savez que vous êtes les 4èmes grands gagnants du concours? Vous n'avez malheureusement pas remporté l'écran plasma, ni l'ordinateur, ni le chèque cadeau de 4000 euros, mais vous avez remporté un chèque cadeau de 2000 euros à valoir dans notre magasin! Ca vous plaît?".

Vite, vite, feignons le contentement devant cette pratique commerciale outrageuse.

"Ah oui, oui, merci!". Je pense que cela s'est vu qu'on n'en pensait pas un traître mot.

"Heum, est-ce que vous comptez utiliser ce chèque cadeau? Comprenez que je ne vais pas vous faire un chèque à encaisser en banque, malheureusement (bah non, ça se serait appelé "honnêteté" et de toute évidence, ce n'est pas l'apanage d'un magasin crasseux comme le votre)..."

"Non."

"Ah bon, est-ce que je peux le remettre en jeu, alors?" (le mec n'a pas eu l'air dérouté une seule seconde, il a répondu du tac au tac. Et je vous rappelle que nous sommes le dernier jour, même le dernier après-midi, donc tendu pour remettre en jeu, surtout si tout le monde est déjà venu, non?)

"Evidemment *grand sourir Colgate*"

"Bon, eh bien merci, on compte sur vous pour la publicité, et bonne journée." Hop, il s'en va, et on se retrouve avec notre vendeur, du coup plus sympathique à côté du maître hypocrito-menteur.

"Ah, c'est dommage... Vous savez que vous avez gagné quand même gros, tiens, sur le papier, vous voyez, il y a marqué xxx ML, pour "Meilleur Lot". Ah, quel dommage..."

Heureusement que personne ne se connaissait, j'aurais vraiment été curieux de prendre à parti un client armé d'un papier comme le nôtre pour voir s'il n'y avait pas également un miraculeux ML à côté de son numéro. Mais bon, je n'aime pas foutre la merde, et vu qu'on avait les crocs (il devait être aux alentours de 14h30 et nous n'avions toujours pas mangé), l'idée c'était de se barrer de ce trou à rats au plus vite.

 

C'est tout de même incroyable de voir les pratiques ridicules en cours dans ce genre de magasins. Sans être aussi ridiculement grossier, j'avais pu observer, dans ces magasins "de luxe" tels que celui dans lequel nous avions nous-mêmes acheté notre canapé et notre fauteuil, que les prix exhorbitants fondaient étonnamment vite de plusieurs dizaines de pourcents dès qu'un acheteur potentiel se présentait (de mémoire, on en avait de base pour 3000 euros et on avait gagné 1000 euros en deux coups de cuillère à pot, mais comme nous n'avions pas poussé le bouchon plus loin, jeunes naïfs que nous étions, nous en étions restés là).

Par ailleurs, le magasin dans lequel nous nous étions fourni, Tousalon à Coignières, était d'une toute autre qualité et nettement moins ridicule que le simulâcre de haut de gamme dans lequel nous nous trouvions et duquel je tairais volontairement le nom, tellement y aller représente une perte de temps.

Il n'en demeure pas moins que nous avons gâché une heure et demie de notre temps en pure perte pour des charlatans,  et je suis triste de constater que plus la marchandise se veut haut de gamme et plus grossières sont les arnaques. Encore une désillusion, je m'attendais franchement à mieux. Quand je vous dis que je suis candide...

 

Par contre, je suis heureux de voir que ma vision du marketing s'est appliquée à la lettre : "magnifique" et "superbe" sont vraiment des mots employés à tout va, comme quoi, la véritable valeur des mots est bafouée par des imbéciles à longueur de journée. Pauvre langue française!

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

jouliss 03/11/2016 17:07

Bonsoir
Je m’appelle JOULISS FRANCK, citoyen français, je vis en Haïti, je suis enseignant, chrétien, marié, père de deux enfants (une fille et un garçon).Suite à une sorte d’infidélité envers ma femme et ma famille, un escroc ivoirien vient de m’escroquer 10000 dollars US et malgré tout il ne cesse de me faire chanter, il ne m’a donné aucune chance. Il y a environ 4 mois, j’ai rencontré une femme sur un site de rencontre répondant au nom de Karlene J. WILLIAMS, elle se dit manager dans un bureau DHL et elle habite à Lille en France. Tout à coup la relation amicale se transforme en relation amoureuse, un soir elle m’a demandé de l’exciter en restant nu devant mon ordinateur branché sur Skype, une chose que je fais par ignorance sans arrière-pensée, pourtant c’était un homme. Il a tout enregistré puis il commence à faire du chantage avec la vidéo, il dit qu’il va publier la vidéo sur YouTube et envoyer le lien à tous mes amis sur Facebook y compris mes collègues de travail, mes supérieurs hiérarchiques, mes amis, mes parents ainsi que ma femme et mes enfants. Je me suis pris de panique, je vois déjà perdre toute ma personnalité que j’ai construite durant mes 42 ans. De plus, en Haïti quand on est enseignant et chrétien, même si on ne gagne pas beaucoup d’argent, on est connu de plusieurs générations et on est réputé honnête et sérieux. Il me demande de négocier la vidéo pour que ça reste seulement entre nous deux. Au début, il m’avait demandé 40000 dollars US. Après plusieurs négociations nous nous sommes mis d’accord sur la somme de 10000 dollars. En réalité de toute ma vie je n’avais jamais eu en ma possession une somme pareille. Je lui ai dit de m’attendre à la fin du mois car je ne sais pas encore où je peux trouver cet argent. Il me dit pas de problème mais il lui faut une garantie. J’ai dû lui envoyé 1500 dollars et après une semaine et demie, je lui ai envoyé le reste 8500 dollars. En fait je gagne, 9060 gourdes haïtiennes comme salaire mensuel, soit 144,96 dollars par mois. Pour envoyer cet argent j’ai dû contracter un prêt chez un usurier avec les papiers d’un terrain que mon père m’avait laissé, c’est tout ce que j’avais. Il m’avait demandé de lui envoyer la photo de la fiche de transfert, chose que je fais, malgré ça il continuait à me faire chanter avec la vidéo. Grace à une connaissance française du nom JULIE PAYET , à qui j’ai eu le courage de raconter mon histoire et qui est proche des services de renseignements de l'interpol, on a fini ensemble par mettre la main sur cet escroc j'ai réussi à bénéficier d'un remboursement suivie des frais de dédommagement qui m’avait été arnaqué. Alors je suis ici juste dans le but de vous faire bénéficier de cette aide précieuse. Si vous êtes victime d’une arnaque sur internet, arnaque au sentiment, arnaque bancaire , arnaque d'offre de prèt , arnaque de don ou tout autre forme d’arnaque contactez la elle saura vous aider à mettre la main sur votre escroc et engager la procédure de remboursement.

E-mail : anti.interpol@outlook.fr

Cordialement JOULISS FRANCK

Alys 05/05/2011 20:43


De rien, de rien ! ^^


Alys 05/05/2011 16:38


Super billet très drôle ! :)
Ce que je trouve le plus effrayant dans tout ça, c'est que si ces pratiques absurdes continuent... quelque part... c'est que suffisamment de gens accrochent et se laissent avoir pour que ça ne
vaille pas la peine de passer à une méthode plus évoluée !
Les mystères de la vie, quoi.
*Thumbs up* pour ta boîte à fourbi sinon. :)


Shinkel 05/05/2011 20:24



Merci beaucoup Alys, ça me fait très plaisir! En effet, c'est vraiment rageant comme méthodes, et encore, ce n'est qu'un détail parmi les choses dégueulasses typiques du monde commercial. J'en
ferai sans doute d'autres! Mais les commentaires, ça fait toujours plaisir. Merci, merci.