Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La boîte à fourbi

Parc à Stéricks

12 Juillet 2010 , Rédigé par Shinkel Publié dans #Peublik Reulaysheunz

Ce week-end, dans la rubrique "vis ma vie de rédacteur d'un blog paumé du fin fond de la cambrousse", nous devions aller avec un couple d'amis au Parc Astérix. Comme cela faisait un moment que nous n'y étions point retourné, ma femme et moi, et que c'était l'occasion d'y aller en bonne compagnie, on s'est dit allez, on tente.

Ça, c'était il y a en gros un mois et demi.

Vendredi, sans doute à cause de la chaleur, je me prends tout seul comme un grand d'une bonne crise de sinistrose, celle qui vous dit "nan mais cherche pas, c'est MORT". En effet, nous étions le 9 juillet.

Le lendemain, c'était le premier rush des vacances, façon rouge foncé par Vison Buté.

La semaine suivante serait prise par des millions de gens parce qu'il y a le 14 juillet au milieu.

Il était prévu 32°C et des averses orageuses le samedi après-midi.

Il allait y avoir un milliard de gens dans ce parc dont plusieurs millions de morveux hurlants et énervés par la chaleur démoniaque qui règnerait sur le parc en plein cagnard.

Bref, pour moi vendredi, ça sentait le sapin côté parc Astérix.

 

Nos amis sont deux drôles de loupiots, du genre téméraire.

Eux : Mais non, tout ira bien. Prends par les quais de Seine, tu verras, ça passe tout seul.

Moi : Ouais mais non, l'A13 sera bouchée à mort, ça servira à rien...

Eux :Bah venez dormir à la maison, c'est sur le chemin, ça vous fera toujours ça se moins à faire demain matin!

Moi : Bah non, on est vendredi soir, justement ça doit déjà être mort.

Eux: La météo s'est trompée toute la semaine, allez, il fera beau demain!

Moi : Mais non, c'est mort, même Météo France et mon iPhone sont tombés d'accord, demain il flotte et la température tombera pas...

 

Bref, je suis du genre lourd, mais eux, ils sont du genre "on y va quand même". Et le pire, c'est que leur maladie, l'enthousiasmose, a eu raison de ma sinistrose.

 

Samedi matin, branle-bas de combat, debout à 6:30 (pas par choix, mais par chaleur). Je me jette sur Sytadin : tout est vert sauf l'entrée de l'A6. Ah ah, m'en fous, c'est au nord que je vais, moi. A1 : clean. Direction la douche, on mange un morceau, on se rassemble, 7:20 : dans le parking et go chez le petit Gaulois.

 

Sinistrose, t'as eu tort : pas un chat sur la route à l'allée, il a fait beau et moins chaud que la veille samedi (mais j'ai quand même transgoutté à grosses spires), il y avait du monde, mais genre normal, et il n'a quasiment pas plu autre chose que trois gouttes par trois gouttes.

 

Juste au retour, A86 un peu bouchonnée, mais sorti de là, nickel chrome.

 

Par contre... S'il y a bien une chose (parmi tant d'autres en fait) que je n'aime pas, ce sont les resquilleurs. Deux petits connards de vingt ans qui nous sont passés devant et que nous avons eu (enfin, principalement moi) la faiblesse de laisser passer. Des petits merdeux, le même genre que les connards en mobylette à côté de chez moi dont je vous ai déjà parlé, des salopards sans éducation qui sont tout fiers de leur prestation de griller tout le monde à grand renfort de "mon petit frère est devant, pardon" et qui après vous lancent un grand sourire victorieux qui donne envie de les abattre au fusil à pompe quand ils vous passent dessus dans l'attraction alors que vous êtes toujours dans la queue.
D'un autre côté, la prudence (qui a dit lâcheté?) me faisait penser à cette famille qui a eu le malheur de refuser le passage à des merdeux similaires qui, dans leur grande rage vengeresse de merdeux blessés, ont poussé le sens de l'honneur à appeler 30 de leurs amis pour aller attendre à la sortie du parc la famille pour leur faire comprendre à coup de poings et pieds qu'on ne refuse pas le passage à des petits merdeux. Bilan, toute la famille, femmes et enfants compris, envoyée à l'hôpital parce que tabassés par des merdeux.

Alors, ce n'est pas pour jouer les bravaches, mais si mon pote et moi avions été seuls, sans nos moitiés, je n'aurais peut-être pas laissé passer. Mais sachant qu'il y avait nos chères et tendres, je n'ai pas tenu à prendre le risque.

Ça me fout la haine, un comportement pareil. Surtout quand des fumiers de raclures de fond de chiottes de nationale s'en sortent juste avec une petite garde à vue en ayant envoyé une famille complète à l'hôpital. Magique. Faut les comprendre ces petits bouts de chou, il faut bien qu'ils s'amusent... La haine.

 

'fin bon, samedi soir, j'ai fait moquette à 21:00. Les émotions, ça use.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jade 12/07/2010 09:19


Ah les saloperies de petits merdeux... ça donne envie de faire justice par soi même!
Heureusement que le reste de la journée fait passer la pilule alors :)


Shinkel 12/07/2010 10:57



Comme tu dis...