Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La boîte à fourbi

Quand le petit confort devient la grosse tuile

7 Juin 2011 , Rédigé par Shinkel Publié dans #Peublik Reulaysheunz

Nous sommes tout de même peu de choses. Je veux dire, notre confort moderne, c'est tout de même bonnard, mais comme tellement de trucs, on n'y fait même pas attention, tant que ça fonctionne. Surtout quand on est geek.

 

Tiens, par exemple, pour un WoWiste averti comme moi, la perte d'internet, c'est la fin du monde. Deux jours, qu'on l'a perdu, la fois dernière. J'ai perdu des cheveux, des dents, du poids, mon poil n'était plus luisant et ma truffe était sèche. Bref, ça sentait le sapin. Obligé de rebrancher la Wii, gratter les vieux jeux (j'ai rejoué à Carmageddon 2, qui date de 1998!), pour trouver une raison de vivre! Et quand bien même, quand mon compte a été piraté et que j'ai quasiment mis une semaine à pour le ravoir - merci Blizzard pour votre page "numéros de téléphone à appeler en cas de piratage", intuitivement placée pour qu'on ne la trouve pas - les symptômes furent plus ou moins les mêmes, sauf que je pouvais me plaindre sur Facebook. Vive Internet.

 

Après, il y a aussi d'autres commodités qui deviennent franchement chiantes quand elles foutent le camp. Je pense à l'eau froide ou pire, l'eau chaude. Cela remonte et je vous en avais peut-être déjà parlé, mais j'ai eu des expériences traumatisantes avec ma baignoire. Matin, 6:05. Je me lève, la tête dans le derrière, et je file direct à la douche. Comme d'hab, je règle le mitigeur, j'envoie la sauce (pas trop fort, le gâchis d'eau, j'ai horreur de ça). C'est froid, ça chauffe, je me passe la pomme de douche sur le corps avant de finir quasiment ébouillanté façon ravioli vapeur chez le chinois du coin. Immédiatement, me viens une réflexion typique de la gueule enfarinée assortie d'un esprit embrumé. Réflexion qui donne, en gros : "MÉKESSEUSSÉKEUSBORDEL?!".

Je parviens à terminer ma douche, mais c'est une journée qui commence bien.

Jour d'après, même topo.

Le pire dans cette histoire, c'est quand ma compagne me dit que, quand elle prend sa douche à 7:00, aucun problème. GROUMPF.

Troisième jour, je m'habitue, notamment parce que les nerfs commencent à décéder, ou bien revoient leur seuil de douleur à la hausse. J'suis un guerrier, moi.

Troisième jour, au soir. On toque à la porte. Oh, cher et estimé voisin du dessus. C'est à quel sujet?

- "Bonjour, est-ce que par hasard vous auriez des problèmes d'eau chaude?

Je m'esclaffe.

- Ah non, ça marche bien, aucun souci.

- Vraiment? Même dans votre cuisine?

- Même dans ma cuisine. Par contre, ça fait trois jours que je me fais cuire par ma douche le matin. Pas d'eau froide.

Il me lance un regard penaud.

- Heu... C'est peut-être bien de ma faute, ça.

Bah tiens.

- Comment ça? risqué-je, goguenard.

- Notre voisin du dessus (donc, celui du deuxième) a une fuite d'eau et ça goutte toute la nuit. Donc, ça fait du bruit, alors j'ai coupé l'eau froide au général de l'immeuble.

Je manque de m'étouffer. NON MAIS T'ES PAS BIEN DANS  TA TETE? Tu sais que t'es pas le dernier à te coucher ni le premier à te lever dans cet immeuble? Tu sais qu'à cause de toi j'me prends des douches bouillantes depuis le début de semaine? TU SAIS QU'A L'INSTANT PRESENT, J'AI BIEN ENVIE D'TE DEVISSER LA TETE ET DE TE CHIER DANS LE COU? TU LE SAIS, CA?!

Ma pomme d'adam fait plusieurs allers-retours dans ma gorge devenue bien sèche.

- Hem, est-ce que vous savez ce que ça fait, de se prendre une douche de napalm au sauter du lit? parviens-je à articuler sans lui lacérer le visage à coups de dents.

- J'avoue que je n'y avais pas pensé, mais vous ne savez pas où il est, le général?

EVIDEMMENT QUE NON, TRIPLE ANDOUILLE! MAIS SAUTE DANS UN PUITS ET NOIE-TOI-Y, PAR PITIE!

- Non. Ca fait que quelques mois que je suis là.

- Ah bon, je vais vous montrer alors."

 

Suite à quoi, je n'ai plus eu de problème d'eau froide. Mais tout de même, comment peut-on s'imaginer être, sur cinq étages dont quatre sont à quatre appartements et un à trois, à raison d'une moyenne de trois personnes par appartement, soit donc cinquante-sept personnes, le premier à se lever et le dernier à se coucher? Je suis quand même assez halluciné.

 

Et enfin, dimanche, grosse frayeur. A midi, je prends un yaourt dans le frigo, tiens, il ne m'a pas l'air bien froid. Bah, je psychote sûrement. Et ça doit être parce que c'est la fin du pot que ma glace norvégienne Haagen Dazs est toute molle, j'avais vu ça avant avec des glaces en barquettes.

Vers seize heures, madame veut se prendre, une fois n'est pas coutume, une glace dans le congel. Tiens, c'est tout crémeux. Oh oh. Les infos de croisent, nous avons un frigo/congel en train de de suicider.

Ne pas paniquer, mais agir vite. Heu, heu, heu, on fait quoi? Appeler un technicien? Je vote pour. Ma compagne, contre. Sur Internet, ils disent que de totue façon, les pièces coûtent pour ainsi dire aussi cher que d'acheter un frigo neuf, et il faudra aussi payer le loulou pour sa venue pour un résultat même pas garanti. Bon... Bon. Je chope mes voisins du dessus (l'ébouillanteur avec qui, malgré tout, je ne m'entends pas si mal), qui acceptent de me dépanner en me prêtant de la place dans leur congélateur. Super.

Je débranche le frigo, revenu chez moi. Je laisse décanter deux heures, pendant lesquelles nous cherchons dare-dare des frigo/congélateurs chez les revendeurs les plus proches. Et là, on se rend compte que, bien qu'ayant quasiment dix ans, notre frigo est plutôt grand (275+56 litres) et bien dôté, notamment le froid ventilé dans le congélateur qui permet de ne pas avoir la moindre glace sur les parois.

Et cette prestation de froid ventilé, elle coûte les yeux de la tête! Merci papa et merci maman pour le don du frigo, il envoyait le pâté en fait!

Sauf que nous sommes dimanche et qu'il n'y a pas non plus des masses de magasins ouverts. Crotte. Bon, je me fais une raison de sortir un petit billet de 450 euros, maugrée, et me dis que le lendemain sera une journée typée rouge pour ma carte bleue.

Je rebranche par acquis de conscience le frigo, qui émet quelques très légers petits cliquetis, mais ne relance pas pour autant sa machinerie. Booooon. Je laisse branché, et pars donc broyer du noir dans le salon.

 

Appel de la belle-mère, sujet du frigo qui revient, ah, c'est la misère, il est tombé en panne...

 

Pris d'une intuition soudaine, je me rends à la cuisine. Tiens... TIENS...! Le frigo refonctionne, avec son bruit habituel : un cas unique de résurrection. Et il tient bon depuis lors.

 

Alors autant une machine à laver la vaisselle ou le linge, c'est bien chiant quand ça tombe en panne, mais on peut toujours faire la vaisselle ou la lessive à la main; autant Internet c'est gonflant, mais on peut s'en passer (de moins en moins, mais bon); autant un frigo, ça coûte cher, rien qu'en bouffe à jeter, et tu peux toujours t'amuser à essayer de congeler à la main, machine à laver staïle, à moins d'avoir de sérieux problèmes de câblage interne, vous ne devriez pas pouvoir y arriver. Restent donc les voisins, quand on s'entend bien avec eux.

 

Je crois que c'est l'appareil qui est le plus problématique en fait (je parle du frigo, pas des voisins), quand il se fait la malle. Vous ne pensez pas? En tout cas, je suis mentalement préparé maintenant à changer de frigo. J'suis un fou, moi. Prêt à tout. Bon à rien, mais prêt à tout.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

Aratta 09/06/2011 08:27


Oui un peu, mais parfois tu y es obligé :)


Jade 09/06/2011 07:24


J'ai vécu un an sans frigo - c'est donc possible :) mais extrèmement contraignant (merci les mini courses tous les jours...)... il faut juste complètement revoir ses habitudes alimentaires :/


Shinkel 09/06/2011 08:24



L'horreur, quoi :p