Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La boîte à fourbi

SSD or not SSD?

12 Juillet 2012 , Rédigé par Shinkel Publié dans #Informatique

J'ai écrit un article ce matin sur un blog "pro" à propos d'un retour d'expérience que je voulais faire sur l'utilisation d'un SSD.

 

Dans la mesure où c'est bien moi qui l'ai écrit MAIS QUE le support (blog) sur lequel je l'ai écrit est explicitement copyrighté à mon employeur, j'imagine que mon devoir juridique est de faire figurer le ©Renault à qui légalement l'article issu de mon propre cerveau appartient. Le juridique, c'est fantastique.

 

On en parle pas mal ces jours-ci, les SSD deviennent depuis quelques années de plus en plus accessibles, partis à la base avec des prix rédhibitoires au Go en regard de celui des disques durs; restant toujours chers mais ayant largement bénéficié de la crise des disques durs qui se termine (enfin, qui tend à se terminer...), qu'en est-il de l'usage de ces Solid State Drives?

Déjà, qu'est-ce qu'un SSD?
Le SSD est une mémoire de masse (comme un disque dur) basé sur des puces de mémoire Flash (comme les clés USB). L'idée n'est pas neuve, le seul obstacle ayant été le prix.
L'intérêt de la mémoire Flash est d'offrir des temps d'accès quasiment nuls comparativement à un disque dur, ceci étant notamment dû au fait qu'il n'y a pas de déplacement physique de tête de lecture dans un SSD, là où, comme un tourne-disque, les données d'un disque dur sont réparties sur des disques lus par des têtes, lesquelles doivent se mettre en position pour accéder aux données, ce processus prenant évidemment du temps.
Point de cela dans un SSD, puisque les données sont accessibles instantanément dans les puces.

Un SSD, c'est donc un disque dur à base de mémoire Flash. Les temps d'accès sont pour ainsi dire nuls et, second effet kiss-cool, le débit des données est nettement plus élevé que sur un disque dur, ceci étant dû aux performances natives ET au nombre de puces de Flash, qui permettent au contrôleur qui supervise toutes ces puces de paralléliser les tâches (ce qui explique pourquoi, d'ailleurs, le débit des SSD de grandes capacités varie parfois du simple au double des débits du même disque de moindre capacité).

Et donc?

Dans la pratique, cette histoire de temps d'accès est important pour la rapidité d'un système, sauf que si l'on écoute les rumeurs, le SSD, c'est un système qui fonctionne à la vitesse de la lumière, c'est fabuleux, c'est génial, messieurs-dames, vous ne pourrez plus vivre sans.

On se calme. Déjà, parce que tout n'est pas si rose.

A la différence du disque dur, le SSD est donné pour une durée. Comprenez : sa mort est déjà programmée à l'instant où vous l'achetez. En fait, ceci est dû aux puces de Flash, une nouvelle fois : celles-ci sont spécifiées pour un certain nombre de cycles de lecture/écriture, de 3000 pour les plus mauvaises (quoique certaines récentes ET plus rapides encaissent elles aussi moins de cycles), à 5000 dans la moyenne jusqu'à 10000 pour les industrielles (que vous n'aurez jamais, donc :D ).
Ce qui correspond à quoi, me direz-vous?

La moyenne communément admise de durée de vie pour un SSD en usage "normal" (quelques heures par jour sans réinstaller son système toutes les deux minutes) est d'environ 5 ans.
Sachant qu'il y a des stratégies pour ralentir l'usure d'un SSD, à commencer par l' "erase pool".
Lorsque vous achetez un SSD de 128Go, une fois formaté, celui-ci n'offre que 120Go d'espace disponible (et encore). Me serais-je fait rouler, vous demandez-vous?
Oui, un peu. En fait, les 8Go disparus sont bien présents (à une vache près) mais inaccessibles, ils constituent une zone dans laquelle le contrôleur ira écrire ses données à mesure que les puces mourront lors de la vie du SSD. C'est ce que l'on appelle l'erase pool.
Seconde stratégie : le contrôleur, qui est un composant primordial du SSD et qui signe en fait la qualité d'un SSD (l'autre partie de la qualité étant naturellement les puces de Flash), va faire en sorte d'utiliser les puces du SSD le plus uniformément possible, au lieu de taper toujours dans les mêmes. Ce qui retardera le phénomène d'usure mais, revers de la médaille, quand le disque déclinera sur la fin de sa vie, il le fera d'un bloc.

On peut dès lors se dire qu'acheter un stockage dont la mort est programmée n'est pas pérenne. Et pourtant, 5 ans pour un disque dur, c'est déjà honorable. Certes, combien d'entre nous ont un disque dur de 160Go qui date de Mathusalem, toujours fonctionnel?
Certes, mais combien ont un disque dur qui a lâché bien avant les 5 ans, victime d'une panne quelconque?
De plus, en 5 ans, les débits des disques durs et leur capacité ont largement évolué, reléguant au rang d'unités de secours les anciens "tops". L'argument de la durée n'a de valeur que pour qui use ses PC jusqu'à la corde, mais nous sommes nombreux dans ce cas. A voir selon vos usages, donc.

Passons ensuite à l'utilité : au final, est-ce que ça change vraiment la vie, un SSD?

J'ai vécu pendant des lustres sans SSD, avec des disques durs de moyenne gamme, avant de passer à Noël dernier au SSD.
Soyons clairs, je n'aurais jamais investi dans un SSD par moi-même, jugeant les tarifs ridicules pour une amélioration à prouver.

Déjà, le temps de chargement sous Windows 7 : là, oui, sacré changement. Le logo de Windows n'a même plus le temps de s'assembler que je passe déjà au bureau! Passer de 30-40s à une toute petite vingtaine, la différence est sensible.
Bon, pour qui laisse son PC allumé H24, ou allume et vaque pendant quelques minutes avant de se poser devant le clavier, l'intérêt est pour le moins limité. Par contre, pour moi qui allume et reste devant le PC, j'ai apprécié.

Ensuite, à l'usage. A moins d'avoir un vieux tromblon, le SSD n'apporte pas grand-chose à mon usage standard : je ne tape pas plus vite sous Word, Firefox ne se charge pas plus vite et la navigation ne va pas non plus vite, la différence avec/sans SSD est invisible (sachant que j'avais en comparaison un Seagate Barracuda de 750Go 7200 RPM avec 64Mo de cache, pas non plus une bête de course).

Dès lors que vous allez chercher des trucs sur le disque, genre documents, on peut constater une différence : Windows 7 aime à couper l'alimentation des disques durs quand ceux-ci sont inactifs, ce qui est une bonne chose, sauf que du coup, chaque fois qu'on veut accéder aux données qui s'y trouvent, il faut attendre quelques secondes que le disque se relance et que Windows y accède (c'est surtout vrai pour un disque de stockage, le système n'étant en tout cas chez moi que rarement arrêté). En SSD, hop, c'est instantané.

Au niveau des applications, quid?
C'est ici que le SSD peut selon les usages prendre vraiment son sens. Pour qui monte de la vidéo ou des photos, la réactivité du SSD est un plus absolument indéniable : Photoshop qui se charge 3 fois plus vite, les filtres qui s'appliquent plus vite (surtout quand on est un peu juste en RAM et que l'on doit faire du swapping), c'est le jour et la nuit.
Evidemment, pour qui n'utilise ce genre de choses qu'une fois tous les 36 du mois, l'attrait est là encore limité.
Pour les jeux, alors?
Pareil! Moi qui suis joueur, il peut y avoir une grande différence comme il peut n'y en avoir aucune. Prenons un FPS que personne ne connaît, A.V.A : sur disque dur, les chargements prennent une bonne quinzaine de secondes. En SSD, c'est vraiment que j'ai du mal quand ça prend 4 secondes.
Un autre? League of Legends : sur SSD : une bonne minute. Sur disque dur : une bonne minute. Aucune différence.
Skyrim? Itou, même si là, j'ai un ami qui a vraiment senti une différence SSD/HDD. Bon.
World of Warcraft? Oui, ça charge bien plus rapidement même si ce n'était pas particulièrement intolérable sur disque dur.

Dans le cas d'un PC de salon multimédia, là par contre, c'est du velours. J'en possède un à disque dur et je ne peux que pester contre la lenteur du boot, quand je vois mon tout beau PC de jeu qui démarre en moins de 20s tout compris. Là, j'investirais bien dans un petit SSD pour booster tout ça.


En fait, il faut vraiment essayer avec les applications ou jeux que vous utilisez le plus, les copier sur le SSD et tester pour vous faire un avis.

Au final, faut-il un SSD à tout prix?
Pour mon usage, j'ai trouvé l'amélioration appréciable, sans pour autant que cela transfigure l'informatique. Je suis content de m'être fait offrir ce SSD, on va dire. Après, quand on utilise un PC qui n'a pas de SSD, ça se ressent, mais ça n'est pas nécessairement l'horreur absolue.

Quid du commun des mortels? Il faut se sortir de l'idée qu'un SSD est forcément la panacée. Si le reste du PC ne suit pas, le SSD n'y pourra pas grand-chose. Même si sur un PC portable surtout, l'échange contre un SSD est salvateur, mais cela est dû au fait que les disques durs montés sont bien souvent anémiques. Si vous avez les moyens, pourquoi pas. Sinon, autant vous rabattre sur un disque dur de bonne capacité (donc au moins 2To, plus la capacité est grande là aussi et plus les débits sont importants, bien que moindres que ceux d'un SSD), vous vous y retrouverez autrement mieux niveau prix au Go.

Et vous, que pensez-vous du SSD?

 

©Renault S.A.S

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article