Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La boîte à fourbi

Tout ça pour manger de la salade

7 Novembre 2011 , Rédigé par Shinkel Publié dans #Coups de gueule, polémiques

Bonjour chers amis télé-acheteurs.

Dans notre magasin de rage en ligne, aujourd'hui je vous propose une rage à thème, une rage à polémique même, puisqu'elle touche une portion de l'humanité bien particulière.

 

Autant vous prévenir de suite, si vous en faites partie, vous n'allez pas aimer cette rage.

 

Autant vous prévenir tout de suite, je vais passer une énième fois pour l'affreux connard de service, mais très franchement, je m'en bats les flancs de ma large queue.

 

Alors commençons sans plus attendre cet article, qui me trotte dans la tête depuis un moment et dont en toute franchise je crains, comme tout sujet à mon ire destructrice, de ne pouvoir exprimer l'essence même de mon point de vue.

 

Parlons donc, si vous le voulez bien...

 

*craque les doigts*

 

... De nos amis...

 

*craque le cou*

 

... Les estimés - ou pas - ...

 

*craque les coudes *

 

Végétariens.

 

 

Je connais des végétariens. Oh, oui. Mais je n'en fréquente pas non plus à fond, surtout parce que soit ils sont loin, soit parce qu'ils restent au stade de "connaissances". Je connais également des végétariens repentis.

 

Pourquoi est-ce que je n'aime pas les végétariens, me demanderez-vous avec raison? Voici un exemple typique de ce qu'un d'entre eux m'a sorti, le plus sérieusement du monde.

Nous étions au restaurant et vient l'heure de la commande. L'ami végétarien demande spécifiquement "quelque chose sans viande", en rapport avec sa commande sur laquelle subsiste a priori un doute sur la présence ou non de bidoche. Intrigué par la tournure de phrase, je lui demande : "Pourquoi sans viande?" Sous-entendu : serais-tu allergique à quelque chose, bref, un souci qui vaudrait le coup de savoir plus d'ultérieurs festoiements?

Réponse cinglante : "parce que je ne suis pas un assassin".

 

Je n'ai pas poursuivi ce débat parce que je savais d'office à quel genre de personne j'avais affaire. Oui, le végétarien lambda considère tout mangeur de viande (soit une énorme majorité de la population mondiale, soit donc quelqu'un de NORMAL) comme :

- un assassin,

- un ignare,

- un bourreau qui :

     ¤ dans le meilleur des cas ne comprend pas / ne veut pas comprendre / n'est pas physiquement ou mentalement disposé à comprendre la souffrance d'autrui,

     ¤ et dans le pire cas qui prend du plaisir à faire souffrir son prochain et surtout toute forme de vie animale,

- un attardé rescapé d'un autre millénaire puisque le végétarien lambda se considère comme plus évolué que le mangeur de viande, cet homme de Tautavel dénué de tout raisonnement logique.

 

Lorsqu'arrive le coming-out du végétarien en tant que tel, jusque-là classifié "personne lambda", s'ensuit en général au moins une tentative de justification et de prêche pour son église de mangeurs de tofu et autres steacks de soja à quelqu'un qui d'une façon générale n'en aura rien à secouer.

 

A ces végétariens lambda, je m'adresse maintenant. Les autres, vous pouvez lire, tant qu'à faire.

 

Que vous ne vouliez pas manger de viande, ça vous regarde, quelles que soient vos motivations. Certains n'en mangent pas parce qu'ils n'aiment pas, d'autres parce qu'ils ne peuvent pas physiquement l'assimiler, d'autres enfin, et c'est votre cas, par choix moral.

Sachez que je respecte ce choix, il est en fait sur le même plan pour moi qu'un choix religieux : vous avez vos idées, et c'est tant mieux. Être fidèle à ses principes, c'est une bonne chose... Tant que vous ne bassinez pas tout le monde avec. Et c'est principalement ça que je reproche au végétarien lambda : essayer de vous faire la morale sur le supplice des animaux qui finissent dans votre assiette chaque fois qu'il est question de bidoche dans une conversation.

 

Ensuite, quelle est cette vision que vous avez des personnes omnivores, sérieusement? Comme montré dans mon exemple vécu du dessus, le végétarien méprise le mangeur de viande, et ce n'est qu'un début. Méprise, oui. Tout est une question de point de vue, me direz-vous, mais du point de vue d'une personne normale (donc, qui mange de la viande), le végétarien est un original, c'est tout. Juste quelqu'un qui ne mange pas de viande, mais il n'y a ni mépris ni une quelconque animosité contre lui. Allez, moi, ça me fait doucement sourire, mais ça s'arrête là, je ne vais pas passer mon temps à lui faire changer d'avis, chacun chez soi.

A l'inverse, le végétarien juge déjà l'omnivore d'emblée (je rappelle quand même que je suis un assassin, ne l'oublions pas) et se sent supérieur à lui. J'extrapole? Pas si sûr... N'oubliez pas que la normalité est une question de proportion et la normalité, c'est l'omnivore. La minorité, c'est le végétarien. Pas l'inverse.

 

Peut-être d'ailleurs est-ce le fait d'être en minorité qui pousse le végétarien à exacerber un point aussi banal (oui oui, ça reste banal de manger de la bidoche) et de s'en vanter (car c'est une fierté dans l'écrasante majorité), je n'en sais trop rien. M'enfin, ça doit bien jouer quelque part. Le besoin d'affirmer sa différence, quelque part, c'est humain.

 

Le végétarien lambda pense avoir raison d'être végétarien. Sûr de lui, il s'imagine que ça lui accordera un bon karma de ne pas manger de viande. C'est aussi une différence de point de vue intéressant : l'omnivore, lui, ne se targue pas de manger de la bidoche. Ah aaah, exulteront certains végétariens, c'est parce qu'il se sent coupable de cruauté et blablabla et blablabla.

Non. Juste que, eh bien, il n'y a pas intérêt ou motivation profonde à clamer sur tous les toits qu'on aime manger un bon filet de boeuf ou un poulet avec des patates au four. Point barre.

Par ailleurs, l'omnivore, sauf à faire chier un végétarien proche, ne s'imagine pas avoir raison d'être omnivore. Il est omnivore parce que... C'est comme ça. La viande, il aime, la salade, il aime, il peut manger de tout donc il mange de tout et ça lui va très bien comme ça. Aucune satisfaction à en retirer non plus, aucune honte non plus.

Là encore, le végétarien se place supérieurement par rapport à l'omnivore qui, lui, n'en a rien à faire.

 

Le végétarien juge, disais-je plus haut.  Il croit avoir raison parce qu'il ne participe pas au massacre de milliards de milliards de bêtes dans le monde. A contrario, et toujours selon le point de vue du végétarien, l'omnivore est un complice immonde de la souffrance des animaux, il est le Mal, ou au moins un des suppôts de Satan.

Pour mémoire, l'omnivore considère le végétarien toujours comme un original sympathique, peut-être un peu ennuyeux avec ses prêches, mais pas de notion de bien ou de mal. Un peu comme un bovin dans un champ qui regarde avec indolence les enfants qui essayent de l'attirer près de la clôture du champ. Indifférent, quoi.

Alors alors, laissez-moi vous rappeler une chose, amis végétariens.

Déjà, point de vue de définition.

Je tape "assassin définition" sur Google.

Je lis la définition suivante : "Personne commettant un homicide volontaire".

Je clique sur "homicide". "Action de tuer un être humain de manière volontaire ou non".

Outre le côté vague du volontaire ou involontaire, on en déduit donc que l'assassinat ne concerne que l'être humain.

 

Donc, considérer l'omnivore comme un assassin parce qu'il mange de la viande (non humaine tant qu'à faire) n'est techniquement pas possible, sauf à employer le mot au sens anthropomorphique, donc à considérer l'animal comme humain. Pourquoi pas, certaines personnes parlent à leur chat.

Mais bon, il y a déjà un problème : placer l'animal au même niveau que l'être humain (pourquoi pas, certaines personnes ne valent pas mieux que des hyènes, après tout) ne vous met pas, humain, à la place de l'animal. Donc, vous ne savez rien de la souffrance d'un animal, puisque vous n'en êtes pas un. C'est beau, de défendre une cause, c'est mal de parler sur quelque chose dont on ne sait rien.

Attention, je ne prétends pas connaître la souffrance animale. Jamais je ne le ferai. Parce que je ne la connais pas et que personne sur Terre ne la connaît.

On suppose qu'on la connaît, ce qui est fondamentalement différent, en superposant la douleur que l'on ressent par exemple suite à un coup sur le crâne à celle que peut ressentir un animal recevant le même coup.

 

Ensuite, l'amalgame d'assimiler l'omnivore à un tueur d'êtres humains (assassin, pour rappel) parce qu'il mange de la viande est un peu fort. Certes, il cautionne indirectement le fait de passer à l'abattoir des milliers de veaux, vaches, cochons. Et ce n'est certes toujours pas beau, avec par exemple les animaux qui sont juste sonnés et pas assommés avant de passer dans la broyeuse, oui, c'est sûr que je ne voudrais pas être un boeuf à viande.

Et je ne prends pas non plus comme justification le fait qu'omnivore veut dire "peut tout manger" ou encore "c'est normal de manger de la viande, l'Homme l'a toujours fait". Par contre, il suffit de regarder la nature pour voir que les choses ne sont pas forcément mieux dehors.

Un lion qui chasse une gazelle (ou une lionne, le lion étant un fainéant patenté, mais passons), un renard qui chasse un lapin, un loup qui mange un mouton, vous trouvez ça propre? Dans la nature aussi, les ratés existent et les morts sont encore moins propres que ce que l'on peut trouver dans un abattoir.

D'ailleurs, j'aimerais savoir combien de personnes parmi les végétariens ont déjà été dans un abattoir, ont déjà vu ce qui se faisait avant de dénoncer ces abattoirs. Et combien d'abattoirs font ça "propre" pour combien massacrent les animaux façon sauvage, justement comme les animaux dans la nature. Voir un reportage à la télé ne compte pas, évidemment.

Mon avis sur la question est  : pas beaucoup.

 

Alors, les végétariens argueront d'un argument qu'ils s'imaginent choc : mais nous ne sommes pas des animaux! Nous ne sommes pas sauvages!

Heu, alors oui, mais pourquoi cette vision anthropomorphique des animaux alors? Vous vous tirez une balle dans le pied, les gars.

Mais certes, puisque la sauvagerie est le propre des animaux (l'être humain, voyons, n'a jamais été sauvage d'aucune façon, tout le monde le sait), l'absence de tuage d'animaux est-il pour autant une évolution? Est-ce que ne plus manger de viande fait de vous des êtres meilleurs ou supérieurement évolués? A mon avis, vous vous fourrez le doigt dans l'oeil. S'imaginer qu'avoir un comportement différent des animaux est une voie vers l'illumination est une pure connerie, à mon sens, d'ailleurs la tendance actuelle n'est-elle pas l'osmose avec la nature? La chaîne alimentaire, ça vous évoque un truc ou bien?

 

Et ce n'est pas parce qu'on consomme de la viande que l'on hait les animaux ou qu'on les méprise. C'est ça, votre plus grande méprise, amis végétariens. J'aime les animaux, j'aime aussi manger les animaux. Alors, je vois déjà le sarcasme simple de "ah, il aime ses animaux, imaginez en plus qu'il aime ses enfants!". Amalgame simple d'un esprit simple et limité, comme toujours. Vous comparez donc les enfants d'humains avec les veaux et autres chevreaux, c'est vous qui voyez. Moi, je vois une légère différence, mais c'est votre point de vue, pas de problème.

Et surtout, surtout, je respecte les animaux. Ca ne veut pas dire que je ne les mangerai pas, ça veut surtout dire que le respecte le bestiau vivant (les vaches, c'est cool) et aussi transformé en rôti dans mon assiette. C'est une vie en moins qui remplira mon ventre, ainsi va le cycle de la vie, je n'en retire aucune joie, aucun plaisir sauf celui de manger quelque chose que j'apprécie, ce qui est la moindre des choses pour la vie qui en est la source, non?

 

Du reste, si je suis le raisonnement limité que je dénonce, le fait de manger des salades fait de vous d'affreux mépriseurs de légumes verts, bande de vilains.

 

L'amalgame, c'est l'énorme point faible du raisonnement végétarien. Vous avez votre façon de pensez, arrêtez de juger celle des autres. Le combat contre le massacre est une chose, considérer tous ceux qui ne pensent pas comme vous comme des bourreaux en est une autre. Ne pas manger de viande ne fait pas de vous des êtres plus évolués, bons ou meilleurs. Et n'oubliez pas qu'en société, le végétarien passe pour le casse-bonbons moralisateur de service qui empêche de commander une pizza reine pour quatre et oblige à prendre une pizza aux légumes immonde juste pour lui.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

zazapetitchat 10/03/2013 14:09

Merci pour cet article !
Ce raisonnement me trottait dans la tête depuis une récente agression (verbale, je ne me suis (pas) encore jamais fait flageller à coups de cèleri) de la part d'une madame vegane sur un sujet qui
n'avait pourtant rien à voir avec l'alimentation :'s

Et en plus, il a de l'humour :)

Shinkel 10/03/2013 16:44



Merci beaucoup pour votre commentaire! Il n'est pas évident de faire face à des végétariens, d'une manière générale. Toute caricature mise à part, je ne tombe qu'exceptionnellement sur des gens
pondérés : c'est forcément tout blanc ou tout noir, soit l'on épouse leur point de vue, soit nous sommes l'ennemi à abattre. Le plus cocasse récemment, en parlant de cela, a été une végane qui
m'a sorti que l'Homme préhistorique ne mangeait pas de viande, qu'il ne s'est mis à manger de la viande que plus tard et que donc ce n'était pas naturel, le tout avec un aplomb incroyable.
L'Homme préhistorique chasseur, non, c'est du pipeau inventé par les méchants mangeurs de viande que nous sommes pour légitimer notre sauvagerie.
Enfin bon, grand débat, sans doute éternel!



Alys 25/11/2011 11:32

Les quelques végétariens que je connais sont très modérés dans leurs propos : ils ne mangent pas de viande mais ne réagissent pas face à la présence d'un steak dans l'assiette de leur voisin... Le
premier n'en mange pas car il n'aime pas ça et les deux autres le font pour des raisons éthiques (conditions d'élevage des animaux ou impact environnemental d'une alimentation carnée). Ces deux
personnes ont d'ailleurs contribué à réduire ma consommation de viande (j'ai renoncé à devenir végétarienne "pour de vrai" car je suis décidément incapable de résister à la charcuterie... ^^).
Enfin tout ça pour dire qu'une attitude sensée est plus constructive pour tout le monde, à commencer par le végétarien qui a envie de convertir son voisin. :)

Shinkel 25/11/2011 14:49



Eh oui... On entend toujours parler des pires, comme toujours!



John George Phillips 09/11/2011 23:23


Tout a fait, les végétariens, c'est comme les arabes les veaux les vaches et les connards, sa devrait pas exister.


Shinkel 10/11/2011 08:51



Ouille >_< . Jorj sérieux, c'est pas très très bien ça!



Valou33 09/11/2011 10:22


Cela fait un moment que je consulte votre blog avec grand plaisir, et je n'avais encore jamais commenté de post, voilà qui est chose faite..

Je suis tout à fait d'accord avec vous, pour avoir côtoyé moi aussi des végétariens dont beaucoup sont très intolérants et assez extrémistes dans leurs propos...

Je trouve cela bien dommage, car je respecte leur choix et j'aurais aimé avoir autant de respect en retour pour mon état d'omnivore.


Shinkel 09/11/2011 11:29



Merci beaucoup Valou! En fait, j'assimile quelque part pas mal le végétarianisme aux syndicats et au féminisme, il me semble avoir déjà sorti une comparaison de ce goût-là : le fond est bon et
justifié - ne pas vouloir salir sa conscience avec la mort d'animaux, c'est plus que compréhensible d'une part; de l'autre protester contre la violence à l'encontre des animaux lors des
abattages, voire la chasse sauvage et cruelle, c'est également justifié. Le fond, donc, est absolument honorable.


Par contre, et nous sommes bien d'accord, c'est la forme qui laisse grandement à désirer, altérée notamment par l'étroitesse d'esprit de certaines personnes qui sont malheureusement celles
desquelles il est question - naturellement, loin de moi de juger et classifier tout le monde dans le même sac - et qui tend à faire croire que "végétarien = crétin" alors que pas du tout. Comme
quoi, l'amalgame est aussi facile à faire côté omnivores, il faut croire... C'est pour cela que nous nous garderons de le faire!


Ce qui mène donc une cause à la base noble à être perçue comme "cause bidon" à cause, comme d'habitude, d'une minorité à la langue bien pendue. Quel dommage.



Jade 08/11/2011 22:51


*pat pat pat*
Allez, un jour tu rencontreras des végétariens intelligents.
J'en connais, qui ne me traitent pas d'assassine, ne disant qu'ils sont végétariens car cela va juste mieux "avec leurs convictions", qui sont plus du domaine de la santé que de l'assassinat de
bébé phoques :)


Shinkel 09/11/2011 07:41



Z'en ai maaaarre Zaadeuuuhh... M'fatiguent tous!