Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La boîte à fourbi

Une heure et demie de richesse

23 Mai 2012 , Rédigé par Shinkel Publié dans #Automobile

Hier après-midi, j'ai eu la chance de pouvoir essayer quelque chose que je ne m'offrirai sans doute jamais. Quelque chose de hors de prix pour a majorité de la population (moi y compris), tout à fait accessible pour une frange de la population, carrément cheap pour quelques rares élus.

C'était une voiture. Une allemande, dont tout le monde nous rebat les oreilles. Prix du modèle essayé hors options : 51 000 euros (et des bananes). Prix avec options : 67 900 euros. Soit pour les plus anciens d'entre nous, 334 560 francs hors options, 445 524 francs avec.

 

Un tiers du prix de mon F3 en région parisienne. Six fois le prix de ma voiture actuelle. Bref, un truc de riche.

 

La caisse en question est une Audi A6, le milieu-haut de gamme de la marque. Coup de bol, nous avons parfois accès à ce genre de véhicules quand ils passent dans les mains des "analystes".

Mettre presque 70 000 euros dans une voiture comme celle-là, est-ce que ça en vaut le coup? J'avoue que ça défie mon échelle de valeurs. C'est dans ce genre de cas que je me dis que décidément, tout le monde ne voit pas la réalité du même oeil.

C'est vrai que c'est cossu, là-dedans. Ce n'est pas une voiture démesurée, quoiqu'elle tape juste sous les 5 mètres de long. Pour moi qui conduis une Clio II au quotidien, j'ai l'impression de conduire un bus, pour qui conduit un monospace, finalement ça ne doit pas changer tant que ça, sauf que l'avant de l'Audi est vraiment long (c'est pas non plus une Dodge Viper, mais...). Pour autant, de l'extérieur, ça fait "juste" grosse berline, pas péniche. Pourtant, dedans, on a l'impression d'être dans un salon, surtout à cause de la hauteur des portes : comme c'est le cas maintenant, la ligne de caisse est haute et les vitre sont moins hautes en proportion, du coup, on voit moins l'extérieur et cela donne l'impression de conduire un char d'assaut.

C'est plein de boutons, là-dedans! Typique des allemandes, me dit-on. Mais alors... C'est un peu bordélique. Y'en a partout, même derrière le volant, les 3 bras qui en dépassent sont farcis de boutons en tous genres. Niveau ergonomie, j'ai du mal. Certes, le nombre de prestations est sans commune mesure avec ma modeste Clio, donc besoin de plus de boutons... Mais l'ergonomie, ce n'est pas juste le nombre de boutons, c'est l'accès aux prestations. Et là, n'essayez même pas d'appréhender tout ce fatras de fonctions en roulant, vous vous prendriez un mur avant de finir d'en comprendre le dixième.

Pourtant, j'aime bien quand il y a des boutons partout, m'enfin là...

En dehors de ça, c'est qualitatif, tout ça, même si overdose de boutons, ils ne sont pas bling-bling, bien intégrés et ajustés, l'ensemble est classe mais... Allemand. Donc tristoune à souhait. C'est encore plus vrai avec l'interface multimédia, qui commence mal : pas tactile? A un prix pareil? Quelle blague! Et puis alors... Pas intuitif, pas bien fichu, tout noir, tout sombre, triiiiiste! Aucun retour visuel (liseré rouge autour du choix, qu'en sais-je) quand on choisit un item dans les menus, il fallait que je retourne dans le menu après l'avoir quitté pour m'assurer que l'ordinateur avait bien pris en compte mon choix!

L'interface de la radio, catastrophique! Alors que l'écran est tout de même large (8 voire 9 pouces), dans l'interface radio, seul un tiers de l'écran est utilisé lors de la sélection des stations, fond d'écran voir, liste des stations en blanc sur la gauche (un tiers de l'écran max), la grosse molette permet de faire défiler et sélectionner la station, jusque-là, je me dis que c'est moche, mais sans doute transitoire le temps de sélectionner sa station, après, le multimédia basculera sur une interface à défaut d'être ultra-colorée, sur un truc sombre mais classe comme le reste des menus... Penses-tu! La station sur laquelle le curseur est arrêté (là encore, aucun retour visuel) change de nom pour prendre le nom de la chanson en cours, là encore uniquement sur un tiers de l'écran, en défilant! Les deux tiers de l'écran restent noir, aucune animation, rien que la liste des autres stations. J'espère juste que leur interface est juste affreusement lésée en ergonomie et qu'un écran de radio digne de ce nom existe quelque part, parce que là, clairement, je conchie le mec qui a pondu une horreur pareille!

Je parlais avec un collègue de cette interface franchement minable et à mon sens proprement indigne d'une voiture à ce tarif-là, et à ma grande surprise, il n'a pas été choqué plus que cela, pour lui, ce n'est pas parce qu'on met cher dans une bagnole qu'on a forcément un truc qui déchire. Certes, mais c'est quand même outrageant... Mettre un tel tarif dans une bagnole, autant j'aurais une interface merdique dans une voiture à 5000 euros, soit, mais une voiture qui coûte 12 fois plus, j'estime quand même pouvoir exiger une interface qui déboîte... D'un autre côté, ce même collègue a tout à fait raison dans la mesure où une interface minable ne coûte pas moins cher à créer qu'une interface ultra-ergonomique. Bad Audi, bad.

 

Au volant, que dire? C'est silencieux, c'est clair. Et une fois qu'on a le gabarit en mains, elle manoeuvre sans aucun problème; le grand écran permet une vue de la caméra de recul qui évite de se retourner dans tous les sens pour être sûr qu'on ne va pas se prendre le poteau le plus proche. Que c'est silencieux! Surtout pour un diesel, l'ambiance est pour le moins... Feutrée. Du coup, la radio prend une autre dimension, il faut dire que le budget pour les haut-parleurs n'est pas vraiment le même que chez moi. Bien agréable, c'est vrai.

Le moteur est le modeste 2.0 TDI de 177 chevaux, boîte à transmission continue (CVT). L'ensemble ne casse pas des briques, surtout au regard du poids de la voiture (toutes options, on doit être aux alentours d'1,8 tonnes), même s'il avance largement suffisamment pour vous faire perdre tous vos points à une vitesse record. En fait, ce n'est pas tant que l'ensemble manque de puissance, c'est surtout que la voiture a avant tout pour vocation d'être une routière, et absorbe donc les accélérations d'une manière que j'ai trouvée assez sidérante. L'affichage tête haute permet de se rendre compte que les limites sont atteintes et rapidement dépassées (merci la caméra frontale qui lit les panneaux), dans un confort tout de même remarquable.

C'est peut-être cela qui me fait dire que ce genre de palaces roulants ne sont pas vraiment mon délire automobile : autant j'aime bien le luxe, autant j'apprécie encore plus une caisse qui me colle au siège, ce qui n'est clairement pas le but de cette grande routière. D'ailleurs, les sièges réglables dans tous les sens possibles et imaginables (au prix d'un certain temps) font partie de ces prestations qui sont demandées par les gros rouleurs; n'en étant pas un, ça ne sera donc pas un critère d'achat, mais j'avoue que si j'étais taxi ou quelque chose dans le genre, un siège réglable exactement selon mes critères, de cette qualité surtout, je suis demandeur et c'est bigrement efficace sur cette Audi.

 

Après, le panel de prestations est assez impressionnant, je n'ai pas eu le temps de toutes les tester : sièges massants (rigolo, mais y a-t-il vraiment un intérêt sur le long terme, ça...), sans doute chauffants (et pourquoi pas rafraîchissants), surveillance de départ de voie (la caméra frontale détecte les lignes blanches et la voiture se remet d'ellle-même dans la voie si le clignotant n'est pas mis... Une prestation que je salue vu le nombre d'abrutis réfractaires au clignotant!), climatisation automatique quadrizone (grande classe mais normal à ce tarif-là), caméra de recul avec gabarits de manoeuvre (classique et juste impensablement nécessaire à ce niveau de prix, là encore), feux automatiques (idem), colonne de direction réglable électriquement (au début je me demandais quel était l'intérêt, puis j'ai ouvert la porte moteur éteint, la colonne de direction se cale au maximum vertical pour ne pas se prendre le volant dans les jambes en sortant, la classe), et enfin ma préférée, le régulateur de vitesse couplé au radar avant qui met une distance de sécurité entre la voiture de devant et la vôtre en ayant une consigne de vitesse max, sur autoroute, c'est du velours.

 

Je m'étais mis en tête au fil des années que les allemandes avaient un châssis raide; je me demandais si c'était toujours le cas surtout avec des grandes routières comme celle-ci. Sur mon trajet aller, avec le côté très coulé de la conduite, rien à déplorer : tout confort, peut-être un peu rude en virage à comparer au reste de la conduite, mais toujours très confortable. Par contre, arrivé sur une route au milieu de laquelle, on ne sait pas trop pourquoi, fleurissent des bouches d'égoût, là, ça a été la fête des lombaires. C'est une route que j'ai empruntée avec plusieurs voitures, celle-ci a clairement été la plus douloureuse pour mon dos!

 

Ce fut en tout cas une expérience intéressante : je n'aurai je pense pas cinquante occasions de conduire des véhicules à ce tarif-là et cela m'a permis de me rendre compte que ce n'est pas le genre de voiture dans lequel j'investirais, dans l'improbable hypothèse que j'en aie les moyens. Trop pépère, pas assez pratique (dans le sens où ce n'est pas un monospace, bien qu'elle soit grande, l'habitabilité n'est pas exceptionnelle), trop délicate à manier en ville et demandant trop d'attention (rayer ma Clio me ferait chier, rayer une Audi me fera hurler), à une tarif pareil, j'aime autant une berline plus sportive qui procurerait davantage de sensations qu'un véhicule purement routier comme celui-là, quitte à y laisser un peu de luxe. En fait, j'avais limite préféré la Mercedes Classe C à 47 000 euros que j'avais essayée par le même biais il y a quelques années : le rapport luxe/sportivité/intérêt global m'avait paru bien meilleur.

Ceci étant dit, ce sont les vaisseaux roulants comme ce très haut de gamme qui tirent en avant les innovations automobiles, quoiqu'on en dise : les technologies les plus innovantes sont toujours déployées avant tout sur du haut de gamme, quitte à y essuyer les affres de la jeunesse, avant d'être redescendues en gamme au fil du temps, y gagnant en même temps en maturité.

 

Tout ça pour dire que j'ai été riche pendant une heure et demie.

Vous avez déjà eu des expériences dans le genre? Qui vous ont marqué, dans le bon sens ou dans le mauvais?

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article