Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La boîte à fourbi

Cinoche : Ironman 3

28 Avril 2013 , Rédigé par Shinkel Publié dans #Cinoche & mouviz

Cinoche : Ironman 3

L'affiche en jap', ça fait bizarre, hein? Bon, en fait, j'suis tombé dessus sur Gougueule et comme on a eu droit à un matraquage médiatique de masse pour la sortie du film, j'me suis dit tiens, on va la faire en jap. Et puis, ça tombe bien, y'a un côté raccord avec le film.

Je vous préviens tout de suite, je ne spoilerai pas. Comme d'hab, je vais essayer de vous faire partager mon ressenti du dernier volet en date de la saga Homme de Fer, à savoir, numéro trois.

Au casting, rien que de très classique maintenant : Robert Downey Jr dans le rôle de sa vie, à savoir pour ceux qui hibernaient dans un autre système solaire Tony Stark / Ironman, Gwyneth Paltrow est toujours la gentille Pepper Potts, madame Tony MAIS pas madame Stark; le colonel James Rhodes depuis le volet numéro 2 est encore Don Cheadle (petite parenthèse : ayant eu une discussion avec un ami, qui était convaincu que Rhodes était le même acteur depuis le premier, je dis NON : dans le premier, c'était Terrence Howard, que je préférais au demeurant).
Côté nouveautés, nous avons un acteur que j'aime bien en la présence de Ben Kingsley, qui incarne le redoutable Mandarin, et enfin Guy Pearce, déjà vu dans Prometheus, et qui incarne ici sur chercheur Aldricht Killian.

Du bon, du stable, Tony Stark est toujours aussi crédible et porte le film sur ses épaules, avec plus de brio que dans le 2, sans néanmoins bénéficier de l'effet de (très bonne) surprise du premier. Conforme aux attentes, Ironman est de retour!

Côté scénario, qu'est-ce que ça donne? Ah, je m'aventure en terrain miné, mais sachez que nous évitons ce que l'on aurait pu craindre lorsque les séries commencent à durer quelque peu : j'avais pour ma part peur de tomber dans une intrigue culcul-gnangnan avec Pepper (ce que ma dame, par exemple, aurait adoré), il n'en est rien. Pepper est présente, oui, elle est efficace, oui, et même intéressante. Bien négocié. L'histoire, au général, parvient encore à surprendre : en dépit d'un méchant annoncé comme redoutablement tordu, nos amis scénaristes ont réussi à surprendre en prenant un chemin inattendu, chose à laquelle les amateurs de blockbusters comme votre serviteur ne sont pas habitués. Du coup, ce choix, quoiqu'osé - voire couillu - et de mon point de vue intéressant risque d'en décevoir quelques-uns. Je n'en dis pas plus, mais attendez-vous à une surprise - on n'en tombe pas de son siège, mais c'est... Inattendu.

J'avais également peur que l'on tombe dans quelque chose de super torturé, façon Batman : ça aussi, on nous l'a épargné. Bien que déjà montré comme potentiellement fragile dans les volets précédents, le rappelant comme "simple humain dans une armure", et bien que là encore mis sérieusement à mal dans ce volet, Tony Stark évolue encore sans tomber dans les clichés, SAUF UN, incarné par un enfant, mais là encore, bien que cette partie amène une levée d'yeux au ciel, on ne tombe pas trop longtemps dans le marasme clichéïque. C'est un mot de moi.

Quoi d'autre? Humour! Beaucoup, beaucoup d'humour, nettement plus que dans le 2, plus que dans le 1, c'est un bonheur. Humour qui, d'ailleurs, ne saurait se trouver ailleurs que dans le monde de Tony Stark et qui se trouve être carrément un développement de ce que l'on nous avait donné dans Avengers. C'est savoureux, vraiment, je me suis bien poilé, et permet de retrouver ce côté décalé que j'avais apprécié dans... DAAAANS? Dans Transformers, eh oui. Même si la "teinte" de l'humour est différente et que je vais sans doute me faire conchier d'avoir mis Transformers et Ironman dans le même panier. Mais pas peur.

Côté rythme, maintenant. Laissez-moi vous dire qu'après avoir vu Oblivion la semaine dernière, Ironman 3 me semble bouger dans tous les sens! Bien entendu, on a du creux, mais dans l'ensemble, les 2h11 du film sont passées toutes seules. Je le concède volontiers, comme j'adore Ironman, forcément, j'ai un préjugé positif. Ma dame, par exemple, a trouvé le temps long plusieurs fois. Alors qu'elle ne l'avait pas trouvé avec Oblivion, allez comprendre.

Que reste-t-il de négatif, alors? Cela risque de ne pas être évident à dire sans spoiler, mais disons que l'armure est plus que jamais un consommable : ceux qui espéraient voir un Ironman comme dans le 1 et le 2, ainsi qu'Avengers, seront déçus : le film est avant tout axé sur Tony Stark et l'armure est son accessoire. Ceci est plus particulièrement vrai sur la fin, mais je vous laisse découvrir comment.
Autre chose pas évidente, la gestion du bad guy. C'est clairement ce qui cloche le plus et c'est le contrecoup de l'originalité dont je vous faisais part dans la partie scénario plus haut : osé, courageux même, mais discutable pour un usage dans un film avec un public tel que celui qui va voir un Ironman 3. Là encore, je ne vous en dis pas plus, mais il aurait peut-être été préférable de revenir à un schéma plus classique.

Au final, est-ce un film à voir? Oui. Ce volet a totalement sa place dans les Ironman et ne déçoit pas comme je le craignais, ne tombant pas dans le piège de "la suite parce que ça fait du blé". Une qualité au-dessus d'Ironman 2, que je n'avais pas beaucoup aimé à sa sortie, je pense même pouvoir positionner ce 3ème volet au niveau du premier, quoiqu'allez, un peu en dessous s'il faut les départager. Grosse saveur, comme dirait l'autre, à voir de toute urgence. En VO, par pitié. Surtout pour l'humour.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article