Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La boîte à fourbi

Cinoche : Star Trek Into Darkness

26 Juin 2013 , Rédigé par Shinkel Publié dans #Cinoche & mouviz

Sorti il y a deux semaines tout pile aujourd'hui, Into Darkness est le second volet du reboot de la série Star Trek, dont le premier opus, également signé J. J. Abrams, m'avait marqué par son excellente qualité globale.

Est-ce que ce second épisode va rempiler, ou bien allais-je voir une suite sans grande saveur, façon Iron Man 2, à peine satisfaisante, pas franchement mauvaise mais en net retrait par rapport au premier? Ou encore une suite franchement loupée?

Un collègue, qui a été le voir le soir de sa sortie, et avec qui d'une manière générale nous sommes assez raccord quant à nos goûts cinématographiques, m'a en gros fait comprendre qu'il s'agissait plutôt d'une suite sans grand génie : oui, ça distrait, non, ça ne casse pas la baraque. Autant dire que je me rendai au cinéma sans grande conviction, principalement à cause de ces cafards d'UGC qui, une semaine à peine après avoir sorti le film, n'ont plus qu'une seule misérable séance en VO (!) dans toute la journée, qui se trouve être à 22h10 (!!) et avec une 3D obligatoire (!!!).
UGC, je vous conchie. Je comprendrais une telle "offre", ou plutôt absence d'offre, trois voire quatre semaines après la sortie d'un film, mais une semaine à peine après la sortie, surtout d'un blockbuster comme ça, c'est merdique. Par contre, de l'immonde VF, à tous les étages, rassurez-vous.

Etonnamment (notez la subtile ironie), la salle était donc comble. Alors, bon ou pas bon?

Cinoche : Star Trek Into Darkness

Au casting, on reprend les mêmes et on recommence! Chris Pine en tant que Pitaine James T. Kirk, Zachary Quinto en tant que Monsieur Spock, Zoe Saldana qui incarne une fois de plus le lieutenant Nyota Uhura, Carl Urban / Docteur McCoy, John Cho / Hikaru Sulu, Anton Yelchin / Chekov, et Simon Pegg en Scotty.
Côté badass, nous avons au menu un certain Benedict Cumberbatch (rajoutez un "Cu" devant son nom de famille et ça donnerait "plan(tation) de concombres", et c'est rigolo), connu pour incarner le sieur Holmes dans la série Sherlock.

Un casting efficace, déjà vu et approuvé dans le premier Star Trek. Benedict Cumberbatch est redoutable d'efficacité et représente un baddy crédible, froid, rusé, implacable et totalement au niveau. Le capitaine Kirk en voit de toutes les couleurs et Chris Pine est fort cohérent, son personnage attachant dans son évolution, sans tomber dans le cliché (enfin, pas trop). Quant à Spock, égal à lui-même, Zachary Quinto rentre tellement dans le rôle qu'on se demande même s'il n'existe pas que pour cela. Bref, du bonheur.

J'en profite pour aborder un point important : je ne suis absolument pas un "trekky", ces nerds sachant tout sur tout sur Star Trek. Je n'ai jamais vu un seul épisode de quelque série de ST que ce soit et c'est très bien comme ça; cela dit, il ne faut ABSOLUMENT PAS voir ce film comme un long-métrage réservé au trekkies, mais bien comme un film de SF à grand spectacle, comme le serait n'importe quel blockbuster digne de ce nom. C'est "juste" qu'on y a apposé la licence et donc l'univers de Star Trek, mais on peut tout à fait le voir "de zéro" sans avoir la moindre connaissance de ST.

Pourquoi je précise cela? Parce que j'ai été (désagréablement) surpris par le nombre de personnes qui ne voulaient pas aller voir le film "parce que c'est Star Trek" / "parce que tu sais moi j'y connais rien à Star Trek". Non, non, non. Voyez-le totalement indépendamment et vous verrez que si très certainement les fans de la série sont contents (en fait, j'en sais rien et je m'en contrefous, J'VOUS L'AI DIT J'Y CONNAIS RIEN!) mais les amateurs de blockbusters comme moi s'y retrouvent aussi.

Qu'est-ce que le scénario raconte-t-il donc?

C'est sans doute ce qui explique le manque d'enthousiasme de mon cher et estimé collègue, le scénario, quoique digne d'un blockbuster moyen (OK, avec quand même beaucoup de bonnes choses dedans), n'est malheureusement surprenant en aucun point. Oui, il y a des côtés plus tordus que dans un truc totalement standard et on ne prend pas le spectateur pour un crétin fini en lui montrant bien toutes les grosses ficelles du scénario, mais c'est malheureusement bien trop convenu en regard de ce que l'on pouvait attendre d'un film, surtout vu tout le reste, la qualité globale restant, allez, je spoile, remarquable.

C'est dommage, mais pas rédhibitoire, finalement, je n'ai pas eu l'impression de visionner un film avec un scénario à la Battleship, qui tient sur un quart de confetti. Honnête, mais peut mieux faire.

Le rythme, ensuite! Ma plus grosse crainte, pour tout vous dire. C'est certes très subjectif, mais je n'ai rien trouvé à en redire : pas de franches longueurs, c'est soutenu du début à la fin et là encore, je m'attendais à bien pire. Les deux heures et quelques que dure le film passent fort bien, même quand on va au cinéma comme moi avec zéro envie de voir ce film, une envie de dormir pressante (je me couche avec les poules, moi, alors un ciné à 22h10, c'est grosse soirée, limite je découche) et une 3D à chier - pardon, de la 3D, quoi - qui fait mal dans les globes oculaires des yeux qui voient.

Bien joué. Je dirais même que je lui ai trouvé moins de longueurs que le premier que j'ai revu dernièrement.

Est-ce que la sauce prend? Pour mon collègue, c'est un non négatif, le genre de non dommage, dû au fait qu'il y a tout pour que ça prenne, mais ça manque de liant. Moi, j'ai bien accroché en dépit d'un a priori négatif, ce qui est plutôt encourageant (en fait, j'étais à deux doigts de laisser madame y aller toute seule, un sursaut inopiné autant qu'impromptu m'a poussé à l'accompagner).

C'est un peu idiot à dire, mais j'aime bien ce nouveau Star Trek parce que j'aime bien le casting global, j'aime bien ce méchant (bon OK, je ne suis pas objectif, sans avoir vu la série Sherlock, je trouve à Benedict Cumberbatch un charisme impressionnant, surtout servi par sa voix grave), le rythme général, la longueur permettant d'avoir une histoire quoiqu'on en dise un peu développée, la qualité des effets spéciaux, c'est tout ce que je recherche dans un film comme celui-ci.

Parlons un peu plus de l'univers de Star Trek, à présent (ce n'est pas parce que le film n'est pas destiné aux trekkies pure souche qu'on ne peut pas en parler, non mais sans blague).

J'ai trouvé dommage et un peu gratuit le côté fan-service en faisant de nouveau apparaître Leonard Nimoy, le "vrai" Spock dans les séries originales. Autant son rôle était totalement cohérent dans le premier épisode du reboot, justifiant la boucle temporelle et donc le reboot lui-même, autant là, ils le font apparaître dans un moment "critique" (là où un simple clin d'oeil aurait, à mon sens, largement suffi) pour finalement ne pas lui donner grande importance (ce qui se passe dans le film aurait tout à fait pu se passer des pseudo-connaissances que Spock "âgé" procure (sans le montrer toutefois) à sa version "jeune").

Ensuite, fait rigolo, le méchant du film est un méchant déjà présent dans la série originale (mais je tairai le peu de mystère qui l'entoure encore) et passablement redoutable. Lors d'un moment-clé du film, Spock crie son nom de rage, il s'agit d'un clin d'oeil à la série originale dans laquelle ce n'est non pas Spock, mais Kirk qui crie ce même nom dans "The wrath of Khan"; de ce que l'on m'en a rapporté, il semble que c'est cet exact passage qui aurait valu à William Shatner, interprète original de James T. Kirk, d'être décrié pour son incroyable jeu de mauvais acteur. L'extrait est trouvable sur Youtube, >ici<, mais attention, c'est du spoil!

En conclusion, j'ai passé un vrai bon moment, et ce je le répète en dépit d'un a priori négatif sur le film. La 3D n'apporte rien mais ne gâche pas non plus trop l'ensemble; évitez-la quand vous le pouvez, en clair.

Nul besoin d'être un trekky, ça aussi, je le dis et le répète, pour profiter de ce bon film, par contre il pourrait être intéressant de voir le premier volet pour ne pas trop être perdu (le lien entre Kirk et le capitaine Pike y est nettement plus évident).

Clairement le genre de film qui mérite d'être vu au cinéma, donc allez-y, plein les mirettes. Pleine puissance, monsieur Sulu!

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article