Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
La boîte à fourbi

Comment ça marche : l'ABS

On en a beaucoup entendu parlé au début des années 90, mais qu'est-ce que l'ABS?
L'Anti-lock Braking System moderne (il existe des mécanismes d'anti-bloquage des roues depuis 1929 sur les avions) a été produit en série par Chrysler en collaboration avec la société Bendix en 1971 (source Wikipedia, je ne sais pas tout non plus).

Avant de se lancer dans des explications techniques, voyons un peu de quoi il retourne au niveau du frein.
Voilà en gros à quoi ça ressemble, un frein :

Du calme, j'explique.
Lorsque vous appuyez avec votre petit pied potelé sur la pédale de frein, vous comprimez un liquide, lequel arrive par le petit tuyau (en marron à droite sur le schéma) sur l'étrier de frein (la partie grise du dessus du schéma).
Le fait de comprimer le liquide va impliquer une force sur le vérin (en vert), lequel va alors se déplacer (vers la gauche ici).
Ce faisant, il va entraîner avec lui la plaquette de frein (le bidule couleur chocolat au lait sur le milieu du schéma), laquelle va fort logiquement appuyer sur le disque de frein (la partie bleue), ce qui, du fait que le disque soit solidaire avec elle, va arrêter la rotation de l'axe de la roue (le truc gris en bas à droite du schéma).

Au passage, on appelle ce type de frein "frein à disque", il existe aussi des freins à tambour mais là n'est pas le sujet.
Oubliez aussi le joli câble si vous pensiez que vous tiriez un câble quand vous appuyez sur le frein, comme sur un vélo. Imaginez un peu la robustesse d'un câble pour arrêter un appareil d'une tonne...

Bref, ça marche comme ça, un frein.
L'ABS, maintenant.
Vous roulez, la route est un peu humide (mais ça marche au sec aussi hein, c'est histoire de dramatiser un peu) et un z'animal stupide traverse la route (cycliste ou autre bestiole décérébrée). Vous vous mettez donc fort logiquement debout sur la pédale de frein, dans la panique et la confusion la plus totale (généralement accompagnée d'un sonore "PUTTTT....").
En faisant ça, vous augmentez la compression du liquide comme un dingue, ce qui entraîne un serrage de brutasse sur le disque, bilan, la roue se bloque et vous partez en glissade (essayez en vélo, c'est très rigolo).
Bilan, surtout pour peu que la route soit mouillée, non seulement vous ne freinez pas, mais en plus vous perdez tout contrôle de la sacrée bagnole parce que quand on glisse, tourner le volant ne sert à peu près à rien. Et pour compléter le tout, vous vous êtes emplafonné le cycliste ou peu importe et votre bagnole a perdu un oeil et sourit de travers.

ALORS QUE!

Alors que si vous aviez juste écouté votre moniteur à l'auto-école (du temps où les bagnoles d'auto-écoles n'avaient pas toutes l'ABS), vous auriez su qu'en cas de freinage d'urgence, il faut "pomper" (donc presser puis relâcher plusieurs fois) sur la pédale de frein, de manière à relâcher la pression dans le circuit de freinage pour ne pas bloquer bêtement le disque.
Ceci aura pour effet d'augmenter progressivement le serrage sans bloquer la roue d'un seul coup (en fait, dans la plupart des cas, il ne s'agira que de bloquer pendant un laps de temps très court la roue avant de la relâcher, puis de la bloquer à nouveau) et donc de garder son adhérence et assurer une direction fonctionnante (au lieu de foncer toujours tout droit).

Ainsi donc a été créé un appareil qui permet de reproduire ce principe de pompage de manière automatique. Mais comment faire? On imagine mal la pédale de frein s'opposer à un freinage au pied (vous imaginez la bagnole qui refuse de freiner?), donc l'idée est autre.
Premièrement, la voiture doit se rendre compte qu'une ou plusieurs roues sont bloquées. Comment? En collant à chaque roue un capteur vitesse roue, lequel informera par le nombre de "tops" de la vitesse de la roue le calculateur d'ABS.
En temps normal, toutes les roues auront la même vitesse et si la vitesse des roues avant chute brusquement par rapport à son évolution précédente et par rapport aux roues arrière, le calculateur saura qu'une roue est en train de perdre l'adhérence pour aller se bloquer sous peu.
A ce moment-là, que fera-t-il?
Eh bien, entre la pédale et l'étrier de frein, là où l'on a du liquide tout bête, on va insérer un jeu d'électrovannes et des chambres de stockage de liquide de manière, lorsque la roue correspondante est bloquée, à envoyer dans cette chambre le liquide pour faire chuter la pression du circuit et desserrer un peu le frein.
Naturellement, il s'agira ensuite de réinjecter dans le circuit le liquide pour réaugmenter la pression et serrer de nouveau, avant un nouveau cycle de desserrage/serrage, et ainsi de suite jusqu'à la fin de l'appui frein.

De cette manière, le calculateur pompe tout seul comme un grand, et l'effet client est que vous pouvez vous mettre debout sur le frein, la voiture s'arrêtera quand même, vous ressentirez juste des chocs dans la pédale de frein, dûs aux retour de liquide dans le circuit de freinage.
Naturellement, il ne faut surtout pas pomper en plus de l'ABS... Enfin, ça, c'est la théorie, sur ma vieille Clio II phase 1 de 1999, l'ABS marche tellement bien que si je n'avais pas pompé, en dépit de la présence de l'ABS, je me serais emplafonné la bagnole d'un pote qui venait de piler. Point à retenir donc, ce qui sauve dans une bagnole, c'est avant tout le conducteur, alors NOM DE DIEU SOYEZ VIGILANT AU VOLANT NE PENSEZ QU'A CONDUIRE!

Partager cette page

Repost 0