Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La boîte à fourbi

Retour d'expérience: mes deux mois sur BlackBerry

11 Juin 2013 , Rédigé par Shinkel Publié dans #Smartphone, #Informatique, #Peublik Reulaysheunz

I- Un peu d'histoire (personnelle)...

Les lecteurs assidus le savent (ou pas), côté smartphone, j'ai essayé les deux grands systèmes que sont iOS, côté Apple, et Android, côté reste du monde. Ce que vous savez sans doute moins, c'est qu'avant cela, j'ai eu deux smartphones qui appartiennent fort heureusement à l'Histoire : mon premier authentique smartphone (lequel a connu d'ailleurs mon modeste poids posé par l'intermédiaire de mon genou sur son fragile écran) fut donc le HTC S620, que voici :

Retour d'expérience: mes deux mois sur BlackBerry

Copie des BlackBerry de l'époque, il tournait sur l'antique Windows Mobile 6, n'était naturellement pas tactile, étant en l'ère -2 avant iPhone (qui a inventé le tactile, comme n'importe quel Apple fanboy le sait - hop, un petit troll qui fait plaisir) et disposait donc d'un clavier entier qui m'avait à l'époque totalement conquis, en dépit de sa taille réduite et de la taille de mes déjà à l'époque gros doigts boudinés. Touches bombées tombant parfaitement sous la main, je n'avais jamais été aussi rapide à taper mes SMS qu'avec ce téléphone.
Suite à une erreur de jugement, j'ai échangé ce fantastique téléphone pour un SPV M600, qui a fini brické et refuse de démarrer tout au fond de mon tiroir de chevet depuis lors, téléphone tactile à stylet, toujours sous le catastrophique mais inévitable pour l'époque Windows Mobile 6.
Puis, iPhone 3G, puis Desire HD. Malheureusement, aucun de ces téléphones ne m'a jamais apporté le confort de frappe de mon HTC S620, en dépit du clavier virtuel pas si pourri que ça de l'iPhone, que j'ai échangé pour une diagonale passant de 3.7" à 4.3" de mon Desire HD, pensant qu'une plus grand diagonale siérait davantage à mes grosses papattes, mais même après 3 ans avec le HD, non, décidément, je restai sur ma faim d'un vrai clavier physique.

II- Choix du terminal

Je me suis donc mis en recherche d'un smartphone disposant des caractéristiques au moins équivalentes à celles de mon Desire HD : processeur à 1GHz, 768Mo de RAM, et donc, un clavier physique.

Et c'est là que les choses commencent à se corser : s'il existe indéniablement des références de smartphones à claviers physiques chez de nombreux constructeurs (Nokia, LG, Sony-Ericsson), aucun n'a de performances suffisantes pour assurer des fonctions multimédia poussées, le but étant de continuer à utiliser mon téléphone comme lecteur MP3, mais aussi comme lecteur vidéo sans avoir à réencoder à chaque fois; mes épisodes de Doctor Who, par exemple, pèsent 800Mo l'un et sont lus de manière fluide par mon Desire HD; c'est une des conditions pour le choix de mon nouveau terminal. Je n'imaginais (à tort, peut-être) pas une seule seconde qu'un téléphone avec un processeur à 400MHz et 256Mo de RAM, configuration moyenne typique des appareils à clavier physique vus chez les divers constructeurs, puisse y arriver.

A l'époque où j'ai choisi mon Desire HD, il y avait en lice un autre téléphone, le Desire Z : doté d'un proc' à 1 GHz, 512Mo de RAM mais également d'un clavier physique, il était malheureusement trop cher d'occasion pour que je souhaite me l'offrir.

Retour d'expérience: mes deux mois sur BlackBerry

Et puis, je cherchais un clavier proche de ce qu'avait le S620, donc typé BlackBerry.
Un collègue avait acheté le Motorola Milestone premier du nom, qui bien que doté d'un clavier physique, m'avait laissé parfaitement froid, le clavier ne disposant d'aucun relief entre les touches, il ne valait pas mieux qu'un clavier virtuel, intérêt nul donc.

Critère supplémentaire : je souhaitais continuer à profiter du tactile, en plus du clavier.

Histoire de compliquer encore la tâche, je ne souhaitais pas mettre plus de 200 euros dans ce téléphone, sans avoir à rendre le Desire HD qui constituerait dès lors un téléphone de secours, qui plus est en parfait état de marche.

Allons donc à l'essentiel : le seul téléphone avec un clavier typé BlackBerry et doté de performances voisines de mon Desire HD, c'était le BlackBerry Bold 9900.

Retour d'expérience: mes deux mois sur BlackBerry

Doté d'un processeur à 1,2GHz monocore et 768Mo de RAM, les perfs sur le papier sont vraiment proches du HD : un bon point.

Evidemment, cela implique de passer d'un écran de 4,3 pouces à 2,8, d'une définition de 480x800 à 640x480, mais ça, c'était un sacrifice que j'étais prêt à faire.

Autre sacrifice évident : au revoir Android et bonjour BlackBerry OS. Là, territoire nouveau, mais inconvénients évidents : je sais ce que je perds, je ne sais pas ce que je gagne. Voyons les applications que j'utilise sous Android :
mon petit confort multimédia avec MX Player et Moai FLV Player,
- mon lecteur de flux RSS
gReader,
- le lecteur audio par défaut d'Android,
- le jeu WordFeud (Scrabble en ligne, auquel je peux continuer à jouer sur ma tablette),
- la très commode horloge intégrée à Android, me réveillant tous les matins, et faisant aussi office de chrono, bien utile au sport.
- l'agenda, bien entendu,
- l'authentificateur Battle.net pour World of Warcraft (eh oui...)
- Facebook et Twitter (le peu que je les utilise sur support mobile).

Avec cela, on a fait le tour de ce qui me sert de manière régulière sur mon Androphone.

Un tour sur LeBonCoin et 200 euros plus tard, me voici en possession de mon nouveau smartphone.

En avant donc pour la mise en route du BB Bold 9900!

III - Découverte et mise en route

Le Bold 9900 est un beau terminal, il n'y a pas à dire : plastique/aluminium avec une coque arrière en imitation carbone, ça présente bien. La mise en route ne se fait pas avec le bouton au sommet, comme les iPhone et autres Androphones nous ont habitués, mais avec le bouton Raccrocher. Bon.

Avec une trentaine de secondes, le démarrage est plus rapide que mon Desire HD, c'est un bon point.

Tiens, il est demandé de créer un compte BlackBerry. Ah oui, c'est vrai : les BB ont ceci de particulier que le trafic est sécurisé via les serveurs de RIM, il apparaît donc logique qu'à l'instar de Google et même d'Apple, il faille créer un compte qui va bien.

Le clavier fonctionne bien, mais il faut un temps d'adaptation - mes souvenirs me disent que cela s'est bien passé avec mon S620, pas de raison que ça diffère sur BB!

Création de compte, c'est austère comme interface, mais n'oublions pas que nous sommes dans le monde professionnel : si je devais faire une analogie, je dirais que nous sommes dans une grosse berline allemande : pas de fioritures, limite tristoune, mais bon, ça fonctionne.

Une fois le compte créé, on arrive sur le "bureau" de BlackBerry :

Retour d'expérience: mes deux mois sur BlackBerry

Nous retrouvons les fondamentaux du smartphone : heure, alertes, réseau... Dans la partie du milieu, si vous avez des RDV de prévus, ils s'affichent, et en bas, les applications.

Point spécifique aux BB : la touche tactile. Cette touche, en plein milieu du téléphone, est commune à tous les BB récents et s'apparente à un touchpad; on aime ou on n'aime pas, mais j'ai personnellement bien accroché avec le principe. La touche est très réactive et permet même de se passer du tactile; il faut dire que l'écran est si petit que le tactile devient tout de suite plus délicat à utiliser, et je reconnais le génie de Blackberry sur l'invention de cette touche, qui rend leurs terminaux tout à fait aptes à se passer du tactile, en toute franchise, je n'y croyais pas une seule seconde (mais ça, c'était avant!).

Cette touche est paramétrable, mais je n'ai pas cherché à y apporter des modifications, ses paramètres par défaut me convenant tout à fait.

Voyons maintenant le Store de Blackberry, appelé AppWorld. Histoire de ne pas bousiller mes données, je mets en route le Wifi, lance AppWorld... Hein? Accès impossible? QUand soudain, déclic : l'OPTION BLACKBERRY! J'avais totalement oublié!

Comme dit plus haut, les données circulent obligatoirement par les serveurs de RIM, sauf que, comme cela touche l'ensemble (ou presque) des données du téléphone, les opérateurs facturent cette option, laquelle n'est logiquement pas prise en charge par mon abonnement actuel. Boooon... Je regarde mon abonnement chez Sosh : option BB, 1€/mois. Merdouille, mais pas le choix. Une amie payait 9€/mois dans le temps chez SFR... Je m'en tire bien. Et puis bon, payer 15,90 au lieu de 14,90, j'y survivrai (dans la pratique, elle ne m'a en fait jamais été facturée, je ne me plaindrai donc pas :p). Un coup de téléphone plus tard et hop, option activée dans l'heure.

IV - AppWorld

Une fois l'accès à l'AppWorld obtenu, je cherche à retrouver mes fondamentaux applicatifs, tout en gardant bien en tête que le nombre d'apps doit être moindre que celui d'Android ou Apple Store.
Et de ce côté-là, je ne suis pas déçu : pour en avoir moins, il y en a sacrément moins. Le moteur de recherche est souffreteux, d'ailleurs : il me sort des apps qui n'ont rien à voir avec mon champ de recherche. Alors alors... Faisons le tour de ce que j'ai, déjà.

Lecteur audio? Celui intégré fait la blague, prise en charge des playlists M3U, celles de Winamp, c'est bien. Ah tiens, il ne prend pas en charge le Resume! Ca, par contre, c'est naze : moi qui ai des playlists longues, que j'utilise généralement pour le sport, ça va vite me contrarier de devoir retenir à quel morceau j'en étais!
J'en cherche un autre, et en trouve deux gratuits (dont j'ai oublié le nom). Ils prennent en charge le Resume, mais un est tellement peu ergonomique que je ne comprends pas comment on s'en sert (d'ailleurs, les deux sont mal fagotés, les menus sont écrits dans une police liliputienne, on dirait une page HTML avec des lien hypertextes partout, c'est d'un moche!), l'autre est aussi illisible mais je saisis plus facilement le fonctionnement et essaye de créer des playlists : il ajoute les titres en partant de la fin.
Oooooh toi, tu commences à me gonfler sévère! Ajouter et supprimer des pistes se trouve être aussi chiant que sur les terminaux Android, mais au moins la maniabilité sur ces derniers est adapté à la taille de l'écran, alors que là, aussi bien au tactile qu'à la touche tactile, c'est la croix et la bannière!
Histoire de couronner le tout, j'ai eu plusieurs plantages aussi bien du lecteur officiel que du téléchargé (s'arrête après un morceau sans aucune raison, un redémarrage et c'est reparti) : autant pour une stabilité système que j'espérais d'un tout autre niveau, je reste donc avec le lecteur audio par défaut, et tant pis pour le Resume. Humf.

Lecteur vidéo? Il y en a un par défaut aussi. Prise en charge du MP4, sans doute MPG quelque part, mais mes FLV d'émissions replay ou extraits de Youtube, c'est niet, et les MKV, un peu quand il veut.
Recherche sur l'Appworld : le seul lecteur FLV que je vois est payant. Pas une seule alternative gratuite. Même 89c, je ne paye pas pour ça, je préfère autant réencoder mes vidéos. C'est un truc à faire de temps en temps, dommage, mais allez, je fais avec.

Lecteur de flux RSS? Intégré, austère lui aussi mais efficace, je retrouve rapidement mes petits : y'a bon.

Les jeux? Les jeux, je m'en doutais, ne sont absolument pas le fer de lance de l'AppWorld, c'est donc sans surprise que je ne trouve qu'une flopée de jeux à peine dignes de browser games en flash de bas étages, des portages au moins aussi hasardeux que la page HTML qui tient lieu de lecteur audio custom, sauf que là, il est question de quelques animations, lesquelles en dépit de la puissance du terminal peinent à passer et sont plus souvent en mode Powerpoint que fluides. Je m'en doutais, je suis servi, les jeux, on oublie.

L'horloge mérite un petit paragraphe, car autant celle d'Android fait réveil totalement personnalisable (sonnerie programmable jour à jour, semaine, tout le temps; possibilité de paramétrer plusieurs alarmes), ainsi que chronomètre et fuseaux horaires ; celle de Blackberry est nettement plus simple : s'il y a un chronomètre, il n'y a en revanche qu'une seule alarme, paramètre uniquement de trois façon : actif, inactif et semaine. Cela ne touchera finalement que peu de gens, mais le contraste, quoique léger, ne joue pas vraiment en faveur du BB.

Je passe sur l'Authentificateur Battle.net qui est pour un usage très spécifique (l'appli n'existe tout simplement pas, comme ça vous le savez), pour passer à Facebook et Twitter. Ne tournons pas autour du pot : il s'agit de versions HTML en forme d'application. Pas vraiment ergonomique, pas du tout fluide (pire encore que la version Android qui traîne la patte par rapport à la version traditionnelle, surtout Facebook), les rafraîchissements des activités laissent fortement à désirer; mais en dépit de tout cela, cela reste totalement praticable. C'est surtout que le contraste vis-à-vis des versions Android/iOS est très fortement en défaveur du BB.

Petite parenthèse pour terminer ce chapitre : certaines applications - mais je n'ai pas trouvé lesquelles - donnent lieu à un authentique spam dès lors que les données sont activées. Au moins une fois par jour, j'avais droit à des notifications "Application sponsorisée" qui apparaissaient (sachant que ces mêmes notifications sont également utilisées pour signaler une mise à jour d'une application, bravo), et pour s'en débarrasser, il fallait cliquer dessus, attendre que l'AppWorld se charge pour ensuite cliquer sur Retour. D'irritant, cela passe à franchement gonflant en une semaine. Je n'ai pas trouvé ni comment si s'il est possible de désactiver ces encombrantes modifications, mais pour un système "pro", j'ai trouvé" ça à la fois gonflé et déplacé (surtout eut égard au très faible volume d'applications disponibles).

V - Et pour le reste...

Comme nous venons de le voir, le côté applications est vraiment limité au strict nécessaire (qui est encore en-deçà de mes déjà maigres attentes), voyons maintenant ce qui fait l'attrait d'un Blackberry : le clavier!

Les touches sont terriblement bien étudiées, le layout du clavier intelligent, mais attention, nous ne sommes pas sur un système équivalent aux claviers virtuels de la concurrence! En effet, rien que les accents : nous avons l'habitude de maintenir une touche appuyée sur un clavier virtuel pour accéder aux chiffres et accents. Comment faire sur des téléphones dont tous ne sont pas tactiles, puisque le système est transverse? En fait, cela utilise la touche tactile : maintenir la touche de la lettre enfoncée, puis glisser vers le haut ou vers le bas pour faire défiler les accents.

Le système est intelligent, mais là encore j'en arrive à un triste constat (qui tient peut-être à ma seule personne) : en dépit de l'habitude prise pour taper à toute allure les lettres et chiffres standards (non accentués, disons), le moindre accent prend en comparaison un temps nettement plus long, car la touche tactile est très sensible et il n'est pas rare de faire du "haut-haut-merde-bas" parce que les accents ont défilé trop vite. Peut-être qu'en changeant la sensibilité de la touche, il est possible de réduire ce temps de sélection, mais par défaut, ma frappe qui du coup aurait pu être très rapide est fortement ralentie par la sélection des accents, c'est dommage!

Ce temps tend à décrémenter à mesure que l'on prend de l'expérience au maniement de ce clavier, mais il est dommage que le côté tactile n'ait pour le coup pas du tout été mis à disposition de la frappe, il y aurait sans doute eu des alternatives pertinentes à utiliser, pour le coup (il est tout aussi possible que cela existe mais que je n'en aie tout simplement pas eu connaissance...).

Au final, je me retrouve à envoyer malgré cela des SMS bien plus rapidement que sur un clavier tactile, mais c'est une question de goût.

Il va sans dire que les mails bénéficient de cette rapidité de frappe.

Dernier point que je souhaitais aborder, le côté pas du tout convivial de l'interface.

En effet, les menus sont plutôt mal fichus (pourquoi avoir un menu Paramètres et un menu Configuration avec des items qui se retrouvent dans les deux à la fois?) mais je pense que si j'y avais donné plus de temps, je me serais davantage retrouvé dans tous ces écrans mais surtout, c'est le pseudo-bureau qui m'a l'air tellement mal pensé en regard des systèmes concurrents!

Je m'explique : côté iOS, nous avons une absence totale de "bureau", c'est-à-dire que l'écran d'accueil est une suite de pages sur lesquelles apparaissent les applications, que l'ont peut organiser comme l'on veut et même rassembler par dossiers.
Côté Android, le bureau est personnalisable par des widgets et des applications, que l'on peut maintenant également organiser en dossiers; et la liste des applications, elle, n'est pas personnalisable mais n'est que "transitoire" dans l'usage du téléphone (si l'on se sert souvent d'une appli, on la place sur l'un des bureaux et en avant).

Alors que côté Blackberry, on a cela :

Retour d'expérience: mes deux mois sur BlackBerry

La petite barre bleue en surbrillance au milieu de l'écran est en général réduite, réduisant la liste des icônes directement accessibles à une seule ligne; dès lors, il suffit de glisser vers le bas avec la touche tactile (ou de toucher la barre) pour faire apparaître le reste des icônes.

Malheureusement, c'est par cette toute petite barre bleue qu'il vous faudra aussi passer pour switcher d'un mode d'affichage à l'autre, à savoir "toutes les applications", "favorites", "téléchargées". Et cette petite barre, je me suis vite rendu compte que j'avais tendance à passer dessus sans m'arrêter, donc "bas-bas-merde-haut" pour pouvoir changer le mode d'affichage des applications. Qui plus est, aucun de ces écrans n'est aussi facilement personnalisable (en fait, pour autant que je sache, pas personnalisable du tout) que sur les deux systèmes sus-cités, ce qui veut dire que si ça ne nous plaît pas, c'est bien dommage, mais c'est comme ça.

Sachez enfin que j'ai cherché s'il existait des petits malins ayant réussi à porter Android sur BlackBerry : le boot et, en fait, le système verrouillé de bout en bout empêche toute tentative.

VI - Conclusion

J'ai tout de même tenu deux mois en espérant que tous ces inconvénients et petites concessions soient compensés par le clavier, vraiment au-dessus du lot, mais en vain.

On peut croire que je viens de dresser un portrait au vitriol, mais j'ai vraiment tenté de retranscrire mon expérience venant de quelqu'un qui a essayé iOS, puis Android avant de s'essayer à BlackBerry.

Est-ce que les BB sont à fuir en courant? Clairement non. Ce sont réellement des terminaux de qualité et je pense que l'on peut apprécier les utiliser si l'on n'a encore aucune expérience sous d'autres systèmes. Pour prendre ses marques, en effet, je pense fermement que Blackberry est aussi valable que n'importe quelle alternative.

Là où le bât blesse, c'est la comparaison avec iOS et Android, qui écrasent sur à peu près tous les domaines un BlackBerry beaucoup trop fermé et austère, en comparaison duquel même iOS fait figure de système ouvert, illusion confortée à la fois par le jailbreak, mais aussi par le Market énorme (dans le bon comme le mauvais sens du terme).

C'est donc avant tout un terminal de travail doté de fonctions multimédia élémentaires, c'est réellement comme cela qu'il faut considérer un BlackBerry.

On aime ou on n'aime pas, personnellement je ne regrette pas cette expérience qui m'a permis de tester un système que je ne connaissais pas. Sachez que si l'expérience vous tente, j'ai revendu mon 9900 sur LeBonCoin, au même prix exactement que l'achat, en moins de 24h. La personne qui me l'a acheté m'a dit qu'elle cherchait un terminal "complet", donc évitez les téléphones seuls, c'est mon conseil :)

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article